Chimaira - The infection

Chimaira - "The infection"
chronique Chimaira - The infection
Souvent une chronique négative demande plus d'explications qu'une positive, mais dans le cas de Chimaira, la question va se résumer en quelques mots.
Pour ceux qui connaissent le groupe pour ses albums précédents, c'est une carrière en phase descendante pour les américains.
Déjà Resurrection manquait d'audace mais il avait au moins le mérite d'être efficace, ici The infection manque...de tout.

L'emballement des journalistes "papier" laissait penser que l'album avait pourtant de quoi nous rassurer...
Mais dès les premières notes, le tout s'engage mal.
Ça manque de rythme, de puissance vocale, les riffs sont inintéressants, la production est froide mais surtout sans envergure pour des morceaux d'une troublante platitude.
Ce ne seront pas quelques cris de Mark Hunter qui tirent dans les graves comme dans les aigües sur certains passages ("The venom inside" pour preuve). Ils ne provoquent plus les frissons de plaisir que nous pouvions ressentir sur les opus précédents. Dés le premier titre, Chimaira trébuche. L'avancée dans cet opus n'offre que peu de choses interessantes. Si "Frozen in time" s'avère plus rentre dedans et plus réussi grâce à une ambiance lourde, un chant qui inclus quelques spoken words nous rappelant le formidable "Jade", une accélération bienvenue se voit brisée par une cassure de rythme aussi inattendue que dérangeante. De même que l'inclusion de samples peut inspirés et inspirants déçoit.
Si on peut trouver un point intéressant à chaque morceau (l'intro de "Coming alive", l'accélération sur "The disapperaing sun", le côté progressif de "Impending doom").

Le fait de placer, comme cela se fait communément, de la mosh part, une double syncopée, ne suffit pas à relever le niveau, d'autant plus que les soli, moins présents sont aussi moins réussis : celui de "On broken glass" qui malgré son intro thrash ne parvient pas à motiver nos cervicales comme le groupe a toujours su le faire. On peut également penser ) celui de "Try to survive" dont le côté très poussif achève mal un morceau qui aurait pu mériter mieux. Seul intérêt de cet album : l'instrumental "The heart of it all" qui rappelle au bon souvenir de The impossibility of reason. Avec une intro et une progression de 15 minutes dans la bête on regrette que l'ensemble n'ait pu être de la même teneur. On profite de la mélodie, de riffs secs, instinctifs et enivrant si l'on se penche sur la seconde guitare. On tape du pied au rythme de la batterie. Au fil des minutes le sourire revient, pour finalement laisser une moue. 15 minutes parfaitement réussies n'ont pas effacées l'amère déception que cet album nous laisse

Chimaira avec cet album risque de scinder en deux son fan-base. Cette chronique se trouve du côté sombre, l'attente était peut être trop importante, mais au final la déception est là.
Ami metalleux, choisis ton camp!
photo de Tookie
le 25/06/2009

1 COMMENTAIRE

Nightwanderer

Nightwanderer le 13/01/2010 à 09:38:25

Ayant bien apprécié les deux précédents, il est vrai que j'ai été également déçu par cet album. Il manque de variété au niveau rythmique (tout l'album à l'exception d'un ou deux passages et du bonus track sont mid-tempos).
Il manque de la folie et de l'ambiance pesante qu'ils n'arrivent qu'à instaurer qu'à de très courts instants.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Cross Dog - s/t
Chronique

Cross Dog - s/t

Le 23/10/2013

Demonic death judge - Kneel