And Harmony Dies - Totenam

And Harmony Dies - "Totenam"
chronique And Harmony Dies - Totenam

Un groupe d'avant-garde, tendance nawak, en activité depuis 1996? Et comment ai-je pu ne jamais en entendre parler? Il doit y avoir des fuites dans mes canaux habituels de renseignement. L'origine géographique de And Harmony Dies, l'Italie, doit certainement y être pour quelque chose. Il est temps de rattraper mon retard avec Totenamt, déjà le troisème album, plus quelques sorties annexes des italiens.
Sur le papier, ils ont tout pour devenir l'un de mes groupes favoris. Mais, malheureusement, et je suis le premier à le regretter, ils échouent à occuper la place laissée vacante par les ineffables Carnival In Coal, le groupe dont la démarche se rapproche le plus de celle de And Harmony Dies. Moins funky que le duo nordiste, les italiens cultivent cependant le même goût pour le brassage sans limite, les enchaînements les plus abscons, au sein d'un metal extrême débridé. Bien sûr, le triple héritage Franck Zappa, Mister Bungle et Faith No More, est pleinement présent et digéré.

 

Mais, ce genre de musique est comme une mayonnaise: si l'équilibre des ingrédients, d'aussi bonne qualité soient-ils, est mal dosé, le résultat est inbouffable. Et c'est le sentiment que je ressens après plusieurs écoutes de Totenmant, alors que les premières avaient été plutôt enthousiastes. Petit à petit cepedant, un sentiment d'ennui s'est installé. Certes, le duo déploie son content de tsoin- tsoin, de plans incongrus (un break arabisant, une flûte...) et ne ménage pas ses efforts pour pimenter son dark / black avec les épices nawak traditionnelles, le faisant tomber dans les poncifs du genre. Un comble pour un style pourtant si libre !

 

Il m'a fallu du temps avant de comprendre que ce qui rendait cet album si fade en bouche, ce n'était pas la BaR ou les guitares qui sonnait faiblardes, c'était le manque de fun. La machine à nawak tourne à plein tubes, mais l'humour est absent, ou alors pas assez marqué. Où est passé le poil à gratter permanent qui doit rendre le tout digeste? Un constat s'impose, les bottes d'Axel Wursthorn et d'Arno Strobl sont bien trop grandes pour les prétendants actuels. Faites que je me trompe et que le futur me prouve le contraire, je ne demande que ça.

 

photo de Xuaterc
le 09/06/2016

3 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 09/06/2016 à 15:24:28

Faudra quand même que j'essaie tiens !

Xuaterc

Xuaterc le 09/06/2016 à 19:10:21

Ne perds pas ton temps, écoute plutôt le G.U.T. ;-)

cglaume

cglaume le 09/06/2016 à 20:23:38

Ca roule !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019