Fred barjo Odonae disquaire cd/vinyle et libraire spécialisé manga à Lille Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Vanhelgd - "Relics of Sulphur Salvation"

Vanhelgd - "Relics of Sulphur Salvation"
chronique Vanhelgd - Relics of Sulphur Salvation
8/10 0

Acheter Vanhelgd Relics of Sulphur Salvation sur Amazon

CD album CD album (40:38)

 

Style musical : 

Frostbitten melocculte death metal

 

Année : 

2014

 

Tracklist :

01. Dödens maskätna anlete
02. The Salt in My Hands
03. Where All Flesh Is Soil
04. Ett liv i träldom
05. May the Worms Have Mercy on My Flesh
06. Relics of Sulphur Salvation
07. Sirens of Lampedusa
08. Cure Us from Life

 

Label : 

Pulverised Records

 

Lieu d'enregistrement : 

Studio Underjord
Dans le même style :
Nile - Annihilation of the Wicked

Juste au bon moment. Ah ça, quel timing… Ils sont forts ces suédois!

Non parce que si la patrie de la table de chevet TARVA (39 euros), du spot OMLOPP (15 euros) et des DAIMs (4,07 euros la boite à Monop’) a de tout temps été considérée comme l’un des épicentres majeurs du séisme Death Metal, on commençait doucement mais sûrement à saturer devant l’afflux des tribute bands interchangeables chantant les louanges des Grands Oncles Entombed, Unleashed, Portos et Aramis.

...Et pourtant dieu sait qu’on aime ça!

 

Mais en attendant le revival Old School Melodeath-from-Göteborg, certains petits malins se sont mis à fleurir à nouveau la tombe du Death-occulte-mais-mélodique-mais-occulte tout plein de givre BM dont on n’avait plus trop de nouvelles depuis Crypt of Kerberos, le 1er Necrophobic, ou l’unique album de Decameron. Parmi ces raviveurs de flamme inspirés, on compte Vanhelgd, 7 ans, 3 albums et un EP au compteur. Et on peut dire que nos bonhommes savent y faire pour nous plonger en pleine séance de nécro-spiritisme au fond d’une grotte éclairée à la lumière blafarde de torches malmenées par le souffle glacé d’un blizzard refusant de s’arrêter au seuil de ce lieu de culte païen. Aidés en cela par un son fleurant bon le soufre, la naphtaline et les petits matins torse nu par -25° sur la terrasse (mastering au Necromorbus, forcément), les suédois développent de somptueuses atmosphères mélodico-morbides, entre ballades à travers les plaines enneigées battues par les vents (« Where All Flesh Is Soil »), litanies incantatoires à échos lugubres (« Ett Liv I Träldom ») et démonstrations de puissance ravageuses (« May The Worms Have Mercy On My Flesh »). Une grosse rasade de death/black mélo à la Dissection permet de renforcer encore cet effet et de dépoussiérer le kit de Björn à intervalles réguliers.

Bref: violentes pulsations artérielles au niveau du pelvis.

 

Mais le groupe ne reste pas sagement à sacrifier des vierges sur ce terrain ô combien balisé, en attendant que des chroniqueurs impressionnés mais cyniques avant tout ne graphitent leur pierre tombale d’un « Copie carbone » dédaigneux. D’où ces passages death massifs et guerriers piochant dans le 1er Hail of Bullets (« Dödens MAskätna Anlete », ou le retour de la Wehrmacht dans l’enfer glacé russe… On croirait presque entendre M. Van Drunen s’y écorcher les cordes) ou dans les lourdeurs rugueuses du Cursed de Morgoth. Et le groupe de ne pas négliger non plus les Skogsberg angels de Stockholm sur « Sirens of Lampedusa », titre qui bourre méchamment entre Entombed et Grave. Enfin c’est vrai que même sans cette déclaration d’allégeance explicite, la touche basaltique des guitares type quand même d’entrée de jeu fortement le bousin. Et pour boucler la boucle de l’ancrage dans la bonne popote suédoise old school, Vanhelgd va même jusqu’à remonter aux origines proto-punk-death de la scène sur un « Cure Us From Life » presque décalé au milieu de ses 7 consœurs plus franchement versées dans les atmosphères.

 

Si pour vous le death suédois n'est pas uniquement qu'une fuite éperdue à travers les marais pour semer quelques zombies trop collants, ni une papillote choco-fraise parfumées aux douces mélodies heavy-goth-death sucrées, et que vous aimez passer vos nuits à lire le Necronomicon entouré de vos amis encagoulés, alors acquérez Relics of Sulphur Salvation, et vibrez à cette collection de riffs mélodiquement occultes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: envie de replonger dans The Nocturnal Silence de Necrophobic? Envie d'essayer une version « frostbitten » de Decameron? Envie de retourner se congeler les miches avec vos potes grognards dans le froid du 1er Hail of Bullets? Envie de processions lugubres progressant inexorablement à travers une campagne cinglée par le blizzard? Ne cherchez plus: le 3e album de Vanhelgd est fait pour vous!

photo de Cglaume
le 10/11/2014

Commentaires

korbendallas

korbendallas le 10/11/2014 à 12:35:45

Bon ben maintenant on va aller y jeter une oreille ! ;)

cglaume

cglaume le 10/11/2014 à 12:56:55

Tu nous diras :) !

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

FOGWAX : 2 CDs à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Le Minus - Make my day

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016