August Burns Red - Constellations

Chronique CD album (47:01)

chronique August Burns Red - Constellations

Le niveau d'intérêt de la scène metalcore ces derniers temps est de plus en plus faible, mais un nouveau August Burns Red vient de sortir, alors on se penche volontiers dessus. En effet, "Messengers" est un album au dessus de la plupart des groupes de ce style. Ce nouvel effort est l'occasion de montrer qu'ils ne sont pas un de ces combo de metalcore Américains sans aucun intérêt qui ne font que reproduire (certaines fois pas très bien en plus) ce que d'autres ont été chercher loin. Dès le début de l'écoute, on remarque une production encore trop propre comme pour son prédécesseur ; aïe, ça commence mal. August Burns Red expose toujours sa qualité de composition, avec des titres mélodiques, techniques, variés, et parfois agrémentés de blasts. La batterie, mise en avant, accompagne la guitare pour rendre certains passages encore plus lourds. Le groupe fait ce qu'il sait faire et on pourrait croire à un manque d'originalité, surtout au niveau de la voix, qui, bien qu'étant toujours aussi bonne, n'évolue pas en comparaison à « Messengers » si ce n'est par l'arrivée de Tommy Rogers de Between the Buried and Me qui viendra pousser la chansonnette pour nous offrir son chant clair pas indispensable, mais qui ne fait toutefois pas tâche, sur "Indonesia". On sera également surpris par l'ajout de solos de guitares, mais ce n'est pas tout. Si August Burns Red fait du August Burns Red, le groupe apporte des petites touches de nouveauté, comme des passages mélancoliques à l'image de "Ocean Of Apathy". Des titres comme "Marianas Trench" marquent une légère exploration, au fil des écoutes ; alors qu'au contraire, "Méridian" semble être la copie de "Composure" tiré de "Messenger", si ce n'est le solo. En conclusion, "Constellations" est un bon album qu'on pourra réécouter plusieurs fois sans problème. Le groupe fait ce qui marche et ce que le public souhaite entendre, en utilisant la même recette à quelques ingrédients près. Car oui, il y a une évolution, légère et sans énorme prise de risques, mais présente au point de le souligner. Mon intérêt pour le metalcore n'en est pas augmenté mais August Burns Red montre quand même que c'est une pointure dans le style, et son écoute reste plutôt agréable.

photo de Finisterra
le 29/10/2009

1 COMMENTAIRE

Zoltan

Zoltan le 26/05/2014 à 14:10:21

On sent bien que cette chronique a été écrite par quelqu'un qui n'affectionne clairement pas le metalcore. "Manque d'originalité" : j'ai bien ri ^^

Le meilleur album du groupe pour moi, bien que le récent Rescue &Restore ai repoussé très loin les limites que l'on croyait atteintes du talent créatif de ce groupe.

Un must absolu pour tout fan de metalcore qui se respecte, bien loin des structures habituelles et des breakdowns fadouilles auxquels ce genre nous a habitués suite a l'émergence de groupes pompant inlassablement la même formule usée jusqu’à la corde.

En un mot : cultissime.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements