Bridge To Solace - House Of The Dying Sun

Bridge To Solace - "House Of The Dying Sun"
chronique Bridge To Solace - House Of The Dying Sun

3 ans après leur “Where Nightmares and Dreams Unite” les hongrois de Bridge to Solace reviennent sur le devant des bacs avec ce nouvel opus intitulé “House of the Dying Sun”, et là, la surprise n’est pas des plus affolantes malheureusement. BTS nous livre un album quelque peu décevant, à vrai dire on avait habitué à mieux, depuis « Of Bitterness and Hope » sorti en 2003, le combo mélangeait très habilement hardcore old school et metal en y mêlant un sens de la mélodie et une dose d’énergie incroyable et très bien maitrisée. Puis arrive le temps de ce nouvel album, ou Bridge To Solace nous apparaît comme ayant perdu son essence, tout ce qui faisait son charme d’antan, et l’avait placé au rang de groupe atypique dans la jungle de la scène Metalcore saturée depuis un bon bout de temps déjà. Que s’est il passé ? On en sait rien mais les faits sont là, certains parlent déjà de Bridge To Solace à l’imparfait tant le rendu de ce nouvel album est insatisfaisant. Nos hongrois auraient décidé d’abandonner toute touche de style Hardcore dans leur métal, pour se cantonner à un Metalcore mélodique de bas étage. Certes le tout est très bien mené, soigné et joué avec ferveur, mais aucun frisson ne s’extrait de leurs compositions cru 2009, on passe 40 minutes sur un album répétitif, sans saveur, qui plairai peut être aux amateurs passionnés de metal hardcore mélodique gonflés aux solos stylés, mais je pense qu’une majorité d’entre nous ne sera pas vraiment conquis par cet album. Puis il y a toujours ce son, qui manque de caractère, un son trop lisse pour le genre pratiqué, une batterie qui ne tape pas suffisamment dans les hauts parleurs pour se flatter d’avoir un son accrocheur, même si le mix est loin d’être bâclé, il manque ce petit quelque chose aussi au niveau technique pour en faire un album substantiel. MAIS, puisqu’il y a toujours un mais, on pourra quand même apprécier la mue de Zoltan qui nous montre une voix bien plus puissante qu’auparavant, symptôme aussi de la perte d’originalité du combo finalement, et aussi tous ces riffs démoniaques moitié solos moitié riff rythmique, qui font toujours plaisir à entendre. Cet album n’est pas mauvais, loin de la, les compères maitrisent leur sujet avec une grande habileté, juste qu’on s’attendait à quelque chose de plus fouillé, et je pense que cet album qui laissera sur leur faim tous les fans de l’époque précédente du combo.

photo de Biflam
le 13/07/2009

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

Feeder - Silent cry
Coal Chamber - Rivals