Assemble Head In Sunburst Sound - When Sweet Sleep Returned

Assemble Head In Sunburst Sound - "When Sweet Sleep Returned"
chronique Assemble Head In Sunburst Sound - When Sweet Sleep Returned

La sphère du rock/métal psychédélique du moment est assez grande et a toujours connu bon nombre de groupes évoluant plus ou moins dans l’anonymat le plus complet. Venu de San Francisco, Assemble Head In Sunburst Sound fait un peu partie de ce genre de groupes. En même temps, avec un nom pareil, pas étonnant ! Malgré tout, ils ont su se faire un petit renom par chez eux, notamment en mêlant pas mal d’influences et de styles pour former un rock psyché plutôt orignal.

 

When Sweet Sleep Returned est le nom de ce troisième album du groupe paru en 2009 et qui, contrairement au précédent, se veut plus varié et plus accessible par la même occasion. Lourdeur et force étaient les maîtres mots du précédent album, ici, au contraire, on lorgne plus du côté de la légèreté et de l’aéré. C’est bruyant, mais quand même très léger et bucolique.

 

Les influences très Sabbathiennes du précédent opus se sont un peu essoufflées et laissent place à des mélodies très fraîches et des ambiances vaporeuses vous donnant envie de courir cul nul dans une grande prairie. Cependant, si jamais l’envie vous prend d’augmenter un tant soit peu le volume vous ne serez pas déçu par la puissance que peut dégager le groupe, mais tout en restant léger. Un stoner léger… Dur à concevoir quand même hein ?

Il est clair que la patte du producteur pourrait avoir un lien certain, quand on sait qu’il a touché de très près à des albums des Comets On Fire, groupe d’acide-rock bien déjanté et planant…

 

Moins métal qu’avant et bien plus rock aussi, ce nouvel album va chercher des influences dans les profondes arcanes d’un rock psyché typique des 60-70’s, là où régnaient en maître Neil Young, Creedence Clearwater Revival ou encore le Led Zeppelin bluesy de la fin. L’ombre de ces groupes plane à tout moment sur les compositions qui nous font faire un réel voyage dans le temps.

Profitant d’une production plus propre qu’à l’époque, le groupe peut se permettre d’incorporer une grande quantité d’instruments dans ses compositions, allant de la classique guitare, à l’orgue venant envoûter chaque piste, en passant par des cordes discrètes mais ô combien enivrantes.

 

Mais ce qui surprend le plus, c’est la capacité du groupe à casser ces larges moments de planitude complète par des breaks bien stoner où toute sa puissance passée remonte à la surface. Juste un passage bien gras, histoire de nous réveiller pour mieux profiter du voyage quasi sidéral que propose le groupe sur ses huit morceaux.

 

Les amateurs de stoner seront surpris par ce groupe à l’esprit stoner mais qui privilégie les plénitudes calmes et doucereuses à la lourdeur. Car la musique du groupe a beau être devenue calme, elle n’en est pas pour autant devenue ennuyeuse. Au contraire ! Ecouter cet album c’est comme fermer les yeux et s’imaginer parcourir la Californie des 60’s à bord d’un van miteux sentant bon l’herbe. On ne refuse pas un trip musical.

photo de DreamBrother
le 25/07/2011

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements