Black Mountain - Wilderness Heart

Black Mountain - "Wilderness Heart"
chronique Black Mountain - Wilderness Heart

Si je vous dis Led Zeppelin, King Crimson, Neil Young ou encore Oasis et Black Sabbath (entre autres), vous allez vous demander quels sont les points communs entre ces groupes. La réponse est simple, ce sont les canadiens de Black Mountain avec leur troisième album Wilderness Heart ou l’art de mixer trente ans de culture musicale en dix morceaux.

 

On savait le groupe friand des seventies et de toute la vague prog’ qui en découlait, mais avec ce troisième opus, les chevelus canadiens montrent qu’ils apprécient aussi les eighties et leurs groupes tout de cuir vêtus avec une coupe de cheveux permanentée. Oui, Black Mountain est aussi allé taper du côté du bon vieux heavy F.M de papy et cela, avec un certain goût du… Mauvais goût assumé… Ou du moins, en apparence. Spinal Tap vient donc se rajouter à la longue liste d’influences du combo.

 

Un petit virage FM donc, qui sonne dès le début avec «The Hair Song» et qui continuera de se pointer de temps en temps sur des titres pas toujours excitants au premier abord. Ainsi, «Old Fangs» et son intro faussement empruntée à «Eye of the Tiger» de Survivor fait assez mal aux oreilles au début… Alors qu’en se développant le titre devient un parfait exemple de l’art de Black Mountain. La mélodie s’illumine, le psychédélisme envahit l’auditeur. Tout est là.

Du Heavy d’antan les canadiens ne renient rien, y compris les riffs martelés binaires («Lets Spirit Rides»), le mauvais goût kitsch («Radiant Hearts») auquel on succombe avec un peu de honte, sans oublier du solo, et du lourd («Lets Spirit Rides» toujours). Pourtant, malgré les écarts il est impressionnant de voir avec quelle aisance le groupe combine ces influences, avec cohérence et en restant fidèle à son stoner/prog’ du début (synthé prog' au fond, guitares et rythmiques plombées).

Mais par-dessus ces tornades heavy Black Mountain aime disperser de bons petits bijoux folk-rock, le petit bonbon sucré et acidulé qui fait frétiller les papilles. Et ça, les canadiens savent faire. En attestent «Buried By the Blues» ou «The Space of Your Mind» qu’un Neil Young en forme ne renierait pas.

 

Bref, Wilderness Heart surprendra, choquera, déstabilisera, fera certainement aussi rire par moment. Black Mountain nous dévoile sur cet album son amour assumé pour le kitsch et le folklore heavy des 80’s. Est-ce qu’on doit lui en vouloir ? Je pense que non, car au final, tout en étant très (trop ?) éclectique, le groupe évite la répétition sans pour autant avoir la prétention de révolutionner quoi que ce soit.

photo de DreamBrother
le 28/09/2010

1 COMMENTAIRE

deathlikesilence

deathlikesilence le 28/09/2010 à 10:08:33

Grosse déception pour ma part

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019