A swarm of the sun - The woods

A swarm of the sun - "The woods"
chronique A swarm of the sun - The woods

Bien décidé à pourrir un peu plus la déprime hivernale qui nous envahit chaque année, A swarm of the sun fait le même coup qu'il y a 4 ans avec The rifts : ce nouvel album sort en plein mois de Janvier.

Fort heureusement, la "release" de The woods ne se borne qu'à une redite calendaire. Contrairement à son prédécesseur, sympathique mais bien moins marquant que Zenith et tournant un peu en rond, ce disque renouvelle l'art musical des suédois.

Sans chercher à se révolutionner, à réécrire son ADN, A swarm of the sun aborde différemment son art et propose un album composé de trois longues pistes de 13 minutes environ. Un tel choix rompt avec la volonté passée de livrer une dizaine de pièces "indépendantes" les unes des autres tout en gardant un certain fil rouge ambiant.
Ainsi, Zenith jouait sur le spleen, alors que The rifts se voulait quasi-lugubre.

Pour The woods, c'est l'aspect ambiant qui prime. Proposer des morceaux de près d'un quart d'heure permet surtout de prendre le temps d'installer une atmosphère, d'ajouter une progression, d'affiner l'intégration d'éléments (voix, instruments, effets etc.).
Dans ce domaine, A swarm of the sun excelle.

Il n'est pas question d'originalité : les scandinaves se complaisent dans leur post-rock lourd et sombre mais ils parviennent à le magnifier tout en jouant avec simplicité ET technicité.

Simplicité dans le jeu, technicité dans la création.

La complexité de l'écriture multi-instrumentale n'empêche pas de faire trois compositions touchantes qui s'écoutent comme on lit une nouvelle ou un court roman. Faciles à suivre, ce sont trois moments qui arrivent à nous extirper du temps et de ce qui nous entoure.
Grâce à la progression, les crescendi et les mises en ambiance, on vit et ressent chaque titre comme une nouvelle histoire. 
Ainsi, contrairement à ce qui desservait les albums précédents, The woods ne souffre d'aucun temps mort si on l'envisage en trois temps indépendants les uns des autres.

A swarm of the sun s'est donc appliqué pour sortir un disque plutôt court, soigné dont le post-rock lorgne aussi bien du côté de Mogwai que de Mono tout en demeurant singulier et propre au son qui a toujours été celui des suédois.
The woods est une belle surprise qui contribue à nous enfermer dans la torpeur saisonnière ou dans une nuit sans sommeil mais dont la beauté mélancolique s'avère terriblement charmante.

photo de Tookie
le 25/01/2019

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019

HASARDandCO

Why not - Why not EP
Dacast - Smooth as a riot