Birds Of Prey - The Hellpreacher

Chronique CD album (40:54)

chronique Birds Of Prey - The Hellpreacher
Pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, Birds Of Prey est une sorte de All Star Band de Southern/Sludge originaire de Virginie. Dans le line-up on retrouve le gratteux d'Alabama Thunderpussy, le bassiste de Baroness et le batteur de Burnt By The Sun et Municipal Waste. Malgré tout ça, je n'avais jamais entendu parler du groupe auparavant... Pourtant « The Hellpreacher » est tout de même leur troisième album !

Plus concrètement, vous vous doutez bien qu'avec une telle équipe on va s'orienter vers un style bien lourd et grassouillet à souhait ! En effet, pour résumer le style, on pourrait dire que Birds Of Prey fait du Southern Death'n'roll.
Nous avons donc droit à de très bons riffs à la fois poisseux et mélodiques. Ce genre de riffs fait d'ailleurs son petit effet sur quasiment toutes les intros... Certains trouveront la formule un peu redondante au fil des morceaux, mais personnellement je suis un grand amateur ces riffs là !
Cependant d'un point de vue plus objectif, c'est vrai que les structures deviennent assez prévisibles. On est à fond dedans depuis « Momma » jusque « Tempt and Disciple », après on relâche un peu l'attention... Mais à aucun moment on ne s'endort ! On a quelques (rares) surprises comme sur « The Excavation » avec un passage un peu plus "metalcore", où le chanteur troque sa voix graveleuse à la Chris Barnes contre un chant plus clair ; ou encore sur l'instrumental « The Owl Closes In » qui fait seulement place à une guitare acoustique accompagnée par la batterie ; et bien qu'il soit acoustique ce titre ne manque pas de lourdeur et c'est là une très grande force du groupe ! Je trouve également que « Warriors of Mud... The Hellfighters » est un très grand moment de Death'n'roll et certainement le titre le plus rapide de l'album.

Au final, seuls quelques titres présentent un peu moins d'intérêt (« Taking on Our Winter Blood », « Blind Faith », « False Prophet », « Giving Up the Ghost ») : ce n'est pas qu'ils soient mauvais mais juste qu'ils gardent le même modèle que les précédents.
En tout cas les premiers morceaux sont de véritables rouleaux compresseurs, entre Sludge, Death et munis d'une aura Hardcore qui flotte au dessus de tout ça. Les "solos" sont également bien cradingues à la Down ou Crowbar ! Il faut dire que la majorité des parties de grattes sont de la même lignée que ces groupes là.

« The Hellpreacher » est donc un bon album qui comblera avant tout les fan du style. Si vous avez des prédispositions à Crowbar, Municipal Waste ou Entombed vous pouvez aller tâter ce nouveau Birds Of Prey sans trop prendre de risques. Mais si la carrière du groupe suit le même schéma que cet opus, il est possible que les premières productions soient encore meilleures...
photo de Domain-of-death
le 24/09/2009

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements