Aside From A Day - Manufactured Lanscape

Aside From A Day - "Manufactured Lanscape"
chronique Aside From A Day - Manufactured Lanscape

Après trois ans d'absence (et d'attente), les Bisontins d'Aside From A Day reviennent enfin avec un successeur à "Divine Proportion". Une telle attente réside certainement dans le fait qu'il a été dur pour le groupe de concevoir un album aussi convaincant que l'était son prédecesseur. Mais on peut enfin dire que notre patience est récompensée, car ce "Manufactured Landscape" confirme les prouesses du groupe et tend ainsi à le poser comme référence du genre dans l'Hexagone.

 

En neuf titres, le combo explore les tréfonds d'un post-hardcore complexe, où technicité rime avec simplicité des mélodies et où la violence est décuplée par l'intensité émotionnelle émanant de cet album. Prolongement logique de "Divine Proportion", cet opus continue d'explorer un univers sombre et anéanti, quasi post-apocalyptique, où l'espoir n'existe plus. Car c'est bien un chanteur au bord du désespoir qui nous crache les paroles à la face, prônant haut et fort la fin d'un monde de plus en plus dévasté. Pourtant, dans le déluge sonore et le chaos environnant, les émotions sont toujours palpables, se faufilant à travers les cordes de guitares, aux travers des quelques passages mélodiques. Cette émotion à fleur de peau n'est pas sans rappeler l'expérience Stellardrive, tant par l'intensité que par la qualité (le début de "Friction" en est un parfait exemple).

 

Comme une grosse démonstration de force où le groupe ne lésine pas sur les passages brutaux et rudes, ce "Manufactured Landscape" défonce ouvertement les dogmes d'un post-hardcore classique pour mieux laisser échapper la hargne. Ainsi, on ne sera pas étonné d'entendre rôder quelques passages math-rock ("Seven Days in Theory") ou de voir planer des passages chaotiques à la Botch. Et si le groupe s'égare parfois sur les chemins déjà arpentés d'un postcore "classique" (comme l'intro de "Alone") c'est pour mieux repartir dans les méandres d'un post-métal abyssal (on pense notamment au collectif The Ocean).

 

Mais derrière tous ces genres, il est surtout question d'une musique intense et violente, véritable cocktail sonore visant à faire naitre le chaos dans nos enceintes et dans lequel le groupe évite tous les pièges qui aurait pu le déstabiliser. Aside From A Day a encore évolué et accouche là d'un album personnel, voyage en neuf étapes qui nous emmène au fin fond de notre âme, dans ses coins les plus obscurs. Voyage se clôturant sur "Here Come the Man" au début chaotique mais à la fin écarlate et emplie d'un certain espoir, comme pour nous dire que tout n'est pas perdu, que tout peut se reconstruire après le déluge.

photo de DreamBrother
le 12/01/2009

2 COMMENTAIRES

Tookie

Tookie le 12/01/2009 à 20:37:48

Un bon album en effet....pour un trés bon groupe au final pas assez reconnu !

(((viking jazz)))

(((viking jazz))) le 15/01/2009 à 11:41:43

pas écouté mais il me tarde de mettre le nez dedans vu la qualité de Divine Proportion !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019