Billy Talent - III

Billy Talent - "III"
chronique Billy Talent - III
Billy Talent est le groupe même qui cartonne outre-Atlantique ou même chez nos voisins allemands ou anglais mais que trop peu connaissent dans nos contrées. Pourtant, I et II étaient deux énormes tueries qui usèrent les lentilles de beaucoup chaines hifi, y compris parmi la rédaction de Coreandco.
Loin d'être ce petit punk radio, Billy Talent prend les clichés à contrepied en venant déjà du Canada, avec un chanteur à la voix nasillarde mais au charisme vocal incontestable. A cela ajoutons que musicalement c'est aussi énergique que puissant "émotionnellement".
On collera l'étiquette qu'on voudra : émo (principalement à cause de fautes de goûts capillaires passées) ou punk...et si finalement on ne faisait que parler de rock ? Et soyons fous...osons nous au terme de "pop".

Cela n'a jamais été aussi vrai sur ce III qui est...une demi déception.
II était déjà plus calme, plus mélancolique. Il faut dire que l'effet du premier album nous secouait encore...mais là ça ne percute plus.
L'album en lui même est bon, bien meilleur que ce qu'on peut entendre de machines à tubes qui pullulent sur MTV2 ou Virgin Radio...mais...

-Tout sent le réchauffé. Ce qui avait fait la touche mélancolique du précédent opus est ici repris sans de franches retouches, et finalement...on s'ennuierait presque.
-C'est bien plus mou que ce que le groupe sait faire, il n'y a plus aucune surprise.
-Les refrains que des hordes de fans pouvaient reprendre en chœur ne font plus légion.

Ce n'est évidemment pas parce que c'est calme que c'est mauvais, on pourra trouver du plaisir à écouter "Sudden movement" qui, en plus, ne délaisse pas complètement les grosses guitares, tout comme sur "The dead can't testify" ou de la follement pop "Diamond on a landmine" (avec un piano en arrière fond).
Un cran au dessus, énergiquement parlant, on trouvera la plupart des morceaux de cet album,aux accents parfois certes mélancoliques, avec cependant un petit cri si charismatique du chanteur et un tempo plus rapide.
"Devil on my shoulder", "Rusted from the rain", "Tears into wine", "White sparrows", "Pocketful of dreams" illustrent le propos en offrant de bonnes compos, solides, mais qui sonnent déjà entendues dans la discographie.
Enfin on retrouve des gros titres, plus nerveux comme "Turn your back "ou l'excellente clôture sur "Definition of destiny" qui achèvent bien ce III.

Mais quand on lance "St Veronika",(titre fort bien fait au passage) on retrouve la même introduction à la basse que sur "Worker Bees". On imagine ensuite difficilement qu'il n'y a pas de lien entre l'ouverture sur "Devil on my shoulder" et ce titre sur II avec "Devil in a midnight mass" et on se dit qu'il y a de la suite dans les idées de la part de Billy Talent, mais qu'elles n'évoluent pas assez rapidement...
Ça sent le copier/coller avec une touche plus posée : on baisse le tempo, on retire les cris des refrains pour les ressortir à de rares occasions, comme avant des soli bien sentis (Rusted from the rain, Tears into wine).

Le constat est simple et ne mérite peut-être pas de s'étendre sur la question plus longtemps :
III n'est pas mauvais : il est décevant mais réussi.
photo de Tookie
le 10/09/2009

4 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 10/09/2009 à 09:14:58

J'avais bcp aimé le premier, mais j'ai l'impression qu'ils sont de moins en moins inspirés au fil des albums ces canadiens...

Biflam

Biflam le 10/09/2009 à 10:29:18

Oh purée un nouveau BT ! faut que j'écoute caa !

Biflam

Biflam le 11/09/2009 à 02:19:10

ouais en effet, après écoute , on ressent pas la même pêche qui tronait dans les 2 albums précédents, et ya pas mal de déja entendu aussi ouais !

Dommage !

Plunk

Plunk le 11/09/2009 à 20:55:05

C'est un peu l'impression que j'en ai retiré pour l'instant (mais j'ai qu'une écoute au compteur), la dernière phrase résume bien le truc.
Va falloir qu'ils prennent un minimum de risques pour rester intéressants par la suite...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019