Adai - Felo De Se

Chronique CD album (19)

chronique Adai - Felo De Se

 

Est-ce que les traînées de poussières laissent derrière elles, des ombres ? Lorsque les américains d’Isis ont décidés de mettre fin à leurs avancées progressives en juin dernier, les amateurs de rock dur, noir et boueux ont patiemment attendus les prochains soubresauts de Godflesh, le retour de la tournée sans fin de Baroness et les nouvelles diatribes de la tribu Neurosis. Et pendant ce temps…

 

 

Juin 2010, Denver – Colorado, plusieurs labels s’accordent pour la promotion d’un album assez intriguant. Radar Recordings, Cavity Records, et Make My Day Records pour l’Europe s’organisent  dans une certaine hâte pour produire et publier ce Felo de Se. Matt Talbot, guitariste de Hum est appelé pour peaufiner les enregistrements. Son approche de la guitare et de ses  dérivés noise est appréciée, il est l’auteur de l’album culte Electra 2000 (1993). Le mixage est confié à Kurt Ballou (Converge).

 

 

De ce beau berceau, ADAI ne pouvait qu’en exhiber un rejeton des plus abrasifs et lourds. Le duo (sic) développe une énergie et une maîtrise de la cause bruyante, salvatrice. Felo de Se est un disque bien intéressant. Intriguant donc parce que les seuls Devin Mendoza, à la guitare et au chant et Justin Trujillo (de qui vous savez) à la batterie habillent ce raffut collant loin d’être désorganisé. Les protagonistes abordent plusieurs genres pour aborder leur formule gluante. Des plans limites indus au Doom le plus noir sont balayés par une déferlante de riffs et des martèlements très présents. Depuis les débuts en quatuor en 2006, le groupe a évolué dans les ambiances les plus sombres pour engranger des couleurs différentes et complémentaires issues d’influences diverses.

 

« Trigger » ouvre l’album sur une superbe digression noise en droite ligne de chez My Bloody Valentine avant la mise en alerte de la batterie, le tout s’orientant alors vers une dynamique down- tempo imparable. La voix, comme un troisième instrument, est tout simplement maîtresse. Titre très complet entre Sludge, Desert-Rock et relents Hardcore,  « Ammunition » apporte derechef une couleur plutôt Doom et une dynamique en clin d’œil à Isis ou Pelican pour la montée progressive. « Bodies » approche une couleur plus roots, presque psychédélique. « Graves » clou sur place par une rage exposée sur une véritable machine à riffs.

 

 

Felo De Se laisse une très belle impression, pour un groupe – un duo, rappelons-le- qui ne choisit pas obstinément une voie mais s’en va dénicher et scruter dans l’ensemble des musiques dures avec beaucoup de pertinence. Adai est un projet à suivre de près.

photo de Eric D-Toorop
le 26/01/2011

1 COMMENTAIRE

Pidji

Pidji le 29/01/2011 à 14:16:49

Sympa, mais il manque un truc pour que ce disque soit vraiment bon je trouve.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019