S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Les interviews S:t Erik - Interview du 01/09/2014

S:t Erik - Interview du 01/09/2014 | COREandCO

Membre(s) interviewé(s) :
Tout le monde.

Les interviews S:t Erik
S:t Erik

Il aura fallu longtemps avant d'obtenir les mots de Magnus, l'un des membres de S:T Erik. Le groupe est confidentiel, cela va sans dire, mais pourtant il n'est pas passé inaperçu aux yeux de certains fans de Doom, dont je fais partie. Indéniablement humbles vous le constaterez, il s'agit ni plus ni moins de la seule interview que l'on puisse trouver d'eux sur le web, il fallait bien que quelqu'un s'y colle !

Salutations à toi, Doomster ! Dans un premier temps, j'ai besoin de présentations, car bien que je connaisse votre groupe depuis sa sortie sur Solitude productions, je n'ai aucune idée de qui vous êtes. Vous avez des side projects ?

 

Salut Ronan ! Eh bien, S:T Erik est un rassemblement de vieux potes. Nous avons enregistré une démo qui a été suivi d'un album qui n'avait rien à voir avec la démo, et alors le groupe a plongé dans un long sommeil. La myriade de side projects a probablement un lien avec cela...

 

Ndr : j'ai tenté de savoir quels étaient ces side projects, il m'a répondu "Les projets sont nombreux et de différents styles musicaux, il y a des groupes mais aussi des projets encore embryonnaires, je ne crois pas utile d'en nommer un"

 

Un ami à moi m'a dit que vous étiez venus en France, du moins certains d'entre vous pour des études, à Bordeaux, c'est bien vrai ?

 

Oui, Mats et Magnus ont passé quelques temps là bas pour essayer d'apprendre à parler Français. Ca fait maintenant longtemps, et leur Français est toujours aussi inexistant.

 

Maintenant, parlons de S:T Erik : une démo, un album, et la version vynile sortie il y a quelques mois, et depuis, rien... Le groupe est-il mort ? Peut-on espérer un nouvel album ?

 

Nous ne nous sommes jamais réellement séparés, mais la moitié du groupe vit maintenant totalement en dehors de la musique, ce qui fait que la vie du groupe doit se frayer un chemin entre les indisponibilités dues aux boulots respectifs de chacun, les tournées et les enregistrements avec les autres projets musicaux des membres. Après l'enregistrement de "From under the Tarn", nous avons commencé à travailler sur des nouvelles compositions pour un second album, mais pour diverses raisons il n'a jamais abouti. Nous nous sommes revus pour la première fois depuis l'été 2010, il y a un mois, et on s'est bien marrés. On a joué des nouveaux trucs, et on va voir si quelque chose va en sortir. Si ça colle à S:t Erik, on suit le projet, sinon on fera quelque chose de complètement différent.

 

 

 

A propos de votre musique, je la vois comme si elle était entre Suma et Ocean chief, deux groupes Suédois que vous connaissez peut être ? Corrigez moi si je me trompe bien sûr.

 

Deux superbes groupes, mais je ne dirais pas que cela représente une grosse influence pour notre musique. Certains d'entre nous ont vu Suma jouer à Bordeaux il y a 6 ou 7 ans. Incroyablement heavy. Ocean chief, c'est le genre de groupe sur qui tu peux toujours compter. Leur quatre premiers enregistrements qui étaient sortis avant notre propre album sont tous géniaux. Si notre musique te fait penser à Suma ou à Ocean chief, qui serions-nous pour te contredire ? C'est super sympa de dire ça ! Après tout, certains disent que nous sommes le pire groupe sabbathien jamais vu. C'est pas super, mais là encore, pourquoi chercher à débattre ? Hehe.

 

 

 

Comment pourriez-vous décrire votre musique ? Je veux dire, comment voudriez-vous que les gens se sentent à son écoute ?

 

C'est du Rock simple et répétitif, avec des prétentions d'ambiances et des instrumentations qui tissent une trame suggestive. Ce que nos auditeurs peuvent expérimenter ou sentir à l'écoute de notre musique dépasse notre volonté et notre contrôle. Mais bien sûr, la lenteur de nos morceaux donnera le temps nécessaire à ceux qui le demandent, et les autres pourront être séduits par les sons de synthétiseurs et laisseront alors leurs oreilles errer dans les nappes de claviers.

 

Vous ne faites quasiment jamais de concerts n'est-ce pas ? Êtes-vous déjà sortis de votre pays ?

 

Non, nous n'avons jamais joué en dehors de Suède avec S:t Erik, et le peu de concerts ou mini tours que nous avons effectué lors de la sortie de "From under the Tarn" en 2009 sont complètement passés inaperçus. La vérité, c'est que personne n'a cherché à nous faire jouer, et nous-même nous n'avons pas travaillé plus que ça pour trouver des concerts. Je suppose que ça a changé lorsque Spora records nous a sorti l'album en vinyle, il y eut alors plus de personnes à nous connaître. Depuis nous avons eu plus de propositions de concerts en scandinavie et en Europe, mais malheureusement nous n'avons pas pu accepter, pour diverses raisons là encore.

 

 

Le Doom est souvent vu par la plupart des gens comme la musique la plus  triste du monde. Sans aller jusqu'à dire que vous parlez de l'amour et de la joie, je ressens bien plus de puissance que de tristesse dans votre musique. Lyriquement, vous parlez de quoi ?

 

Du mécontentement et de la colère, plus ou moins.

 

Et maintenant, autre choses : les effets utilisés sur votre album : du Theremin ? Moog ? What else ?

 

Nous sommes des collectionneurs passionnés de vieilles pédales d'effets et de synthétiseurs, et nous ne serions pas ce que nous sommes sans le Space Echo de Roland, haha ! Nous n'avons cependant pas utilisé de Thérémine ni de Moog - on ne peut pas se le permettre.

 

De quel futur rêvez-vous pour S:t Erik ? Y a t-il un futur ?

 

Je rêve que l'on puisse passer plus de temps ensemble.

 

Oh d'ailleurs, j'ai vu qu'il y avait une bière S:t Erik, est-ce là la raison du nom de votre groupe ? Ou peut-être y a t-il une autre raison ?

 

Non, le nom du groupe est venu lorsqu'on s'est rendu compte que "Doomkyrkan", c'était un peu trop vu et revu. S:t Erik, c'est le nom d'un roi qui a été assassiné dans notre ville natale Uppsala, il y a un millénaire de ça.

 

 

Voilà, j'ai pas plus de choses à demander, peut-être que tu avais quelque chose à dire de ton côté ?

 

Non, pas vraiment. Merci pour l'interview !

 

Un dernier mot ?

 

Un souhait : que la société sexiste, raciste et extrêmiste dans laquelle nous vivons prenne fin.

photo de Carcinos
le 30/09/2014

Commentaires

slipman

slipman le 01/10/2014 à 14:02:44

IP : 81.50.11.245

un pur album ce "from under the tarn" , pour moi ce fût une grosse claque de doom psyché. dommage de ne pas les voir en france.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 02/10/2014 à 20:13:18

Belle ville Uppsôlô (avec l'accent) mais les tertres funéraires des trois légendaires du Beowulf sont plus intéressants que les restes moisis de St Erik , spice de monothéistes. Et les pierres runiques autour de la cathédrale sont jolies belles aussi. C'est "ça", "flooder " au fait ?

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 02/10/2014 à 20:17:20

Rois... rois légendaires.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Dernières news

Chronique au Hasard

Leathermouth - XØ

COREandCO radio

Évènements

KICKING FEST 2016 avec LES SHERIFF, BURNING HEADS, GUERILLA POUBELLE, COOPER, NOT SCIENTISTS, THE DECLINE!, GAS DRUMMERS, THE BLACK ZOMBIE PROCESSION, FLYING DONUTS, HATEFUL MONDAY et d'autres les 24 et 25 juin 2016  à NimesGOJIRA & TOUMAÏ à La Belle Electrique, Grenoble, le 14 juin Cancer Bats à La Marquise à Lyon le 11 juin 2016