S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Aedeyn - "Impression d'errer"

Aedeyn - "Impression d'errer"
chronique Aedeyn - Impression d'errer
7.5/10 0
 

Acheter Aedeyn Impression d'errer sur Amazon

CD album CD album (22:00)

 

Style musical : 

Rock metal français

 

Année : 

2012

 

Tracklist :

1. Au Bout
2. Impression d'Errer
3. Changer
4. Trop Tard
5. Rester en Place

 

Label : 

Autoproduction
Dans le même style :
Deftones - Saturday night wrist

"Rhaa mais arrête de mettre Sunno))), je pensais que mon téléphone vibrait !"

 

"Du Post-hardcore devant le bol de Chocapic, non mais là c'est trop."

 

"Slayer? "God hates us all" ? Quand on ouvre les cadeaux de Noël ? Non mais franchement, on aura tout vu"

 

Oui, parfois il faut composer avec une soeur, des parents, une petite amie. Autant de personnes qui n'approuvent pas nos goûts musicaux. Pour certains lecteurs, pas question de transiger, ce sera brutal ou lourd ou les deux. 24h/24.

Pour d'autres, les oreilles sont plus tolérantes, et il y a moyen d'amener sournoisement ce petit monde vers une musique un peu différente de leurs "merdes" habituelles (je suis persuadé que ce sont vos propres termes).

 

Vous l'avez déjà entendue cette phrase : 

"D'façon en France, hormis Cabrel et Goldman, y'a pas de mec capable d'écrire de belles paroles."

Elle venait en général du tonton au gros ventre ou de votre papa à moustache.

 

Voilà qui va ravir Arnaud Montebourg : les cinq titres d'"Impression d'errer" sont 100% français. Pas de mots inventés ou coupés comme sur la scène R'n'B, pas d'anglicisme poisseux, ou d'appel à la haine.

Des mots personnels, une certaine émotion derrière chaque terme choisi avec sensibilité et sorti avec énergie.

 

"D'façon on comprend rien à c'qui racontent tes chanteurs, puis en plus ils sont moches."

Ca ça vient souvent de la petite soeur.

 

Et bien hormis quelques phrases hurlées (parfois superposées avec du chant clair), on comprend distinctement chaque mot. Un chant que les radios pourraient accepter : de bons refrains bien entêtants, des montées, des impressions d'essoufflement sur "Au bout", une transmission d'émotions qui lorgne parfois du côté FM tout à fait assumé. En plus les mecs ont ce style "j'suis beau gosse, mais j'le sais pas (trop)". Enfin, il y en a un qui n'est pas génial dans le lot, mais je ne dirai pas qui.

 

En parlant de "beau gosse", il y a un lien musical avec Incubus assez présent qui peut d'un seul coup basculer dans une agressivité inattendue ("Changer"). L'inspiration américaine (souvent 90's comme sur le solo de "Rester en place") pour ce groupe qui se revendique rock français est omniprésente, bien que l'on puisse songer à Aqme dans une version light.

Toujours est-il que les arpèges marquent, les refrains ne demandent qu'une ou deux écoutes pour être appris et on passe un super moment.

 

Vous voilà un héros auprès de votre soeur qui aime les musiciens, vos parents ou voisins qui saluent l'évolution de vos goûts musicaux vers un peu plus de douceur et votre petite amie sera enfin prête à faire l'amour avec vous sur un de vos disques.

Par contre, ne vous emballez pas trop, ça ne dure que 22 minutes...

photo de Toukene
le 06/05/2013

Commentaires

Choky

Choky le 06/05/2013 à 14:27:37

22 min, pour faire l'amour ? C'est 21 de trop.

toukene

toukene le 06/05/2013 à 14:37:36

J'ai dit ça au pif, c'est juste que c'est aussi la durée moyenne des films sur Redtube.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Lobster Killed Me - Ghost

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016FRANK CARTER & The Rattlesnakes + GodDamn à La Maroquinerie à Paris le 6 octobre 2016