Fred barjo Odonae Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Burning love - "Songs for burning lovers"

Burning love - "Songs for burning lovers"
chronique Burning love - Songs for burning lovers
8/10 0
Acheter Burning love Songs for burning lovers sur Amazon

CD album CD album (30:39)

 

Style musical : 

hardcore / Rock n

 

Année : 

2010

 

Tracklist :

1. Destroyer of Worlds
2. Don't Ever Change
3. Momento Mori
4. Gain
5. Curse Breaker
6. Miserable Sound
7. High Speed Wires
8. Alien vs. Creditor
9. Money Shots
10. Morning After Party
11. Piano
12. The Needle
13. Burning Love

 

Label : 

Deranged records
Dans le même style :
Aussitôt Mort + Heaven In Her Arms - Split EP

Je dois avouer que mon intérêt premier pour Burning love a été nourri par la présence de Chris Colohan au micro, la voix des très regrettés Cursed. Et malgré le style musical différent, on peut tout de même faire certains parallèles entre les deux groupes.

 

- Le côté sombre tout d'abord : Burning love exécute un hardcore n'roll énergique à souhait, mais avec un côté un peu malsain, certainement grâce à la voix de Colohan ; même si celui-ci ne hurle pas de la même façon. En effet sa voix est plus rauque, et se mêle parfaitement à cet esprit rock 'nroll. L'artwork du disque est également bien glauque à souhait, avec ce "All my love return to me" entouré de bougies.

- Le côté rentre-dedans : l'album passe à cent à l'heure, 13 titres en 30 minutes in your face, avec quasiment aucun temps-mort ; mis à part le tandem "Piano"/"The needle", où le premier est une interlude, enchainant sur un titre au rythme un peu plu soutenu que les autres.

 

Mais ne réduisons pas Burning love à une copie catchy de Cursed, on en est loin.

On est souvent dans le pur esprit rock'n'roll, les riffs des guitaristes sont toujours endiablés et parfois, de part leur côté presque "enjoué", contrastent à merveille avec la noirceur des hurlements. Ça en devient carrément jouissif même sur certains passages, comme le mini-solo de "Gain" qui nous donne une méchante envie de se secouer.

 

Bon c'est clair, tout ça n'est pas très novateur ; on ne révolutionne pas le genre et The bronx et consorts ont déjà ouvert la voix d'un hardcore aux riffs rock il y a quelques temps. Malgré tout on prend un sacré pied à écouter cet album, et en live ça ne doit être que meilleur. Enjoy.

photo de Pidji
le 08/09/2010

Note des commentateurs : 7/10 (sur 1 votes)

Commentaires

Ukhan Kizmiaz

Sa note : 7/10

Ukhan Kizmiaz le 08/09/2010 à 09:37:26

IP : 81.243.65.132

Même famille que Black President.. ou oui The Bronx. Bien efficace, 1/2 heure de Banane garanti idéal pour la route... pour couvrir Rihanna, Sexion d'Assault ou Christophe Mahé

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Dernières news

Chronique au Hasard

Naïve - Illuminatis

Évènements

(HED)PE + CONVEYER + DOUBLE EXPERIENCE au Ferrailleur à Nantes le 25 janvier 2017THE FACELESS à Paris, Bordeaux et Lyon les 10, 11 et 14 février 2018