S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Dog Fashion Disco - "Ad Nauseam"

Dog Fashion Disco - "Ad Nauseam"
chronique Dog Fashion Disco - Ad Nauseam
8/10 0

écouter "Ad Nauseam"


Acheter Dog Fashion Disco Ad Nauseam sur Amazon

CD album CD album (41:45)

 

Style musical : 

Smart Nawak metal

 

Année : 

2015

 

Tracklist :

01. Ad Nauseam
02. Last Night Never Happened
03. Golden Mirage
04. Covered in Blood
05. Only the Haunted
06. Lotion on Its Skin
07. Watching You
08. Baby Bones
09. Starving Artist

 

Label : 

Rotten records

 

Lieu d'enregistrement : 

WrightWay Studios
Dans le même style :
Dog Fashion Disco - The city is alive tonight - live in Baltimore

On le savait qu’il arriverait très vite ce 8e album: c’est qu’au vu du beau petit pactole récolté auprès des fans lors de la campagne de financement du précédent opus, Dog Fashion Disco avait remué tellement fort la queue d’enthousiasme que ça lui était monté à la tête, et qu’il avait promis une suite « dans la foulée ». Du coup à peine Sweet Nothings remisé sur l’étagère des bons petits skeuds à laisser reposer un temps pour voir comment ils vieilliront, voilà-t-y pas que débarque Ad Nauseam, une grosse année tout juste après le frangin. Mouais: tant de précipitation, si peu de temps pour laisser un peu d'oxygène à sa muse… Il y avait un risque non nul que la chose finisse dans le tiroir des albums-mineurs-pas-loupés-m’enfin-bof. D’ailleurs, prenant les devants sur les potentiels reproches émis à leur encontre, les américains ont carrément intitulé ce petit nouveau selon la sensation de trop plein que certains fans au système audio-digestif fragile pourraient bien s’avérer ressentir face à tant de matériel neuf à ingurgiter.

 

Alors, Ad Nauseam: album ad hoc ou album de trop qui va envoyer Todd Smith et Jasan Stepp ad patres?

 

Ouais mais là non, c’est pas du jeu: avec cette note grassouillette exhibée sous la pochette de l’album, là, à gauche, comment tu veux raisonnablement entretenir le suspense toi? Faudrait un lien « Affiche la note en cliquant ici » habilement amené dans le texte de la chro afin de pouvoir maintenir une tension dramatique un tant soit peu efficace…

 

Bref vous savez déjà tout: ces sacrebleu de can[awak]idés chantant ont encore renouvelé l’exploit. Oh ce n’était pas forcément évident à la première écoute. Car honnêtement, au départ je me suis passé plusieurs fois l’opus sans grimacer mais sans non plus m’en mordre les joues de plaisir. A vrai dire j’ai été à 2 doigts de penser qu’on tenait là une galette tiède, façon Sarazin à la saucisse réchauffée mollement au micro-onde. C’est que le sel de cette 8e livraison se trouve essentiellement en son centre, de « Golden Mirage » (Rhâââ) à « Watching You » – pile-poil le créneau pendant lequel notre oreille ne travaille plus qu’à temps partiel, la concentration finissant par glisser pour s'en retourner à ce foutu Sudoku qui ne veut pas se laisser faire.

 

Non c’est vrai, « Ad Nauseam » est un titre sympa, mais son approche Electro-Rock flashy aurait tendance à déstabiliser en 1er approche (… bien qu’en grattant un peu, sans trop se fatiguer, on se rende vite compte que la bête contient tout ce qui nous fait aimer le groupe). Et puis ce n’est pas « Last Night Never Happened » qui risque de sortir le trampoline à Prosper-Yop-La-Boum, le morceau étant dans la lignée de ce que les américains ont fait de plus malaise-psychotique-bien-dark. Et donc, comme je le sous-entendais dans le paragraphe précédent, à l’autre extrémité de la tracklist non plus les néons fluos et les maracas ne clignotent pas franchement sous le soleil de Mexicooo. Car avouez que, quand même, c’est vrai: la main doucement vicieuse dans le gant de velours « Baby Bones » est un poil trop rire-jaune-sous-la-couette pour que l’on frôle l’orgasme, et si « Starving Artist » nous offre une belle farandole bien aguicheuse (avec du pur Nawak Metal 6:33ien en fin de 1e partie), son final gâche un peu la ligne d’horizon. Parce qu'on aurait espéré un coucher de soleil plus flamboyant que cette lente extinction mâtinée de soubresauts chaotiques…      

