S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Envy - "Atheist's cornea"

Envy - "Atheist's cornea"
chronique Envy - Atheist's cornea
8.99/10 0
 

Acheter Envy Atheist's cornea sur Amazon

CD album CD album (43:00)

 

Style musical : 

Screamo

 

Année : 

2015

 

Tracklist :

1. Blue Moonlight
2. Ignorant Rain and the End of the World
3. Shining Finger
4. Ticking Time and String
5. Footsteps in the Distance
6. An Insignificant Poem
7. Two Isolated Souls
8. Your Heart and My Hand

 

Label : 

Temporary Residence.
Dans le même style :
Ampools + It.is.Imperative - split Ampools - It.is.Imperative

"La musique est un langage universel".
N'y a-t-il pas plus cliché comme affirmation ? En même temps, n'y a-t-il pas affirmation plus vraie ?

Je ne comprends pas un mot de japonais et pourtant Envy m'en a appris bien plus sur le poids de la société nipppone que ne l'aurait fait n'importe quel livre de sociologie sur l'extrême orient.
Envy me parle, me touche. Envy m'a aussi sérieusement ennuyé. Ces dernières années, chaque titre faisait craindre un morceau gonflé en mélatonine. Leur verveine musicale venait après des années de cris venus du coeur et d'instruments aux sonorités plus curatives qu'une thérapie chez un psy.

Alors voilà. Plus de 20 ans qu'Envy joue, parle, évacue cette pression sur ses épaules et nous libère de la notre par la même occasion. Et ils y parviennent encore, 20 ans après, avec "Atheist's cornea".

 

Son leader à casquette a la voix plus grave, plus usée, mais capable d'être aussi vive qu'antan. Les mots (peut-être), le ton (clairement) : tout est là pour partager cette douleur que l'on suppose, que l'on comprend, que l'on partage sans en connaître le contenu.

Envy n'est pas le leader d'une scène screamo pour rien : c'est dans le hurlement que tout passe, comme il est toujours passé. Cela faisait longtemps qu'il ne nous touchait plus en plein coeur aussi violemment. Plus de longues séquences de spoken words (hormis sur le titre "Atheist's cornea"), mais des parties chantées avec clarté, précision, finesse, fébrilité.
Le chant ne revient pas complètement aux origines : il mêle astucieusement le scream du passé dans lequel il excellait pour y associer un peu de douceur. Les lignes font toutes mouches, les mots nous traversent, mais ils ne seraient rien, ou alors bien peu, si l'orchestre ne s'était pas magnifié pour ce LP.

Car c'est sans doute là qu'Envy a trouvé les ressources pour sortir un album qui peut atteindre une marche de son podium discographique.


Ce Envy 2015 est inspiré, mais aussi mis en valeur par une production intelligente : propre et moderne, elle met l'accent sur la batterie qui mène à bout de bras ces 40 et quelques minutes.
On pourrait n'entendre qu'elle, chaque frappe est aussi parlante qu'une série de cris, ou qu'une suite de riffs. Tantôt rapide, tantôt violente, explosive, elle donne le tempo mais fait de ses crescendi des poussées d'adrénaline. Ses cymbales peuvent jouer avec nos nerfs lacrymaux, et c'est sur "Footsteps in the distance" qu'elle se met le plus en valeur.
Loin d'être un simple outil de base pour la construction des morceaux, cette batterie est le coeur, le poumon, le cerveau de cet album.

Côté guitare on retrouve les classiques arpèges chialants, les riffs déchirants...pour un résultat inspiré.
On retrouve aussi le groupe consciencieux lorsqu'il fait dans la "simplicité" (en allant piocher leur son d'antan) mais lorsqu'il agrémente ses morceaux d'ornements musicaux.
C'est ainsi que "Shining finger" avec ses violons et son clavier devient le morceau le moins naturel, le plus surfait avec des sentiments en mousse...mais n'en demeure pas moins bon dans sa réalisation.

Dans ce LP, après un démarrage en trombe, on pouvait craindre une sévère déception avec "Shining finger" puis "Ticking time and string", un peu en deçà, plus lents, moins explosifs, mais ils vont se marier à merveille avec un album qui sait rebondir et nous mener facilement jusqu'au dernier morceau.

 

En ayant fait le choix d'une durée "classique" de 43 minutes, Envy est sorti de sa période post-rock soporifique pour mêler le passé screamo avec un présent plus concis (à l'image de la 2nde piste). Les japonais ne s'attardent pas, vont droit au but mais ne se précipitent pas pour autant. Ils parlent en ayant parfaitement conscience du chemin qu'ils empruntent tout en nous parlant, nous touchant.
Il était difficile d'imaginer qu'Envy nous reviendrait en grande forme...mais il est allé bien au-delà de toutes nos espérances.

 

photo de Toukene
le 20/07/2015

Note des commentateurs : 9/10 (sur 1 votes)

Commentaires

pidji

Sa note : 9/10

pidji le 20/07/2015 à 09:17:54

Le retour au top de ENVY, un des albums de l'année pour ma part.
Prestation magique au Hellfest cette année.

JoZzef`

JoZzef` le 31/07/2015 à 11:45:45

IP : 217.128.140.84

ptin..je les ai loupé, la tristesse... et je t'ai loupé aussi pidji ;)

pidji

pidji le 31/07/2015 à 11:58:48

Roooh t'y étais Jozzef ? Tssss et le téléphone ? ^^

JoZzef`

JoZzef` le 31/07/2015 à 15:15:52

IP : 217.128.140.84

mui..j'y suis toujours à clisson.. mais je descends sans téléphone, trop risqué ;)

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

2 vinyles sampler bonus de TAD à gagner !

UNTIL THE UPRISING : 2 CDs

Dernières news

Chronique au Hasard

Kansas - The Prelude Implicit

Évènements

ROVER + Burning Peacocks au Chato'do - Blois le 15 décembre 2016EMMURE + AFTER THE BURIAL + FIT FOR A KING + OCEANS ATE ALASKA + LOATHE au CCO Villeurbanne le 26 janvier 2017THE ARRS + MY SECRET SAFE @Secret place à St Jean de Védas (34) le 24 mars 2017ME FIRST AND THE GIMME GIMMES + MASKED INTRUDER @Secret place à St Jean de Védas (34) le 14 février 2017GOHELLE FEST 2016 au Métaphone à Oignies (62)