S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Les interviews Arno Strobl - Interview du 16/02/2011

Arno Strobl - Interview du 16/02/2011 | COREandCO

Membre(s) interviewé(s) :
Ze one and only Arno

Les interviews Arno Strobl
Arno Strobl

Arno Strobl fait de la musique de fou (Carnival in Coal, KrOak ...), mais c'est aussi et surtout un fou de musique. Et le monsieur aime partager. D'où l'idée de la compilation "Combat Nasal", qui nous présente sur un plateau ze very meilleur du metal non signé, glané de ci de là de par le vaste web ...

Salut Arno. Certes, « Combat Nasal » est le nom d’un fanzine que ton compère Mazak et toi avez créé a long time ago, et vous avez décidé de recycler l’appellation pour les compilations sur lesquelles vous bossez dur ces temps-ci. N’empêche, pourquoi « Combat Nasal » ? C’est un concours de titres absurdes engagé de longue date avec Gautier Serre (Igorrr) ? Le résultat d’une soirée à éponger du houblon ? Et qu’est-ce qu’on gagne si on trouve ?
L'idée de ce nom remonte tellement loin, au début des années 90, que je serais bien incapable de te dire d'où elle vient. Raté pour le sensationnel. Je me doute qu'on avait trouvé cela amusant à l'époque. Je me rends bien compte aujourd'hui qu'il existe des calembours plus drôles, comme par exemple : "Comment ça va, Lise ?". Néanmoins, nous avons adopté ce patronyme pour des raisons majoritairement affectives. Cela nous rappelle le bon vieux temps où nous étions minces, à défaut d'être beaux.

Question « secret de fabrication » : comment réussit-on à dénicher la petite pépite à côté de laquelle tout le monde passe ? Mazak et toi avez programmé un bot arpenteur de myspace doté d’un logiciel de reconnaissance vocale et d’une tête chercheuse ? Vous avez un réseau scientologico-maçonnique d’informateurs ?
De moins en moins à partir de MySpace, qui est devenu un des outils les moins conviviaux du net, à égalité avec la déclaration d'impôts en ligne. Je suis un téléchargeur compulsif : je télécharge environ une dizaine d'albums par jour. J'ai mes sources habituelles, mes blogs favoris, sur lesquels je vais faire mon marché tous les jours. Je choisis beaucoup en fonction du style pratiqué, de la description, parfois de la pochette... C'est un peu au feeling. Je sais à l'avance quel style je n'ai pas envie de voir figurer au menu, donc ça me permet d'opérer un premier tri. Si nous avions décidé de sortir une compilation de deathcore, nous aurions pu tabler sur une sortie hebdomadaire sans trop de souci.

 

Comment vous êtes-vous répartis les tâches Mazak et toi entre la recherche puis le démarchage des groupes, la constitution de la tracklist, le visuel, la « planification des sorties », la comm’, le remplissage du frigo, la manipulation de la télécommande ?
Sur les deux premiers volumes, je suis reponsable de la sélection des groupes et de leur démarchage. J'envoie régulièrement mes nouvelles trouvailles à Mazak pour validation. Il s'occupe quant à lui de toute la partie net et du visuel. On se charge de la communication tous les deux. Le planning des sorties est assez simple : on va essayer de se tenir à trois compilations par an, voire quatre si notre emploi du temps le permet.

Vous êtes-vous parfois déchirés à propos de certains groupes parce que « Si si, celui-là on le met, il est génial ! » mais que « Ah non mais t’as vu la bouse atomique ? Pas question ! » ? Et pour qui donc ? Et comment vous réglez ça ? Au bras de fer ?
Non, jamais. Lorsque j'ai proposé à Mazak de prendre part à cette aventure avec moi, je l'ai fait en sachant que nos goûts étaient généralement très similaires. Nous sommes les meilleurs amis du monde depuis maintenant près de 20 ans et nous avons tout un tas de références communes en termes de musique (même s'il n'a jamais compris mon goût pour Ratt). Je voulais à tout prix éviter les prises de bec et ce que tu appelles les "bras de fer", je n'aurais donc pas pris le risque de me lancer là dedans avec quelqu'un dont les goûts auraient différé des miens de façon trop notable. Il fallait également être ouvert à de nombreux styles de metal, et pas uniquement branché death ou black.

Tous les groupes contactés ont-ils accepté de participer au 1er (et au 2e !) volume de « Combat Nasal » ? Pas d’exigences farfelues / démesurées en échange ?
Pour le premier volume, tous les groupes ont accepté quasiment d'emblée, et de façon assez enthousiaste. Pour le second, deux groupes étrangers n'ont pas répondu à mon "mail d'invitation". Cela m'a un petit peu déçu, mais ça a été aussi vite oublié, tellement j'avais de bons groupes en réserve pour combler la tracklist. Aucun groupe n'a eu d'exigence particulière, puisque je préviens dès le départ que pas un seul Euro n'entre en jeu dans l'histoire. On ne gagne rien sur la compile, les groupes non plus, et elle est en téléchargement gratuit. C'est vraiment du 100% non profit, et mine de rien cela représente tout de même pas mal de boulot et donc de temps, que nous sommes heureux de mettre au profit de la promotion des groupes qui en valent la peine. Si malgré cela un groupe avait la moindre exigence supplémentaire, il serait malheureusement obligé d'aller se faire foutre.

 

arno et mzakPuisqu’on parle du Volume 2, est-ce qu’on pourrait en savoir plus maintenant ? Des noms des noms (il y a déjà eu des « fuites », on pourrait peut-être percer encore un peu plus le tuyau …) ! Est-ce que tu as redonné une 2nde chance à Cephalectomy ou bien (non ce n’est pas du brutal death binaire. Le monsieur te dit d’essayer avec plus d’attention !) ? Et sinon est-ce que vous avez reçu beaucoup de candidatures pour ce 2nd chapitre ? Beaucoup de candidats valables / beaucoup de « déchets » ?
Puisque CODS a vendu la mèche et que Hord l'a annoncé dans sa newsletter, tu as déjà deux noms à te mettre sous la dent. Je préfère ne pas en dévoiler davantage pour le moment, afin de laisser à tout un chacun la surprise de la joie de la découverte de l'inattendu. Je peux juste te dire d'ores et déjà que ce second volume explore des territoires musicaux que le premier n'a pas effleurés, et qu'il est encore plus varié. De même, la répartition "groupes français - groupes étrangers" est mieux équilibrée. Au niveau des candidatures spontanées, nous avons reçu de très bonnes choses (certaines sont d'ailleurs sur le volume 2), d'autres excellentes mais un peu hors sujet, et enfin des choses qui n'ont pas déclenché le coup de foudre escompté, mais pour autant rien de catastrophique ou de terriblement mauvais. Cela étant, art et commerce sont deux choses différentes, et bien souvent, ce ne sont pas les meilleurs groupes qui savent se vendre le mieux.

 

Allez, un peu de poil à gratter : est-ce que ce n’est pas un peu frustrant / artificiel / contraire à l’esprit de la compil’ de s’imposer comme règle de faire figurer au moins un groupe dans tel ou tel style précis de metal (je crois avoir lu que cela avait un peu été la démarche pour la présence de Pestifer sur le volume 1, histoire d’avoir un groupe de technodeath dans le lot) ? Vous continuez dans cette voie sur le Volume 2 ?
Non non, ce n'était pas la démarche du tout en ce qui concerne Pestifer, et tu as dû lire trop vite. Ce que j'ai dit à propos d'eux était que nous étions très contents de tomber sur eux, car le techno death tel qu'ils le pratiquent est un style que nous adorons, mais il n'était absolument pas question de caser un groupe de ce style à tout prix.

Etant donné que la compil’ ne sort pas sur un support physique, qu’est-ce qui fait qu’à un moment vous vous dites « Stop ! » et que vous arrêtez la tracklist définitive ? Quand vous avez atteint le nombre sacré de X morceaux ? Quand vous avez atteint la barre fatidique des Y minutes ?
Nous estimons qu'une heure de musique est une durée idéale. En dessous ça fait un peu "peu", et au-delà, il devient difficile de garder pour les derniers groupes une attention aussi soutenue que pour les premiers. Je pense donc que nous conserverons ce format.

Tu dis ressentir l’influence de la new-wave des années 80 dans la musique de Talanas ? C’est le morceau « Diaphora » qui n’est pas représentatif ou bien quand tu ressens ça ton combat nasal implique de la poudre blanche ?
Je ne dis rien du tout : c'est le groupe lui-même qui cite la new-wave parmi ses influences majeures. Du reste, si tu écoutes le morceau avec attention, tu y découvriras dès 0:45 un break qui rend ta question parfaitement caduque. A moins bien sûr que tu considères que les chefs de file de la new wave des années 80 sont Partenaire Particulier et Modern Talking.

Sur « Combat Nasal », 50% des groupes français sont en fait des (side-) projets de batteurs d’autres groupes plus renommés (Om Mani, Step in Fluid, F Stands For Fuck You, Blazing War Machine) … Faut-il y voir le signe que cette compilation est un projet mené tambour battant et destiné à recharger tes batteries ? (Avertissement aux âmes sensibles : cette question était bien la plus conne de toute l’interview …)
Voilà bien une question à 5 balles.


