Barús - Drowned

Chronique CD album (54:11)

chronique Barús - Drowned

La sous-division des Acteurs De L'Ombre Émanations semblant avoir cessé ses activités, c'est sur le label Memento Mori que Barús sort son nouvel album, album de Death Metal qui dénote dans la liste de mes chroniques de la rentrée, quasi exclusivement Black Metal. L'EP éponyme m'avait laissé une plutôt bonne impression, faisant preuve, pour le blackeux que je suis, d'une certaine originalité. Ne se revendiquant ni de l'école de Tampa ni de celle de Göteborg, L'intro de "Descry" offre plutôt à l'auditeur un riiff virevoltant à la Gojira. Des landais, ils empruntent, outre une atmosphère générale, mais surtout une propreté dans l'exécution qui rend son propos clairement extrême écoutable à des oreilles plus habituées à des choses plus soft.



Je laisse Cromy, Lapinou ou Seisa juger de la cohérence des noms cités dans la fiche promo, mais qui permettront peut-être au lecteur de ses lignes de se faire une idée de la musique de Barús: Gorguts, Autopsy ou encore Meshuggah. Le groupe voit sa musique comme un gigantesque melting-pot de ses influences, qui couvrent presque tous les courants qui font la variété du Death, en y ajoutant des éléments issus du Black mais aussi du Doom. Tout cela pourrait rendre le résultat indigeste au possible; bien au contraire! La netteté du son et la concision dans la composition rendent tout cela cohérent.



Il flotte dans ce Drowned l'esprit des deux premiers Gojira, cette soif d'explorer de nouveaux territoires à partir d'un style perclus de clichés et de codes quasi immuables. Sans réellement donner l'impression, on tient là un condensé d'expérimentations qui en font plus qu'un simple album de Death moderne supplémentaire. Et alors qu'il délivre un album intense, dense, avec des titres comme "Perpetrate", le groupe parvient tout de même à se ménager de courtes pauses atmosphériques qui contribuent au dynamisme de l'album.



On pourra peut-être reprocher au groupe une légère baisse de régime sur la fin de disque avec deux titres un petit peu en dessous en terme de puissance et de composition, mais ils faut les voir comme une partie intégrante de la volonté de Barús d'expérimenter. En tout cas, avec ce premier album, il nous propose une œuvre qui se place au dessus des clivages stylistiques en conciliant new et old-school.


photo de Xuaterc
le 18/10/2019

4 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 18/10/2019 à 10:17:35

Un peu De Meshuggah peut-être, suis pas un grand fan du truc. De l'Autopsy, j'vois pas bien où. Mais c'est pas mal.

gulo gulo

gulo gulo le 18/10/2019 à 10:25:09

0% Autopsy en effet, Meshuggah évidemment, et Gorguts, et Morbid Angel sans le soufre (donc Gojira, j'imagine (jamais écouté)).

BBB

BBB le 18/10/2019 à 12:36:12

Il est sorti le 22 octobre 2018, il ne sortira pas dans 4 jours... :)

Xuaterc

Xuaterc le 18/10/2019 à 17:28:27

Oups, corrigé...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019