Fred barjo Odonae disquaire cd/vinyle et libraire spécialisé manga à Lille Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Reptile Youth - "Rivers That Run for a Sea That Is Gone"

Reptile Youth - "Rivers That Run for a Sea That Is Gone"
chronique Reptile Youth - Rivers That Run for a Sea That Is Gone
7/10 0
 

Acheter Reptile Youth Rivers That Run for a Sea That Is Gone sur Amazon

CD album CD album

 

Style musical : 

Indie pop rock

 

Année : 

2014

 

Tracklist :

01. Above
02. Colours
03. Rivers That Run for a Sea That Is Gone
04. Structures
05. Where You End I Begin
06. We’re All in Here
07. Two Hearts
08. JJ
09. All of the Noise
10. Diseased By Desire

 

Label : 

Autoproduction
Dans le même style :
Thrice - Major/Minor

Danois, Reptile Youth fait à la fois dans l'electro et dans un rock fiévreux, émaillé de mélodies estimables ("Colours"). Rivers that run for a sea that is gone, album marqué par des collaborations décisives notamment à la production, propose donc dix titres qui oscillent entre les deux penchants, et qui à l'occasion mêlent les deux (l'excellent et éponyme "Rivers that run for a sea that is gone").

 

L'amorce est elle aussi convaincante, avec Above et ses gimmicks synthétiques d'un bon apport, la vivacité de la plupart ds morceaux, dont "Structures", anime le disque et le dosage est habile. On s'y laisse prendre, d'autant qu'il n'y a ici aucun remplissage; la durée de l'album et le nombre de chansons, limité à dix, permettent donc de maintenir l'intérêt. On ne relâche la tension qu'à l'occasion de "Where you end I begin" et encore, ce dernier se voit affublé de sons acidulés qui l'encanaillent, avant ce We're all in here au groove electro-rock marqué, qu'une certaine sensitivité pop traverse. Les claviers sont bien utilisés, jamais envahissants, des riffs durs jalonnent Two hearts, fait lui aussi d'une electro-rock de caractère mais aussi sensible dans le chant. C'est bien construit, assez accrocheur et l'approche plus ouvertement rock de "JJ", premier single inspiré par la correspondance du groupe avec un fan toxicomane, complète le tableau.

 

La finesse n'est pas en reste, elle est même mise en avant sur "All of the noise", couplée à des élans plus griffus, et c'est un long format intitulé "Diseased by desire" qui met fin au parcours, avec des synthés très présents, aux strates prenantes. Le coup est réussi et on ne boudera pas son plaisir de découvrir un groupe nordique doué, auteur d'un bon essai dont la qualité appelle à une suite elle aussi prometteuse.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

10 years Kicking Fest 2016 : 2 places à gagner pour le samedi !

Dernières news

Chronique au Hasard

Vitor Hublot - Brassens selon Vitor Hublot

COREandCO radio

Évènements

KICKING FEST 2016 avec LES SHERIFF, BURNING HEADS, GUERILLA POUBELLE, COOPER, NOT SCIENTISTS, THE DECLINE!, GAS DRUMMERS, THE BLACK ZOMBIE PROCESSION, FLYING DONUTS, HATEFUL MONDAY et d'autres les 24 et 25 juin 2016  à NimesGOJIRA & TOUMAÏ à La Belle Electrique, Grenoble, le 14 juin Cancer Bats à La Marquise à Lyon le 11 juin 2016