S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Magnum Carnage - "More Unreal Than a Box of Precious Metal and Radioactive Ore"

Magnum Carnage - "More Unreal Than a Box of Precious Metal and Radioactive Ore"
chronique Magnum Carnage - More Unreal Than a Box of Precious Metal and Radioactive Ore
3/10 0

Acheter Magnum Carnage More Unreal Than a Box of Precious Metal and Radioactive Ore sur Amazon

CD album CD album (1:08:25)

 

Style musical : 

Nawak Sympho-heavy-SF-black en carton

 

Année : 

2009

 

Tracklist :

01. Titanium Apocalypse
02. Drowning in Feces / Death (The Slow Process)
03. Suitcase Nuke
04. Night of the Chupacabra
05. Divine Comedy Pt. 1 - Damn This Age!
06. Demon City Honolulu
07. The Wolf
08. The Ballad of Brian Wells
09. Platinum Hell Tour
10. Temple of Doom
11. Depraved Fantasy
12. No Fear Pt. 2 - Speed Vs. Stupidity
13. No Fear Pt. 3 - Xmas Fight Song
14. Gold
15. Bronze
16. Silver
17. Plutonium (Awesome Song II)
18. Buick '88
19. Video Games of the Gods
20. Grain Reaper
21. 2012
22. Nightmarish Full-Scale War

 

Label : 

Autoproduction
Dans le même style :
Troldhaugen - Obzkure Anekdotez for Maniakal Massez

Comprenez-moi: cet album me faisait salement de l’œil. Que dis-je de l’œil? Du pied, ouais! Et au vu et au su de tous en plus! Non c'est vrai: un titre comme More Unreal Than A Box Of Precious Metal And Radioactive Ore, c’est pas honteusement aguicheur comme appât à nawakophile peut-être? Surtout que ce message est hurlé du haut de la pochette couleur « rose barbare » d’un album de black expérimental en provenance d’Hawaï. Et que la tracklist arbore de croustillantes insanités comme « Demon City Honolulu », « Xmas Fight Song » ou encore « Video Game of the Gods ». Et qu'avantgarde-metal.com – le site des groupes de metal qui tentent des trucs chelous – en parle en des termes ma foi relativement laudateurs.

 

Alors vous pensez bien que j’étais obligé de craquer…

 

… Et puis ce sont mes oreilles – rapidement suivies par mes nerfs – qui ont craqué. Parce que plutôt que de torturer ses prisonniers en les exposant à du Metallica, du Deicide ou du Skinny Pupppy, l’armée US serait sans doute été beaucoup plus inspirée en utilisant du Magnum Carnage. Pourquoi? Attendez voir que je vous liste les charges retenues contre le groupe – réduit pour cet album à l’état de one-man band, fait que nous ne retiendrons pas au titre des circonstances atténuantes:

 

1) massacre rythmique : Mesdames et Messieurs les jurés, sachez que la Boite-à-Rythmes assise dans le box des accusés est omniprésente sur les 22 titres de l’album, franchement en avant dans le mix, et programmée avec la finesse d’une armée de Gremlins dévastant une pâtisserie-confiserie-sex-shop.

2) torture de cordes vocales en réunion : Monsieur le Juge, sachez que quand Kai, the-man-behind-the-band, ne se lance pas dans des gargouilleries robotiques black/indus à la Gloomy Grim (bon, là encore, ça passe), il nous assène un chant clair digne d’une éponge sous Xanax, le phénomène s’alourdissant encore parfois de l’utilisation de trémolos vocodés qui mériteraient – greffier, veuillez noter s’il vous plait – la mort par visionnage en boucle de la dernière saison de « La Chance Aux Chansons »

3) non-assistance à espace sonore en danger : certes, on me rétorquera « contraintes financières », « situation insulaire », et blablabi et blablablère… Mais rien n’excuse vraiment cette production viscéralement moisie (… les guitares!), ce mix qui place la BAR et le chant sur le pont tandis que les pistes de gratte sont planquées sous le tapis, et ce mastering… inexistant!

4) détournement de clavier : gros doigts graisseux, plages atmo-SFisantes de jeu vidéo low cost, sucre qui colle aux dents et aux oreilles… Quand il montre le bout de son nez, il est dur de ne pas céder à l’envie de tirer sur le pianiste!

 

C’est vrai, la Défense nous rappelle à juste titre que le guitariste est plutôt généreux, et relativement compétent. Mais le son moisi qui lui est alloué, une tendance certaine à en faire trop et un grain synthétique-raplapla nous rappellent bien trop cruellement le souvenir douloureux du Illuvatar  de Pierre M.E. Reverdy… En beaucoup moins bien qui plus est! Je te dis pas la cata'. Bref. Alors certes, Magnum Carnage sort des sentiers battus, et se fait aussi régulièrement qu’explicitement nawak. Mais on est ici à des années lumières qualitatives d’un Sigh. Et la vérité c’est que, si l’on reste curieux le temps des 3-4 premiers morceaux, ce black-pop-symphonic-nawako-SF en carton irrite puis endort aussi sûrement qu’un exposé de Frédéric Mitterrand sur les Habsbourg.

 

C’est vrai, ça fait beaucoup de lignes pour, finalement, ne pas dire grand-chose de plus que « Pouah ! ». Mais il fallait mettre en garde la nawakosphère – même si le système digestif de ses membres en a vu d’autres! Et puis de fait, ça ne devrait pas troubler plus que ça le père Kai. Il nous le dit lui-même au sein du titre « Temple Of Doom »:

 

I don’t care if you don’t like it.

I don’t care if it’s out of tune.

I don’t care if it’s out of time.

I don’t care if you don’t care.

I don’t care if you don’t buy it.

I don’t care if you download it.

 

Alors bon, autant faire œuvre de salubrité publique...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: de la grosse BAR programmée avec les moignons, un synthé rose-chamallow qui vomit des fleurs de l’espace, un son trve-Playskool en carton pour un album de nawak-sympho-heavy-SF-black pousse-au-suicide. Je pense que même sans trop chercher, vous trouverez mieux en magasin…

photo de Cglaume
le 20/03/2014

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Brother Sun, Sister Moon - Brother sun, sister moon

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016FRANK CARTER & The Rattlesnakes + GodDamn à La Maroquinerie à Paris le 6 octobre 2016