Et encore, c'est bien payé! :) Bon et sinon, sachant que tu es également un grand amateur de cover songs (de reprises quoi), n’as-tu pas dans tes cartons de projet qui te permettrait d’assouvir cette passion à plus grande échelle, un peu comme ta passion pour les compilations t’a conduit à créer « Combat Nasal » ? Une série de compilations des meilleures reprises de ZZZZ (genre / groupe) en version NNNN (instrument / genre / …) peut-être ?
Ce type de compilation impliquerait des demandes d'autorisation ainsi que des royalties à payer, et sachant que nous faisons vraiment cela pour le plaisir, nous n'avons aucune envie de nous compliquer la tâche à outrance. Et puis je nous connais suffisamment pour savoir que nous envoyons tout promener à la moindre contrainte aussi bien l'un que l'autre, donc pour que le projet perdure, il vaut mieux que nous nous bornions à faire quelque chose qui nous amuse.

Bon, et sinon : à quand le grand retour de Carnival in Coal, hein ? Non non, on ne se cache pas derrière Axel, tu pourrais très bien le convaincre avec des coups de pied aux fesses, de l’argent, de la coke et des putes si ça te tenait à cœur! :)
lI est bien trop tôt pour qu'une reformation de CinC suscite le moindre buzz. Nous ne reviendrons que lorsque le Download, le Wacken, le Hellfest et le Sonisphere nous feront des ponts d'or afin que nous en assurions la tête d'affiche. D'ici là, il y a suffisamment de groupes aventureux et originaux à découvrir pour que l'absence de CinC soit supportable. Et puis pour être parfaitement honnête, une des raisons majeures qui a poussé Axel à jeter l'éponge (à savoir l'impression d'avoir tout dit dans ce style précis) me parle bien davantage aujourd'hui qu'à l'époque du split. Je ne suis pas certain, à l'aube de mes 40 ans, d'avoir réellement envie de rejouer ce type de musique. En revanche, si j'avais l'occasion de pouvoir refaire quoi que ce soit avec Axel dans un style plus en accord avec nos aspirations actuelles, j'aimerais sans l'ombre d'une hésitation beaucoup retravailler avec lui. Notre complicité me manque beaucoup.

Le mot de la fin est pour toi (toute autopromotion, annonce de projets annexes et autre message à caractère informatif ou amical est bien entendu tout à fait autorisé !) … Merci beaucoup Arno !
L’expression "se faire appeler Arthur" tirerait ses origines de l’expression utilisée par les patrouilleurs de nuit allemands lors de la seconde guerre mondiale. Durant l’occupation, le couvre-feu était établi à 20H (heure de nuit) pour ne pas que les lumières de la ville puissent être vues par l’aviation. Les Allemands évitèrent ainsi plusieurs bombardements à cause du manque de visibilité des cibles à atteindre.
Pour rappeler à l’ordre les habitants n’ayant pas encore éteint leurs lumières à l’heure dite, les patrouilleurs allemands criaient dans les rues « Acht Uhr » pour « 8 heures ». Cette expression aurait donc été reprise par les parents des bambins capricieux en imitant les patrouilleurs allemands avec un accent français.

Ca explique tout. Le soleil, les astres, Dieu, tout ça en fait, c'était des conneries! Merci Arno de ce bain de lumière pour l'esprit. Tiens, je vais allez me remettre "Combat Nasal" histoire de fêter cette fructueuse séance de ce-soir-j'me-coucherai-moins-con-isme pour la peine...

photo de Cglaume
le 07/03/2011

Commentaires

cglaume

cglaume le 09/03/2011 à 12:16:19

IP : 90.80.1.65

Je suis un gros nain. Si si.
Et si vous aussi vous êtes - comme moi - des gros nazes à qui les jeux de mots les plus discrets échappent, sachez que Mr Strobl aime ça, et en use. Et il aime les batteurs aussi.

Voilà

Ca devrait suffir comme indice. Non ?
St Bale, priez pour eux ...

Pidji

Pidji le 09/03/2011 à 15:08:35

IP : 80.13.242.208

Oui bien caché ce sein balle.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

2 vinyles sampler bonus de TAD à gagner !

UNTIL THE UPRISING : 2 CDs

Dernières news

Chronique au Hasard

Voice Of Ruin - Voice of ruin

Évènements

ROVER + Burning Peacocks au Chato'do - Blois le 15 décembre 2016EMMURE + AFTER THE BURIAL + FIT FOR A KING + OCEANS ATE ALASKA + LOATHE au CCO Villeurbanne le 26 janvier 2017THE ARRS + MY SECRET SAFE @Secret place à St Jean de Védas (34) le 24 mars 2017ME FIRST AND THE GIMME GIMMES + MASKED INTRUDER @Secret place à St Jean de Védas (34) le 14 février 2017GOHELLE FEST 2016 au Métaphone à Oignies (62)