Breed Machine - A l'aube du huitième jour

Chronique CD album (40:00)

chronique Breed Machine - A l'aube du huitième jour

J'ai une vie de famille, un travail, quelques amis et une flopée de passions chronophages.

Alors NON, je ne peux pas tout connaître.

 

J'abandonnerai bien tout ça si cela me permettait de connaître l'ensemble des productions musicales qui existent.

Malheureusement on ne coupe pas les ponts si facilement avec tout le monde et je ne découvre Breed Machine qu'à son 4e album (superbement mis en image).

 

Il n'y aura donc aucun recul sur la vie du groupe pour une chronique pure d'"A l'aube du 8e jour".

Cette sortie a trouvé un label au patronyme parfait pour définir sa principale qualité : elle envoie du bois.

 

Première non-surprise : un côté bidouille electro / indus assez prévisible puisqu'apparait le mot "Machine" dans le nom du groupe. Une bande bien française, qui va mélanger avec facilité ce style avec un autre décrié pour ses limites : le néo.

Le but ? Créer une oeuvre à la fois oppressante, violente mais vivante, éclairée, équilibrée.
 

Ajouter une étiquette c'est s'ajouter un handicap supplémentaire.

Pourtant, Breed Machine est une sorte d'Oscar Pistorius du métal : son handicap fait sa force.

Dans ces conditions, on va souhaiter une bonne chance à leurs concubines et signaler les touches néo pour le côté direct, incisif...et la finesse.
 

On retrouve ainsi un petit son rappelant Korn et "Freak on a leash" sur "Karma" et "Sous mon bouclier". On pourrait aussi parler du jeu de basse (et sa judicieuse mise en avant !) ou du riffing qui ne s'encombre pas de techniques surfaites au profit de la vivacité, du côté « jumpant ».

En bref, il y a surtout de l'explosivité, et des lignes de chant énergiques, rentre-dedans.

 

Breed machine a ce côté sombre et violent qui rappelle Chimaira (lorsque c'était bien) avec une grosse voix bien lourde.

L'atmosphère oppressante et hargneuse trouve néanmoins ses limites. On ressent, en qualité d'auditeur, un brin de lassitude sur la fin, ce qui n'enlève rien à la qualité de chacun des morceaux !

Froids calculateurs, les Breed Machine ont la bosse de l'efficacité et font la musique qu'il faut pour en provoquer quelques unes dans le pit...

photo de Tookie
le 25/02/2014

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021