Black Bomb A - Enemy Of The State

Chronique CD album

chronique Black Bomb A - Enemy Of The State

Premier album de l'année que j'attendais, et là je me surprends à ne pas aimer le premier morceau au départ death-thrashouillard où les chanteurs chantent avant même d'hurler. En plus, je trouve les riffs mega-bateau, seule la batterie sauve ce morceau et me pousse au morceau suivant. Ok ça commence pas bien, mais il y a comme un sentiment au plus profond de moi qui me dit que je dois aimer cet album ; je persiste donc, et avec raison.

 

Déjà le choix du nouveau chanteur est bien plus évident qu'Arno-flago. Alors certes BBA a perdu le ping-pong qui faisait le charme de Human Bomb, et qui n'a jamais réussi à être recréé par la suite, et surtout sur le From Chaos malgré le retour de Djag. Donc si les deux chanteurs ne se jappent plus dessus à qui mieux-mieux, on a le droit à chacun son passage renforcé par le deuxième chanteur en fin de couplet. L'alternance n'est plus le mode principal du chant chez Black Bomb A. Par contre les gros rappels vocaux des familles sont encore bien présents et ressortent beaucoup mieux, et bien plus que sur les trois derniers disques sortis. Le gros hic pour le chant, ce sont les passages en voix claire, illustrés par le morceau "Fear" qui me fait penser au groupe Fear Factory (vous savez le mélange musique qui tabasse sur un air pseudo atmo avec un beau chant clair dessus gavé de reverb)... Enorme hic même. Le restes des passages chantés apaise un peu le ton, c'est pas ce que je retiendrai de l'album mais ils ne me choquent pas plus que ça.

 

Côté musique, on a le droit à un gros cross-over metal/punk Hardcore avec une basse qui est parfois sautillante sauce punk à clous. Une batterie totalement metal même si la caisse claire sonne sec et est mise en avant, il n'y a pas de poum-tak-tak poum-tak-tak à crête, on sent bien que le batteur a un background metal et ne le renie pas. La guitare est beaucoup moins aiguisée et rapide que par le passé ; si le côté punk est encore audible il est surtout beaucoup plus hardcore moderne, mais il reste à Snake encore assez de pêche pour de bonnes accélérations dans la veine de Human Bomb, mais force est de reconnaître que la perte d'une guitare oblige à plus épaissir les six cordes restantes que de turbiner à l'ancienne. Oubliez aussi les morceaux rapides et courts du Human Bomb, ce Enemy Of the State est plus Hardcore, lourd et lent, à l'exception de l'excellent morceau "Pedal To The Metal", déjà sorti en 45 tours. Digne de Human Bomb, ce morceau est le meilleur de l'album, et j'ai hâte qu'il dépote dans mes cage à miel en concert.

 

Au final, je trouve l'album un peu trop long, surtout les deux derniers morceaux avec une outro tout à fait dispensable (ennuyeuse, pour rester poli), et le morceau "Hell On Earth" qui lui est lui carrément trop long. Ils se seraient arrêtés à 4:30, on aurait échappé à 4 minutes chiantes et molles, qui se veulent dures et atmosphériques, pour tout dire post-core mais n'est pas Neurosis qui veut, et Black Bomb A excelle plus dans le cross-over que dans le post-core.

 

Je dois quand même dire que depuis Human Bomb, j'avais pas pris autant de plaisir à écouter Black Bomb A.

photo de Sepulturastaman
le 08/02/2012

1 COMMENTAIRE

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 08/02/2012 à 14:23:53

Hé !!!! ça fait quelques albums que leur batteur est celui de Loudblast !!! Normal qu'il sonne un chouille métalo!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019