S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

A Failing Devotion - "The fallen"

A Failing Devotion - "The fallen"
chronique A Failing Devotion - The fallen
7.66/10 0

Acheter A Failing Devotion The fallen sur Amazon

CD album CD album (49:00)

 

Style musical : 

Metal moderne

 

Année : 

2014

 

Tracklist :

1. From Ignorance 00:57
2. One Way to Survive 04:37
3. No Regrets 04:20
4. Opium 04:12
5. Shameless 03:43
6. Dead Letters 03:10
7. Devotion 03:53
8. My Cross 03:54
9. The Fallen 03:45
10. To Oblivion 17:04

 

Label : 

M&O Music
Dans le même style :
Manufacturer's Pride - Sound Of God's Absence

A failing devotion, groupe de Dunkerque, a sorti son album le jour de l'automne (22/09).
Venir du 5-9 un jour de grisaille, n'est pas enthousiasmant. Encore pire : les mecs font une sorte de modern metalcore.
Vu comme ça, il y a de quoi être aussi optimiste qu'un statisticien de l'INSEE qui calcule la dette souveraine française.

Pourtant, "The fallen" est l'occasion de rappeler que le 22/09, c'était l'été indien.
Dunkerque c'est loin d'être laid (non mais vraiment, sans déconner) !
En plus, M&O Office, derrière cette sortie, remonte un peu plus dans notre estime (qui est bien sûr le baromètre ultime du bon goût rock-metal en Europe) après quelques sorties aussi finaudes qu'un discours de Nadine Morano.
Alors pourquoi tâcher du slip avec cet album ?

Au premier abord on se retrouve avec une bonne vieille galette de metal moderne.
Il y a bien sûr cette intro à la con sensée mettre les jetons, qui ne fait que mettre en rogne pour avoir bouffé une piste à rien. Il y a clairement cette clôture à la con qui se fait après 13min de silence (heureusement le groupe sait se rattraper).
Il parait, dans ces conditions, inévitable d'avoir un morceau instru, en guise d'interlude planté en plein milieu, comme d'hab', pour faire redescendre la grosse pression qu'on se mange depuis le début.

"The fallen" a beau débuter après une piste d'arnaque, lorsque le groupe se décide à jouer il ne fait pas semblant.
C'est à partir de cette ligne que débute le déluge de compliments. Ils ne sont pas soustraits de force, sous la pression d'un chanteur à la carrure impressionnante (Greg Puciato fait fillette à côté), ou à une quelconque complaisance régionale.

Les references sont évidentes, les derniers In flames (avec des couilles), les The Haunted (avec des bollocks), ou encore Textures / Darkest Hour / Machine Head et toute une scène de 1001 groupes que vous ajouterez à votre envie (tous avec des cojones en plus). Tous ces groupes sont cités ouvertement comme influences. Elles sont clairement perceptibles, mais ne sont en rien des freins...
Mine de rien, il y a aussi une grande variété là où d'autres se mordent la queue (même si cela demande une sacrée souplesse).
Malgré une certaine prévisibilité, AFD donne tant de rythme, balance tellement de puissance  que la bande réussit ses 49 minutes.

Puis il y a ce son. Encore une fois, Remyboy fait un travail aussi merveilleux que son prénom.
Dans un style direct, moderne, on reconnait tout de suite sa patte. La galette prend d'un seul coup une grande valeur et la fait taper au-dessus du lot bien blindé de groupes qui officient dans ce style.
Le mérite revient aussi, bien évidemment et avant tout, aux compositions et à la personnalité du groupe.

Le riffing n'a pas grand chose à envier à ce que des scandinaves pourraient balancer, l'harmonie entre les deux guitares est assez classe. Le martèlement a quelques accents Gojirien (pour le côté massif), le bassiste a un sens à sa vie avec ce son, et un bon gueulard bavard mais pas trop.
Il y a aussi des peaux de banane qui sont évitées. La première est celle du double chant bien trop connu, bien trop entendu et surentendu. Il y a certes une piste qui s'y ose, mais comme c'est rare ça en devient appréciable.
Brièvement : c'est d'la boulette.

Avec cet album qui s'ouvre sur l'ignorance, AFD fait des pieds et des mains (littéralement et allégoriquement) pour ne pas finir dans l'oubli. Qu'ils se rassurent : les pistes entre ces deux extrémités devraient laisser un bon souvenir à tous ceux qui les parcourent.

photo de Toukene
le 28/10/2014

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

FOGWAX : 2 CDs à gagner !

10 years Kicking Fest 2016 : 2 places à gagner pour le samedi !

Dernières news

Chronique au Hasard

Soulfly - Soulfly

COREandCO radio

Évènements

KICKING FEST 2016 avec LES SHERIFF, BURNING HEADS, GUERILLA POUBELLE, COOPER, NOT SCIENTISTS, THE DECLINE!, GAS DRUMMERS, THE BLACK ZOMBIE PROCESSION, FLYING DONUTS, HATEFUL MONDAY et d'autres les 24 et 25 juin 2016  à NimesGOJIRA & TOUMAÏ à La Belle Electrique, Grenoble, le 14 juin Cancer Bats à La Marquise à Lyon le 11 juin 2016