Bak Xiii - Aut Caesar aut nihil

Chronique CD album (60:00)

chronique Bak Xiii - Aut Caesar aut nihil

Avec la sortie de Aut Caesar Aut Nihil, les génevois fêtent leur quinzième anniversaire.
Avec six albums au compteur, une poignée de maxis et d'ep, une douzaine de tournées européennes ; Bak XIII est devenu au fil des ans, un acteur de référence dans l'Electro bodybuildée. Cette sortie 2016 marque le départ de Tenebras, guitariste inspiré de ces huit dernières années. Pour beaucoup, l'entité est l'émanation du seul DDDMix (Damian, DJ Nada) qui à l'instar de Obszön Geschöpf est l'âme du projet.

Play : et c'est parti pour une bonne heure de sons synthétiques, de voix vocodées, de riffs minimalistes et de filtres en tous genres.

 

Pour qui a suivi et/ou vu le groupe ces dernières années, la surprise est là. Bak XIII s'est calmé. Les parties de guitares sont discrètes, parfois acoustiques, les rythmes puisent parfois dans l'Hoorray-Dance teutone (Sash !, Scooter) ; les chants fleurent bon (sic) le stade de foot. Elle est loin la classe empruntée à De/Vision des débuts et l'expérimentation sentie à la Cabaret Voltaire. L'habillage a laissé la place au Marcel à paillettes et à la sueur. Ce disque ne s'embarrasse pas de fioritures: place à l'efficacité et au live.

Est-ce une des raisons qui ont poussé Tenebras à quitter le projet pour «des raisons professionnelles ».

 

Si une bonne moitié des titres est dispensable, on retient une série parmi laquelle « No more tomorrow », « Wake up » et l'excellent « Fear Business » qui auraient pu constituer un excellent ep.

 

Bak XIII ne se désunit pas lors de cette longue heure, mais il ne parvient pas pour autant à captiver l'auditeur.

photo de Eric D-Toorop
le 14/01/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Coffin On Tyres - Red
Breed Machine - 3