Fred barjo Odonae disquaire cd/vinyle et libraire spécialisé manga à Lille Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Disfear - "Live The Storm"

Disfear - "Live The Storm"
chronique Disfear - Live The Storm
9,5/10 0

Acheter Disfear Live The Storm sur Amazon

CD album CD album

 

Style musical : 

Crust'N'Roll

 

Année : 

2007

 

Tracklist :

1. Get It Off
2. Fiery Father
3. Deadweight
4. The Cage
5. The Furnace
6. Live The Storm
7. Testament
8. In Exodus
9. Maps Of War
10. Phantom

 

Label : 

Relapse Records

 

Lieu d'enregistrement : 

Godcity
Dans le même style :
Burning love - Rotten things to say

Disfear ne renaîtra peut-être pas de ces cendres, même si son split n'est pas officiel, suite au départ de Tompa motivé pour refaire des trucs de chevelus mais surtout à cause de la mort de son bassiste Henrik Frykman en 2011 et membre du line up des origines.

 

L'histoire de la horde commence en 1989 avec comme base le combo de Punk/HxC Anti-Bofors issu de la ville suédoise de Nykoping. Anti-Bofors réalise un mini-album sur son propre label No Records et quelques démos.

Fin 91, le groupe change de chanteur et de nom pour devenir Disfear. En octobre 1992 le groupe enregistre son premier mini-album éponyme avec le producteur de Entombed, Thomas Skogsberg. Quelques mois plus tard, en avril 1993, le groupe entre de nouveau en studio pour enregistrer encore un mini-album A Brutal Sight Of War, sorti en août de la même année.

C'est aussi cette année là, que votre serviteur, à peine remis des affres de l’acné, s'émancipant du cocon familial, découvre le groupe et le Crust par la même occasion, grâce à la compil In Crust We Trust sorti chez Lost And Found.

 

Voilà pourquoi Disfear demeurera toujours pour moi le symbole d'une musique de barbare irrécupérable et une formation chère à mon cœur. Il fallait donc que je chronique au moins un album du groupe sur votre webzine préféré sans quoi le peu de crédibilité que je possède ici s'effriterait comme un gâteau sablé dans l’œil d'un typhon tropical.

 

En 2002, Tomas 'Tompa' Lindberg (At The Gates, The Crown et une foultitude d'autres formations et de participations diverses servant toute la déesse Surdité) arrive au micro. Déjà responsable de plusieurs méfaits dans les terribles Skitsystem de 1995 à 2004, Tompa est loin d'être un anachronisme dans la scène D-Crust malgré son bagage foncièrement Metal.

Produit par le leader de Nasum, Misanthropic Generation débarque l'année suivante et distribue les tartes. Live The Storm le suit cinq plus tard et même si bénéficiant d'une production plus « claire » made in Kurt Ballou ne démérite en rien dans la discographie des Suédois.

 

Près à vous en prendre plein les étagères ? Okay c'est parti.

"Get It Off" débute le carnage. Pas de pitié, pas de prisonnier, pas de réflexion non plus. Seuls l'instinct et le goût du sang dans la bouche ont droit au chapitre. Pourtant les mini solos aérant le morceau renvoient immanquablement vers le catchy d'un Motörhead en pleine possession de ses capacités de nuisance sonore. Brutal, simple mais fabuleusement accrocheur.

Vous froncez désormais les sourcils et adoptez la mou que vous réservez à votre voisine quand vous la croisez dans l’ascenseur avec son con de clébard agressif moitié chien moitié rat et issu d'expériences génétiques étranges. Cette grimace ne va plus vous quitter jusqu'à la fin de l'album, allant même jusqu'à déformer votre joli minois en un rictus carnassier. Jetez une oreille juste sur l'intro de "Testament" pour comprendre.

Car l'écoute de Disfear et notamment de cet album modifie durablement les perceptions. Certes le son du groupe est devenu bien plus abordable, la vieillesse sûrement, mais a multiplié par 1 234, au minimum, l'impact de ses ogives.

Et ne me faites pas rigoler avec le « c'était mieux avant » car la nostalgie m'emmerde profondément, à tous les niveaux.

Et en ce qui concerne Tompa. Did he do the job or not ? Nom d'un petit Ravachol, il est juste parfait. Plus en avant que sur Misanthropic Generation, ses hurlements mettent les nerfs en pelote. Et c'est simplement ce qu'on lui demande.

 

Chant du cygne noir ou braillements d'hippopotame en rut ?

Live The Storm est certes bien loin des débuts traumatisés par la face brutale de la guerre mais qu'importe, baby, c'est juste du rock'n'roll de sauvage.

 

 


 


 

photo de Crom-Cruach
le 20/04/2014

Note des commentateurs : 9.5/10 (sur 2 votes)

Commentaires

cglaume

Sa note : 9/10

cglaume le 20/04/2014 à 11:27:59

Une tuerie !

korbendallas

Sa note : 10/10

korbendallas le 22/04/2014 à 11:47:16

Les patrons ! Avec Wolfbrigade ...
Misanthropic était déjà une tuerie mais celui-là surpasse tout !
Et c'était loin d'être mieux avant ... en espérant qu'ils reviennent un jour, avec Tompa !

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

FOGWAX : 2 CDs à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

As Blood Runs Black - Instinct

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016