Aidan Knight - Each other

Aidan Knight - "Each other"
chronique Aidan Knight - Each other

Le visage long, ovale, une barbe irrégulière, des chemises à carreaux, un corps fin et la tête bien remplie : Aidan Knight a 30 ans et l'allure commune d'un homme de sa génération...

...ce qu'il a de plus rare est sa voix chaude et sa capacité à la mettre en valeur avec un orchestre bien inspiré.

Avec l'aide de 4 copains issus du même bed canadien, où les journées durent plus de 24h, où l'on peut prendre son temps et travailler les détails Aidan cet album fouillé.

Car c'est dans les détails qu' "Each other" marque sa différence.

 

Les plus belles histoires ne sont pas nécessairement les plus longues. En 33 minutes et 8 pistes on découvre un artiste qui sort déjà son 3ème album : une oeuvre posée, minutieuse dans laquelle on trouve des traces de folk-mélancolique, de pop anglaise fantômatique avec de légères inspirations blues / jazz.
Une multitude d'ambiances et d'influences sur des morceaux relativement courts : "Each other" est un bel album, unique, porté par des musiciens à la personnalité bien affirmée.

Si les premières minutes peuvent rappeler Radiohead, pour les quelques bidouilles passionnantes du le morceau éponyme; la froideur du son plus 80's d'"All clear" offre une nouvelle perspective plus pop, mais toujours touchante.
A chaque piste son ambiance, d'autres noms assez contemporains peuvent se bousculer : Rover, Tahiti 80's, The national, Ben Howard : Aidan Knight a une voix chaude, suave teintée d'une certaine mélancolie. 

On attrape les mélodies comme le SIDA : en passant un bon moment, et, sans s'en rendre compte, elle s'installe en nous.

Seul "The arp" traîne un petit peu, mais il résume parfaitement la construction des titres : les couches qui se superposent, qui peuvent s'éléctriser, le refrain prenant, le clavier qui s'insinue avec simplicité, les cuivres discrets mais indispensables : les compos d'Aidan Knight n'ont rien de clinquant, la richesse passe par une finesse qui sonne comme une évidence.
Pourtant, toutes les pistes qui nous mènent jusqu'à "Black dream" nous bercent et nous plongent dans des songes bien gris, dont on ne voudrait pourtant pas s'extirper.

photo de Tookie
le 03/09/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019

HASARDandCO

Bokor - Anomia1
Chronique

Bokor - Anomia1

Le 24/04/2007

Scarve - Irradiant