Askaris - The Waiting Room

Chronique CD album (32:54)

chronique Askaris - The Waiting Room

Il n’y aurait pas comme une recrudescence du bon vieux Death metal des cavernes en ce moment en France ? Alors que certains partent vers des horizons plus sophistiqués, d’autres reviennent aux fondamentaux du Death metal... C’est ce chemin là qu’ont pris nos compères d’Askaris.

Oui sauf que le Death metal de nos aïeux est peut-être plus ‘’simpliste’’ ou direct, mais ce n’est pas pour autant que n’importe qui peut les égaler... Askaris n’est pas si jeune que ça puisqu'ils se sont formés en 2003. Ces picards nous offrent donc un Death metal rétro qui penche sérieusement vers le Brutal Death avec des intro extraites de films d’horreur (mais non, il n’y a rien de cliché ici...).

 

La première chose rebutante, c'est la batterie programmée. Enfin bon, c’est peut-être pas faute d’avoir cherché un batteur dans les environs donc je vais faire abstraction de ce détail.

Pour le reste, c’est à base de gros riffs méchamment gras, soutenus par de bonnes vieilles parties de double-pédale et de blast. On penche donc plus vers le côté gore du genre, directement inspiré de Cannibal Corpse... Il y a de temps en temps des petits passages vocaux plus écorchés qui se démarquent (oui le moindre changement est prétexte à relever la tête).

Il n’y a que quelques passages bien foutus comme sur « Waiting Room » ou « Neihghbours », mais voilà ça se limite à quelques plans répartis sur deux morceaux... Les rares soli font leur petit effet également mais c’est toujours minime sur 30 minutes d’écoute.

Comme vous l’imaginez, on a affaire là à une autoprod’ donc au niveau de la qualité sonore on se fait vite une idée du rendu. Je ne voudrais pas faire mon bourgeois, mais aujourd’hui avec quatre cacahuètes et un pringles on a de quoi pouvoir faire un son pas trop mal. Et faire du Brutal Death avec un son si faiblard, ça le fait moyen : ça manque de profondeur, d’ampleur, c’est très confiné... Des groupes comme Diluvian ou Necropsy on pourtant réussit à nous pondre des autoprod’ assez convaincantes.

 

Je n’ai rien contre les groupes à l’orientation Old-school, au contraire certains le font plutôt bien comme Fatalist ou Abraxas bien qu’ils soient américains, mais même chez nous Como Muertos a réussi à faire un truc pas trop mal ainsi que les groupes pré-cités. Je pense qu’il suffit juste d’apporter une part de personnalité et d’originalité et pas se contenter de faire une musique bête et méchante, car le Death metal grassouillet qui tâche, avec des histoires de boucherie dans les caves de Yougoslavie ça a eut son impact il y a une quinzaine d’année... Si Askaris veut continuer dans cette voie, il va juste falloir être un peu  plus créatif, et faire quelques efforts de composition.

photo de Domain-of-death
le 11/05/2011

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Lucertulas - Anatomyak
Banane Metalik - août 2013