Abnormality - Sociopathic Constructs

Chronique CD album

chronique Abnormality - Sociopathic Constructs

Les Bostoniens d'Abnormality pensent que notre monde est un asile d'aliénés.

Alors sur ce troisième album, ils vont s'efforcer de nous le prouver.

 

Autant le dire de suite, en Brutal Death technique, j'y connais walou donc ma crédibilité pourra être mise à mal ici. Je ne peux pas dire donc si Sociopatic Constructs révolutionne le style ou se vautre dans les plans les plus éculés.

Celui qui confesse son ignorance la montre une fois ; celui qui essaie de la cacher la montre plusieurs fois. J'ai donc les coudées franches là.

 

Les enchaînements de riffs de maboules, de lignes de basse inhumaines ou de solos monstrueux, j'y pige que dalle. Pourtant vous en trouverez un paquet ici. Par contre en ce qui concerne les trucs de brutes épaisses, je m'y entends pas trop mal.

Alors, passant du 0 au 280 km/h en 0,3 secondes, "Monarch Alpha" nous choppe par la gorge et nous entraîne direct au milieu d''un tornade d'une brutalité tétanisante. Balancés au cœur d'un réacteur nucléaire au bord de l'implosion, et fait de changements de rythmes constants, nous allons ramasser sévère.

Mais malgré les décalages de certaines structures, il faut signaler qu'Abnormality reste toujours dans une frange finalement assez accessible. "A Seething Version" demeure ainsi abordable, balançant un bon morceau d'apocalypse dans les ratiches où pointe le vice de Morbid Angel. "Kakistocracy" est également nanti d'une puissance sidérante.

Voilà où se cale le talent d'Abnormality : avoir sans cesse une énergie et un groove terriblement sexy. L'album est court et évite donc le piège de l'overdose de notes en concentrant sa totale violence en seulement neuf titres.

Il faut dire que Mallika Sundaramurth, au mic, fait aussi beaucoup pour la brutalité de l'ensemble. La demoiselle se range directement à côté de Larissa de Venom Prison. Oserai-je dire qu'elle lui dame le pion en se faisant vraiment bestiale malgré son joli minois ?

Autre point commun avec les Anglais, les paroles d'Abnormality brasse des thèmes qu'on trouve plus communément dans le Grind. "Curb Stomp" traite ainsi de la pédophilie dans l’Église catholique.

No mercy for fucking rapists,

Forced to endure the burn of sulfuric acid drips to the face

There's no avoiding this rage you have created"

 

Ben, oui on est pas là pour se poiler, quoi.

 

Sophistiqué et extrême, Sociopathic Constructs ne fait pas de quartier et distribue les poignées de barbelés.

photo de Crom-Cruach
le 29/08/2019

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019