 

N'empêche, pour être honnête, là, je pinaille méchamment. C’est qu’il faut bien justifier le manque de lucidité dont j’ai fait montre lors de mes premières écoutes de l'album! Et si cette entame et ce finish sont en fait bien plus reluisants que ce que je veux bien laisser entendre, que dire du reste de la tracklist! La folie habituelle du groupe, sa Metal Edge méchamment joyeuse, ses cuivres enjoués, sa basse irrésistible y font des merveilles. Et ce dès la bombe « Golden Mirage » qui manie gros bras riffés et piano rock bondissant avec fougue et enthousiasme. Quel contraste avec « Last Night Never Happened »! Et les contrastes de continuer bon train avec le presque Slayerien « Cover In Blood » qui déchaîne une guitare excellemment venteuse (putain cette rafale à 0:38!!) qui nettoie les bronches avec la puissance du souffleur de verre réalisant un jéroboam en une seule expiration. Quant à « Only The Haunted », si l’on excepte les sonorités Charlie Oleg de cet orgue vintage, il nous fait swinguer et groover avec l’insolence d’un That Handsome Devil! Et viva Dog Fa'!

 

... Nom d'un p'tit chroniqueur en carton, cette approche track-by-track est vraiment lamentable. J’arrête donc là. Et pourtant il y en aurait encore à dire, notamment sur le refrain larger-than-Jackie-Sardou de « Watching You ». Mais non, non, je ne vous en dirais rien (...trop tard?). ‘z’avez qu’à écouter l’album que diable!

 

C’est dingue, mais si on y regarde de plus près, si si, c’est bien ça: bien qu’il soit le 8e sur une discographie bien fournie – sans compter les mondes parallèles de Polkadot Cadaver, El Creepo et Knives Out – et qu’il soit sorti sur les talons de son prédécesseur, Ad Nauseam se révèle être un putain d'excellent nouvel album de Dog Fashion Disco, toujours dans cette mouvance Smart Psycho Nawak Metal progressif (allez ouais, on va dire ça) qui les rend si particuliers. Du coup, tout compte fait cet album aurait plutôt mérité de s’appeler « Ad Orgasmeam ». Parce que Rhââ lovely nom de nom!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: 8e opus de Dog Fashion Disco tout juste une grosse année après son prédécesseur, Ad Nauseam déjoue tous les pronostics en faisant encore plus accrocheur et inspiré que son grand frère, sans rien abandonner de sa folie psychotique, de ses accès 100% Nawak, de ses cuivres joyeux et de ses accès méchamment Thrash. Si un digne successeur au trône de Mr Bungle devait être désigné, ‘m’étonnerait pas qu’il porte un collier antipuces et qu’il kiffe « Staying Alive » des Bee Gees tiens…

photo de Cglaume
le 24/12/2015

Note des commentateurs : 7/10 (sur 2 votes)

Commentaires

pidji

Sa note : 6/10

pidji le 24/12/2015 à 11:05:15

J'avoue ne pas avoir accroché à celui-ci :/

mcmetal

Sa note : 8/10

mcmetal le 24/12/2015 à 13:07:12

très bon comme d 'habitude

Eric Dtreatle

Eric Dtreatle le 24/12/2015 à 16:37:17

larger than Jackie Sardou ^^ Ah toujours ton humour entre Castelli et Jean Yanne... pinaise, j'ai ri.

cglaume

cglaume le 26/12/2015 à 17:15:34

^^

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

2 vinyles sampler bonus de TAD à gagner !

UNTIL THE UPRISING : 2 CDs

Dernières news

Chronique au Hasard

Brainerd - EP

Évènements

ROVER + Burning Peacocks au Chato'do - Blois le 15 décembre 2016EMMURE + AFTER THE BURIAL + FIT FOR A KING + OCEANS ATE ALASKA + LOATHE au CCO Villeurbanne le 26 janvier 2017THE ARRS + MY SECRET SAFE @Secret place à St Jean de Védas (34) le 24 mars 2017ME FIRST AND THE GIMME GIMMES + MASKED INTRUDER @Secret place à St Jean de Védas (34) le 14 février 2017GOHELLE FEST 2016 au Métaphone à Oignies (62)