Fred barjo Odonae disquaire cd/vinyle et libraire spécialisé manga à Lille Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Gost - "Behemoth"

Gost - "Behemoth"
chronique Gost - Behemoth
7/10 0

écouter "Master"


Acheter Gost Behemoth sur Amazon

mp3 mp3 (39:28)

 

Style musical : 

Electronics

 

Année : 

2015

 

Tracklist :

Beyond
Genesee Avenue
Night Crawler
Master
Reign in Hell
Tongue
Without a Trace (feat. Hayley Stewart)
Ripper
Bathory Bitch
Sacrament
Behemoth

 

Label : 

Blood music

groupe Gost
Gost

Chroniques :

Behemoth (2015)
Dans le même style :
The Faceless - Akeldama

Attention spoiler : cet album ne comporte aucune trace de guitare, de blast-beat ni de chant de cochon !

 

« - Nom de Zeus, Marty ! La DeLorean s'est encore trompée. Nous ne sommes pas en 2015 !

- Comment le sais-tu, Doc ?

- Tu vois cet individu là-bas, sur le banc avec le minuscule bonnet, la barbe hirsute et le jean serré ? Tu entends la musique qui sort de son énorme poste cassette ? Nous sommes revenus dans les années 80, c'est sûr. Le convecteur temporal nous a encore joué un tour.

 - Pas d'erreur du convecteur, nous sommes bien en 2015. Le gars sur le banc prétend à être à la pointe de la mode avec son ghetto-blaster et la musique qu'il écoute, c'est le premier album de GosT, Behemoth.

- Nom de Zeus ! La mode, encore plus efficace que la DeLorean ! »

 

Voilà quelques années maintenant que l'on assiste à un retour d'une certaine forme de dance typée eighties. Le succès de "Nightcall" de Kavinsky sur la B.-O. de Drive n'y est pas étrangère. Se sont engouffré dans la brèche des artistes comme Carpenter Brut ou Perturbator. Pourquoi un retour en fanfare de cette musique synthétique très largement inscrite dans une époque ? On dit régulièrement que la mode est cyclique et qu'une décennie retrouve grâce 20 ans plus tard. Dans le cas présent, c'est plus de trente ans. Encore une subtilité dans le domaine qui doit m'échapper. Peut-être que les progrès de la MAO ne sont pas étrangers à ce phénomène? Je ne suis pas suffisamment calé pour pouvoir en juger.

 

Toujours est-il que depuis quelque mois, le label finlandais essentiellement métal Blood Music, qui s'est fait connaître pour ses rééditions au format vinyles et les box monstrueuses (Strapping Young Lad, Moonsorrow...), s'est lancé dans cette scène. Dans un premier temps en rééditant puis en publiant le nouvel album de Perturbator, et maintenant en mettant sur le marché Behemoth, le premier opus de GosT. Même si on a affaire ici à une musique purement électronique et quasi instrumentale, dans le prolongement des artistes cités plus haut, GosT se pare d'un décorum que ne renierait pas un groupe de black, à commencer par le pseudo du musicien derrière le projet: Baalberith. On a aussi la pochette (signée par le studio français Fortifem) qui s'orne d'un démon portant une croix renversée, ainsi que les titres des morceaux : "Reign in Hell", "Ripper", "Bathory Bitch"... qui résonneront dans les oreilles de n'importe quel métalleux.

 

Le son est gros (USA oblige) et les sons de synthé sont recherchés et variés. La majorité du temps, les morceaux sont construits sur des bases qui ne sont pas sans rappeler le rock / métal: sur un beat vient se poser une basse souvent grasse et lourde surmontée d'une ligne mélodique. Le final du morceau éponyme n'est pas sans rappeler les ralentissements tout en lourdeur chers à leurs compatriotes de Machine Head. En revanche, les structures des morceau se rapprochent plus de la musique électronique ou de la bande-originale de film, dans la montée en puissance. Les mélodies, loin d'être faciles et simplistes, sont travaillées et bien mises en valeur.

 

Sans chercher à copier ses prédécesseurs, on retrouve dans la musique de GosT de nombreuses petites touches rappelant tour à tour Daft Punk, période Discovery ("Sacrament"), la New-wave ("Night Crawler"), Vangelis, Prodigy... Seule faute de goût à mon sens, l’intervention chantée de Hayley Stewart, dont j'ignore tout, sur "Without a Trace". Non pas que la donzelle chante mal, mais je trouve que sa présence brise quelque peu la dynamique générale du disque et n'apporte pas grand chose.

 

Je n'ai pas mis de note plus élevée car on est bien loin du métal avec cet album, mais je suis sûr que dans les milieux autorisés, Behemoth fera son petit effet et fera remuer bon nombre de popotins sur les dancefloors.

photo de Xuaterc
le 30/05/2015

Commentaires

Sam

Sam le 31/05/2015 à 00:35:47

J'écoute cet album depuis un mois, et sans qu'il soit à mes yeux un chef d’œuvre, cette chronique me fait grincer des dents!
"Je n'ai pas mis de note plus élevée car on est bien loin du métal avec cet album" mais ça veut dire quoi ça????????? C'est pas un argument! Le disque est bien ou il ne l'est pas, en quoi un album sans guitare serait d'office moins bien noté? De plus, ça fait longtemps que la touch 80's est présente dans l'electro, il a pas fallut attendre Drive pour ça (sauf pour ceux qui n'y connaissent rien dans ce domaine).

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 31/05/2015 à 17:13:03

Ouep, je pense que ce n'est pas un argument "loin du Metal" ; cela n'a pas d'importance.
le touch 80's ici, c'est celle d'un Kavinski (quand il détourne San Ku Kaï ou Outrun) pas la touche Depeche Mode qui existe dans tous les genres depuis... Depeche Mode pour faire simple et grand public ^^
Je trouve l'album un peu too much et bourratif mais avec un bon goût.

Xuaterc

Xuaterc le 31/05/2015 à 19:25:57

IP : 2a01:e35:2e94:9180:5d82:53ce:6d9b:5ae4

On dirait que cette dernière phrase a été mal comprise: ce que je voulais dire c'est qu'étant donné qu'il s'agit d'un album de pure électro, ce qui est loin de mon domaine de spécialité, donc je ne suis pas super bien placé pour donner une note avec autant de justesse que pourrait le faire quelqu'un de plus calé. Pour être clair, je ne l'ai pas sous-noté parce qu'il n'y avait pas de guitares.
D'ailleurs, avec le recul de plusieurs semaines, je me le repasse toujours avec plaisir.

Dédé

Dédé le 01/06/2015 à 03:56:00

IP : 88.160.69.104

Le niveau de cette chronique, autant dans son contenu que dans sa forme, est pathétique.

cglaume

cglaume le 01/06/2015 à 12:28:15

Le niveau de ce commentaire aurait pu ne pas être pathétique si au moins il avait été argumenté. D'ailleurs, dites-moi: un niveau peut-il être pathétique ?

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Stoneghost - New age for old ways

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016See you in the pit #6 du 8 juillet au 23 août 2016 @ Secret Place à Saint-jean-De-Vedas