Fred barjo Odonae disquaire cd/vinyle et libraire spécialisé manga à Lille Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Triggerfinger - "By absence of the sun"

Triggerfinger - "By absence of the sun"
chronique Triggerfinger  - By absence of the sun
7.75/10 0

écouter "Big Hole"


Acheter Triggerfinger  By absence of the sun sur Amazon

CD album CD album (49:00)

 

Style musical : 

Rock'n'blues

 

Année : 

2014

 

Tracklist :

01. Game
02. Perfect match
03. By absence of the sun
04. Big hole
05. Off the rack
06. Black panic
07. There isn't time
08. And there she was
09. Splendor in the grass
10. Halfway there
11. Trail of love
12. Master of all fears

 

Label : 

Very records
Dans le même style :
There Will Be Blood - Without

Parler ou lire à propos de Triggerfinger c'est déjà prendre les choses par le mauvais bout.
Donc en lisant cette chronique sans connaître le trio c'est faire de la merde.
Finalement, écrire sur les belges, en les adorant, en les ayant déjà vus, en ayant attendu leur album : c'est la même connerie.

Vous le lirez, l'entendrez partout, Triggerfinger : c'est un groupe de scène.
Je n'apprends rien à ceux qui les connaissent au delà de leur reprise de Lykke Li.
Il y aura toujours un connard pour résumer ces mecs à ce titre et à leur style vestimentaire. Oui, ils portent des costumes en transpirant leur rock. Mais ce n'est pas ça que le spectateur/auditeur retient : ça fait beau pour les photos, rien de plus.
Le con qui s'en tient à l'image et qui chie aussi sur Ghost ou Slipknot, juste pour ça, n'est en général qu'un sourdingue à la culture musicale obtus.
L'idiot qui ne connait le groupe que pour sa reprise a la culture d'une huitre et des oursins dans les esgourdes.
L'abruti qui dit que les albums du groupe sont décevants a les tympans cramés.

Quelque soit l'énergie déployée sur scène, si les titres sont mauvais : le concert le sera aussi. Costume trois pièces ou pas.
Voilà pourquoi Triggerfinger est un bon groupe : ses titres sont excellents. Ils sont, certes, bien plus agréables "on stage", une pinte d'Heineken à la main ou du rhum orange maison bu au goulot, un coup de soleil sur le pif, en plein festival.

Mais il ne faut pas nécessairement ça pour aimer "By absence of the sun".
Il ne faut pas grand chose d'ailleurs pour apprécier l'album.
Aimer le rock.
Voilà la principale condition. Et si vous êtes arrivés sur cette chronique, ce n'est pas par hasard.

Si vous aimez déjà les belges, cet album ne vous demandera que peu d'efforts.
L'évolution avec les précédents est proche du 0 parce que le groupe a son "son". Bien produit, bien propre, à l'américaine.
Mais surtout ce blues-rock à l'image de nombreux groupes actuels.
Entre le revival 70's (ils n'ont gardé que le côté rock de Led Zep', un peu le blues d'Hendrix) et la modernité se crée une alchimie bien exploitée par les squatteurs de fests.

La surprise se fait donc rare pendant 50 minutes, mais c'est le rythme qui nous happe.
Sens mélodique, riffs prenants, tappements de pieds machinaux, le groupe a écrit pour cette scène qu'ils ne quittent que rarement. Tout pour que ça produise quelque chose sur la foule.
Ça fonctionne sur votre chaîne hifi, votre lecteur mp3 etc. parce qu'on ne résiste pas à un morceau bien rythmé, un refrain entraînant et une passion qui sue sur la platine.

Encore une fois : l'innovation musicale n'est pas la priorité. S'il cotoie sur affiche des bandes comme Queens of the stone age, The black keys, le groupe d'Anvers n'a pas à rougir. Proche de ce trip musical, il a aussi cette explosivité, cette énergie propre aux trios.
C'est simple, direct et fait de l'auditeur un 4e membre trop peu doué pour jouer, mais qui se fendra toujours de (mal) reprendre quelques lignes de chant, de jouer (en mimant) quelques riffs, de tapoter (virtuellement) comme le batteur.

"By absence of the sun" est la suite de 12 titres rock, teintés de blues. Les inspirations américaines à la sauce européenne fonctionnent du feu de Dieu pendant 49 minutes.
S'il a un léger coup de mou, un titre rattrape le suivant (surtout entre la piste 9 et la 12).
N'allez pas chercher le petit son qui fera un plus : c'est un album qui s'écoute comme il vient.
Pour la suite vous aurez le choix en festival.
Mais ne vous méprenez pas cet été : Triggerfinger en a sous le capot avec son rock intemporel, bien plus que le groupe "buzz du moment" sur la scène d'à côté à la durée de vie "kleenex" (qui a parlé de Fauve ?).

photo de Toukene
le 15/05/2014

Note des commentateurs : 8/10 (sur 1 votes)

Commentaires

Eric D-Toorop

Sa note : 8/10

Eric D-Toorop le 15/05/2014 à 13:49:08

Rayon grand public ,assurément le ticket gagnant avec Romano Nervoso

Véro

Véro le 15/05/2014 à 18:56:03

IP : 92.152.40.232

Merci pour cette critique très bien vue et entendue surtout ! Je vais bientôt les voir en live en France et je m'en réjouis d'avance.

Carcinos

Carcinos le 15/05/2014 à 19:12:53

On le saura :D

pidji

pidji le 15/05/2014 à 19:21:25

mouahaha, je supprime les posts en trop

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Josh - My storm

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016See you in the pit #6 du 8 juillet au 23 août 2016 @ Secret Place à Saint-jean-De-Vedas