Bailer - Bailer

Chronique CD album (19:21)

chronique Bailer - Bailer

Qu’on se le dise mes connaissances dans la culture Punk/Métal irlandaise ne sont pas des plus fouillées. Je pourrai vous citer Dropkick Murphys, Therapy, Stiff Little Finger comme mes seules références majeures et toujours assumées, mais pour le reste j’ai fait l’impasse et suis resté très à l’écart de cette scène. La faute sûrement à son insularité, à l’enclave qu’elle représente et qui ne lui permet pas de faire dans un diffusionnisme d’ampleur. Ce phénomène ne comprend bien sûr que la scène hardcore, on connaît que trop bien les difficultés que rencontrent les groupes pour tourner et pour éviter les écueils financiers de la scène DIY. Et pourtant, si l’on s’en tient aux différentes formations avec lesquelles Bailer s’est encanaillé sur les plateaux depuis ses débuts (Norma Jean, Sick Of It All, Palm Reader ou encore Coilguns) il semblerait que la Street Cred des Irlandais ne soit plus à démontrer.

 

Voilà pour le background du groupe qui m’était encore inconnu jusque-là mais qu’à cela ne tienne, la séance de rattrapage est en bonne voie. Le dernier en date de Bailer est donc grossièrement aussi incandescent que sa cover et fonctionne très bien. Son hardcore fait l’effet d’une bonne grosse boîte envoyée dans ta vilaine petite gueule par un de ces emblématiques chafouineurs d’Irish Traveler’s. Tu sais ceux dont s’inspire l’excellente chronique gitane réalisée par la Guytoune de Richie Snatch. Originaire de Cork et formé aux alentours de l’année 2015, Bailer débite un Hardcore métallisant aux accents parfois Noisecore « Lying for a Living », parfois Rock’in Core « Long Gone », parfois Punk Metal primaire « Death is A Reminder » mais surtout à dominante Metalcore « Feel It More ». Vraiment varié mais condensé à la fois, le style de Bailer est simple à résumer : féroce, épuré, chiadé, avec un riffing qui groove méchamment et qui en Live doit en exciter plus d’un.e. Comprenant quelques tricks discrets, des Bends de ci de là et des Harmoniques skillées à la Dimbag, l’approche du combo irlandais se veut pourtant directe en châtiant toutes les petites manières ô combien superflues pour le style. A l’instar de son frontman qui se pulvérise copieusement les entrailles pour vociférer sa rage hardcore, le groupe brutalise nos oreilles dans une ambiance metalcore des plus véhémentes et récréatives.

photo de Freaks
le 23/04/2019

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019