S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Sofy Major - "Waste"

Sofy Major - "Waste"
chronique Sofy Major - Waste
6,5/10 0
 

Acheter Sofy Major Waste sur Amazon

Vinyle 12" Vinyle 12" (35:20)

 

Style musical : 

post hardcore

 

Année : 

2015

 

Tracklist :

- Waste
- We see fire
- Turning point
- Slow everywhere
- Infinite pill case
- Black and table
- Iron butt
- Devotion man
- As happy as (Thugs Cover)

 

Label : 

Solar Flare

 

Lieu d'enregistrement : 

Black Box with Dave Curran
Dans le même style :
Drive Blind - Be A Vegetable (réédition)

Du Noise hardcore moderne lourdement estampillé 2000’s qui a vu les clermontois de Sofy Major doucement émerger dans le paysage hexagonal, il ne reste plus grand-chose. Cela fait maintenant quelques années qu’à travers les sorties successives du groupe, ses collaborations diverses et les activités de Matthieu avec son label Solar Flare, le groupe s’engouffre allègrement dans le post hardcore tel qu’il était  troussé dans les nineties : avec lourdeur, décontraction et gouaille… Et je parle même pas des jeans troués, des chemises à carreaux et des coiffeurs à la retraite là hein.

 

A ce petit jeu, Sofy Major a donc eu le temps de parfaire sa maîtrise et ses recettes depuis ses premiers soubresauts et c’est bel et bien à un groupe qui s’assume pleinement qu’on a affaire aujourd’hui. Les recettes sont là et elles fonctionnent : on bouge la tête à chaque explosion, on retient les riffs à la première écoute, on frissonne gentiment sur la rugosité du son, on se tend sur les breaks, etc. Tout est à sa place. On peut même encore jouer au jeu du name dropping pour les influences y tutti quanti mais je préfère autant vous guider vers nos précédentes chroniques, les groupes en question y sont déjà cités. A partir de là, je ne sais pas vraiment quel est l’objectif des clermontois (si tant est qu’ils en ont un)… S’il s’agit bien ici de perpétuer le merdier, de continuer à polir ce caillou presque vieux de trente ans avec respect, application et passion, et bien collez leur donc la note maximale et merci, au revoir (oui, je suis d’accord, c’est de la connerie les notes souvent).

 

Par contre, si, comme je le crois, le but ici est de surprendre, de faire frissonner et d’essayer de passionner, ça va pas forcément aussi bien passer… Je m’explique :

 

Au-delà de cette maîtrise indiscutable, la plupart des titres de ce disque peinent à surprendre, et, pire encore, en viennent à s’enrailler au fil des écoutes (oui, je zappe systématiquement « Black and table » maintenant). Je ne suis pas médecin et je ne saurais clairement identifier la maladie dont est peut-être atteint ce disque mais j’en vois au moins les symptômes : à force d’empiler des riffs qui (certes) tuent, des breaks qui (certes) tabassent et des refrains qui (certes) s’incrustent immédiatement dans notre cortex, la machine s’essouffle légèrement et on se surprend à s’essouffler à notre tour. Par exemple, aucun disque ne m’a dernièrement plus donné envie de m’envoyer un vieux Portobello Bones ou un encore plus vieux Unsane (ce qui n’est pas forcément un mal mais bon… Je ne suis pas certain que ce soit le but ici). Ces derniers, et c’est un peu contradictoire, sonneront plus frais à mes oreilles .

 

Après, ne soyons pas trop sévères non plus, le disque parlera toujours à n’importe quel vieil ado attardé des 90’s (dont je fais toujours partie, sans déconner) et cela serait également injuste d’accuser le groupe d’immobilisme et d’auto-complaisance. En effet, on peut remarquer qu’à l’instar de leurs collègues de label que sont les nantais de Watertank, le trio a la volonté d’aérer son propos en ajoutant des parties plus mélodiques, tant dans ses arrangements (« Devotion Man ») que dans le chant, toujours un brin monolithique mais plus réfléchi que par le passé (« Turning Point »). On remarquera aussi une reprise des Thugs en fin de disque, fraîche, puissante et mélodique… Dommage que le reste du disque ne s’engouffre pas plus dans cette veine mais parions aussi que le trio saura rebondir dans la bonne direction : cette reprise, la qualité de leurs prestations scéniques et la fréquence de leurs sorties discographiques en sont la preuve.

 

Nb : Artwork qui défonce, réellement. Bien plus fun que les traditionnelles bidouilles géometro-intello des autres disques.

photo de Swarm
le 02/11/2015

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

FOGWAX : 2 CDs à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

7 Weeks - Démo

COREandCO radio

Évènements

KICKING FEST 2016 avec LES SHERIFF, BURNING HEADS, GUERILLA POUBELLE, COOPER, NOT SCIENTISTS, THE DECLINE!, GAS DRUMMERS, THE BLACK ZOMBIE PROCESSION, FLYING DONUTS, HATEFUL MONDAY et d'autres les 24 et 25 juin 2016  à NimesINTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016