Beaten To Death - Sunrise Over Rigor Mortis

Chronique CD album (18:13)

chronique Beaten To Death - Sunrise Over Rigor Mortis

Découvert par hasard au détour d’un mail promo proposé par le patron, Beaten To Death est un groupe qui n’a pas encore eu l’occasion d’être cité dans nos colonnes, ce qui me semble étrange étant donné que ces 5 norvégiens sont en activité depuis près de 15 ans. Du coup, ils auraient peut-être mérité une meilleure introduction, moins introductive et plus introspective. J’aurais pu commencer en lançant une réflexion sur le death/grind, sur le fait que ce style n’était pas forcément ma tasse de thé en terme d’exercice chronical, la faute à un manque d’érudition de ma part, une méconnaissance de la scène actuelle et de son évolution, une impression sûrement faussée d’un style cantonné à des gimmicks prévisibles bref le risque de passer pour chroniqueunnard est bien réel.

Du coup, je vais mettre ma casquette du mec qui ne s’y connait pas trop en death/grind, qui vient plutôt du métal/hardcore, du mec random, plus classique, plus…alternatif. Et c’est avec cette casquette solidement vissée sur ma tête (et qui me va, avouons-le, plutôt bien) que je peux vous dire que Sunrise Over Rigor Mortis de Beaten To Death pourrait être un de ces albums qui ferait apprécier le death/grind, et pas qu’un peu, à n’importe quel metal-head.

 

Du death/grind, on en a effectivement les gimmicks…Ca bombarde, une moyenne de 2 minutes au compteur, des rythmiques groovy, de la batterie qui blaste (même quand il ne faut pas) et qui d-beat bien fatement, des riffs hyper basiques mais qui fonctionne, des incursions noisy-bordélo-nimp, du growl bien caverneux (mais pas que) le tout avec une prod atypique (on y reviendra). Sauf que Beaten To Death amène ça de façon hyper fine…Bizarrement…On a les gimmicks mais pas trop...Il y a un côté presque alternatif à leur death/grind. Frontal mais pas brutal...

Alors, oui, le morceau qui ouvre l’album ne trompe pas sur la marchandise et son petit frère non plus mais plus l’album se déroule et plus il nous fait découvrir quelque chose de bien moins bas du front qu’il n’y paraît. "Dying Dream" et sa saveur quasi-pop avec son chorus ? Ca passe crème ! "Life But How To Leave It" et son refrain à la Nuclear Rabbit sur-distordu ? Ca déglingue ! "Minus Och Minus Blir Minus Och Minus", son intro et ses arpèges un peu post mi-tempo? Nickel ! "We're Not Gonna Make It" et son pont hard-rock/heavy-fm ? Ultra-cool ! Autre originalité, la voix n’est pas linéaire pour un sou. Ca growle, ça screame et ça chante mélodieusement.

L’ennui n’est donc clairement pas de la partie ni côté chant, ni côté instrumental. Bref, du death/grind qui vire bon-enfant donc mais qui ne joue pas non plus à la marelle, du death/grind qui ne se prend pas au sérieux mais ne surenchérit pas forcément dans le potache…Du death/grind alternatif que je vous dis!

 

Même côte artwork, le groupe réussit à tirer son épingle du jeu et propose quelque chose d’original dans le style, dans l’approche. Si ça n’est pas forcément superbe, la tentative est plus que bienvenue et titille la curiosité.

 

La production est très sympathique. Très légèrement abrasive, qui sature et s’emboue à l’occasion mais hyper vivante, sans aucune compression étouffante. Du death/grind analo mais pas enregistré avec un vieux TASCAM en fin de vie. Les guitares tordent de manière savoureuse, on a l’impression que les gars jouent énormément sur l’attaque, sur le volume et c’est parfois quasi clean tout en gardant l’esprit, la basse assurant le tapis bourdonnant de la saturation nécessaire au style. Alternatif que je vous dis ! Aucune idée de ce que les bonhommes racontent par contre. Je n’ai pas eu accès aux lyrics mais la traduction des titres en norvégiens m’a laissé songeur entre "Voyage facile à l'usine de colle" et "Moins et moins devient moins et moins" ou "Vers pour les bras, crinière sur la tête". Cependant, avec "My Hair Will Be Long Until Death", pas d’erreur sur le propos, il fait plutôt dans le rigolo-trololo que dans l’anarcho-milito.

Avec seulement 18 minutes, l’album passe vite et on se le remet en boucle tellement il offre un death/grind qui...change du death/grind finalement. Un death/grind libre, voire libéré car qui ne cantonne pas aux habituelles voies aux sillons déjà bien tracés du style. Rien que pour cela, il mérite qu’on s’y penche, on n'en ressortira pas changé mais plus que bien rassasié. 

 

 

On aime bien: du death/grind qui change du death/grind, une production ultra-cool

On aime moins: ...je cherche encore...

photo de 8oris
le 04/06/2024

9 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 04/06/2024 à 09:16:15

Nuclear Rabbit, carrément ? Là ça fait envie 😅

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 04/06/2024 à 11:20:00

On aime moins : "le côté alternatif".

8oris

8oris le 04/06/2024 à 11:55:53

@CGlaume: Vite fait "Nuclear Rabbit" hein! Vite fait...
@Cromy: 🤣🤣

Pingouins

Pingouins le 04/06/2024 à 18:24:06

Oh c'est vraiment très cool ça ! J'ai vu passer la sortie ces jours-ci mais je n'avais pas pris le temps de l'écouter, jusqu'à maintenant.
Le côté un peu WTF ou décalé m'évoque parfois les circonvolutions de She Said Destroy, pour rester dans les groupes norvégiens.

cglaume

cglaume le 04/06/2024 à 20:13:53

Je me demande s’ils ne partagent pas des membres d’ailleurs…

cglaume

cglaume le 04/06/2024 à 20:14:57

Bingo : le chanteur / guitariste 😎

Pingouins

Pingouins le 04/06/2024 à 20:35:04

Ah ! Bon ben ça fait plaisir de temps en temps cette impression de ne as être totalement à côté de la plaque 😄

el gep

el gep le 05/06/2024 à 00:20:48

Merde ! Elle est où la plaque, déjà ?
Ah, encore raté, fait chier... l'était encore à côté...

Sinon moi je dis je vais écouter ça, une pochette avec des crapauds qui ont des bougies qui fondent sur la tête, tout ça dans une barque menée par un vieux chat anthropomorphe sur une rivière de rayions de soleil fondus... Ça m'intrigue !
(et pourtant... ''on s'en fout de la pochette'', hein ?)

cglaume

cglaume le 05/06/2024 à 08:53:14

Non on ne s’en fout pas de la pochette ! Team artwork-fetichist 🤘🤘🤘

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements