S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Thee Oh Sees - "Mutilator defeated at last"

Thee Oh Sees - "Mutilator defeated at last"
chronique Thee Oh Sees - Mutilator defeated at last
9/10 0

écouter "Rogue Planet"


Acheter Thee Oh Sees Mutilator defeated at last sur Amazon

CD album CD album (33:00)

 

Style musical : 

Rock prolétaire flamboyant

 

Année : 

2015

 

Tracklist :

1. Web
2. Whitered hand
3. Poor Queen
4. Turned out the light
5. Lupine Ossuary
6. Sticky Hulks
7. Holy Smoke
8. Rogue Planet
9. Palace Doctor

 

Label : 

Castle face records

 

Lieu d'enregistrement : 

San Francisco, Etats -Unis
Dans le même style :
No Faïence - S/t (EP)

Dans la série des stakhanovistes du rock, l'Histoire retiendra les anglais de The Fall et les américains de The Melvins, véritables spécialistes machines-outils de la quantité alliée à la qualité. Avec une troisième place de choix – due à sa relative jeunesse – Thee Oh Sees suis à la trace l'exemplarité de ces illustres aînés. Adeptes du bavardage, du riff dynamique indémodable et du presse-purée sur commande, ce disque – comme tous les autres – est pour vous.

Thee Oh Sees sort son dixième album en l'espace de 7 ans. Dix-huitième opus pour son acharné leader, John Dwyer, sur toutes les routes, sous toutes les formes depuis 1997.

 

Adeptes du -whatdafuck- et du hors-pistes, Dwyer et les siens égaillent à nouveau nos esgourdes avec une formule bien à eux. Leur rock garage 60's en short/chemise à jabots mêle adroitement Riffs Heavy et Fuzz profonde. Ceux qui prétendent que le rock est mort, sont en peine d'arrêter le va-et-viens de leurs nuques... et ce satané pied qui ne cesse de marteler le sol.
Mutilator defeated at last voit le groupe qui s'amuse à singer tantôt les Mods tantôt les martyrs post-punk. Probablement une manière de baisser l'intensité un temps pour garder l’incandescence intacte. Tout ça ne dure pas bien longtemps, des titres comme « Withered hand », « Lupine Ossuary » ou « Rogue Planet » reviennent vite tabasser sans compter.

 

Alors oui, pour les connaisseurs, cet album sonne comme un B-Side et Rarities. Il aurait pu l'appeler Some Old Bullshits... m'enfin des B-Sides de cette trempe, on est toujours preneurs. On a rigolé lorsque l'on nous annoncés que les White Stripes et autres Strokes étaient là pour sauver le Rock, et on a vite replongé dans nos archives – The Cramps y compris. Seulement là, un tel tas de talent en si peu de temps, force est de constater que l'on doit s'incliner.

 

Mutilator Defeated at last reprend les mêmes codes que les plaques précédentes, un titre idiot, une pochette moche et une grosse demi-heure d'aventures soniques salutaires.  

photo de Eric D-Toorop
le 19/01/2016

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Dernières news

Chronique au Hasard

Kylesa - Static tensions

COREandCO radio

Évènements

KICKING FEST 2016 avec LES SHERIFF, BURNING HEADS, GUERILLA POUBELLE, COOPER, NOT SCIENTISTS, THE DECLINE!, GAS DRUMMERS, THE BLACK ZOMBIE PROCESSION, FLYING DONUTS, HATEFUL MONDAY et d'autres les 24 et 25 juin 2016  à NimesToundra + BIEN À TOI + VALLEY au Gibus Live à Paris le 25 mai 2016GOJIRA & TOUMAÏ à La Belle Electrique, Grenoble, le 14 juin Cancer Bats à La Marquise à Lyon le 11 juin 2016