Anaal Nathrakh - The Whole Of The Law

Chronique CD album

chronique Anaal Nathrakh - The Whole Of The Law

Si Desideratum consacrait un certain virage (modéré), vers la civilisation en 2014, deux ans plus tard, tout est oublié.

Finies les velléités d'humanité éphémère.

Disparue la volonté de se faire juste electro-barbare pour (ne pas) passer avec vos amis.

Oubliés les soupçons de décence et de retenue.

Et retour à l'anarcho-bordel en mode dans tous les sens. Ce manque de cohérence lassera probablement à l'avenir.

 

Cet album sera sans doute vain pour certains, oui. Je les comprends, à l'avance. Car les compos sont plus ou moins toutes gaulées à l'identique : un déferlement auto-caricatural et répétitif de bruits vaguement organisés. Du moins c'est l'impression qui se dégage de prime abord.

Bon, moi perso, quand je me prend une bonne tarte, je ne cherche point trop à anaal-yser la sensation que cela me procure. Suis pas un philosophe du conduit auditif : ça fait mal, point.

 

The Whole Of Law n'est pas fait pour faire plaisir. Au contraire, je pense que le but de cet album est d'enfoncer l'auditeur, de lui foutre les nerfs en pelote, de lui faire descendre l'échelle de Jacob à grands coups de pompes dans le fion, de BPM techno HxC "(Hold Your Children Close And Pray For Oblivion"), de murailles de guitares sur-saturées et de lignes de chant éructées ou lyriquement grotesques. Le tout enrobé dans une prod. maousses biscottos.

 

" Extravaganza" touche ainsi  le sublimement débile avec ses envolés ridicules de Castafiore sous acide. Tout ici concourt pour irriter l'oreille. La violer au verre pilé.

Pourtant, au détour d'un solo cristallin, se planquent quelques spasmes de respiration, comme une goulée d'air au milieu d'une crise d'asthme. Cependant la ventoline laisse bien vite la place à l'ouragan.

Pourtant, l’exécution technique d'un morceau de freaks comme "So We Can Die Happy" me ferait presque mentir. Oui, le duo de rosbifs sait parfaitement ce qu'il fait.

 

Les reprises d'Iron Maiden ou de The Specials apparaîtront probablement aussi comme des sacrilèges. Je me cogne des uns ou des autres alors je rigole.

On ne peut pas nier leurs interprétations très personnelles, cependant.

 

Un poil moins moins bon que son prédécesseur, The Whole Of The Law fait juste disparaître l' Anaal Nathrak qu'on pensait voir vraiment évoluer un jour.

In fine, on en n'a rien à carrer des débats de trous de balle autour de ce qui fait la musique, la bonne ou la mauvaise.

 

Alors je m'efface humblement devant la science, là :

L'entropie d'un système est une fonction d'état S, extensive, de différentielle dS= dQ/T, où dQ est la quantité de chaleur reçue de façon réversible par un système thermodynamique (à la température T).

photo de Crom-Cruach
le 31/10/2016

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 31/10/2016 à 12:39:42

Ah le salaud il finit par de la thermodynamique: vision d'horreur issue d'un passé obscur.... Brrrrrr, en même temps c'est en phase avec l'esprit d'Halloween

Xuaterc

Xuaterc le 02/11/2016 à 11:46:30

Tabaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaasse!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements