Collapse - The sleep in me

Collapse - "The sleep in me"
chronique Collapse - The sleep in me

Parmi les centaines de disques chroniqués par votre serviteur,
Au milieu des milliers de CD abordés sur ce site,
Peut-être même qu'au sein d'un immense catalogue de musique en ligne, Collapse n'a pas d'équivalent.

 

Le groupe ne paye pas de mine avec sa petite popularité de 1800 fans sur FB, dont la ville d'origine, Grenoble, loin d'être une capitale musicale.
D'autant plus que sur le papier, le groupe a beau présenter son troisième album, il opère dans un genre que l'on qualifie rapidement de "post-rock instrumental".
Pourtant, derrière cette étiquette fourre-tout, on ne peut rien comparer avec Collapse. Ou au contraire, on peut lui trouver des liens avec tout un tas de (très) (bons) groupes.

A vrai dire, le groupe n'est ni novateur, ni révolutionnaire. Juste plus intelligent, fin, précis et inspiré que les autres.
Explications.

 

Collapse fait du post-rock. Glaückenspiel, piano, synthé et un orchestre rock, la panoplie qui va bien.
Collapse fait du "post-metal". Sans songer à toute cette clique de bandes qui sortent de gros murs sonores, on pense (entre autres moments) au genre sur les soli de guitare et quelques riffs bien acérés.
Collapse fait du prog'. Des titres à rallonge, une tendance à explorer, changer d'ambiance.

En vrac on peut donc songer à du Metallica (bah ouais, improbable) sur certains sons, à Ez3kiel sur d'autres ou même du Opeth (époque "Damnation"  voire"Ghost reveries" pour le travail sur les percussions). Des influences parfois très lointaines, certes, mais présentes.
D'autres sont plus claires et collent plus à l'étiquette qu'on leur impose (et que l'on suppose) : Porcupine tree et Mogwai en tête.

 

Le résultat est bluffant dans la mesure où le groupe gère ce flot d'influences et de genres à la perfection. Chaque titre est parfaitement amené tout en étant riche d'inattendu.
"Breathing holes", la pièce la plus longue de ce disque, alterne entre post-rock (avec des passages à la Mono), d'autres montées qui rappellent Tool, et un jeu qui fera écho aux fans de Steven Wilson, sans oublier un riff métallique qui ouvre puis boucle la boucle en final.

Collapse est également intéressant dans sa construction d'ambiances, ainsi que dans sa capacité à créer des liens entre et au sein des morceaux.
S'il est composé de 7 pistes, "The sleep in me" est une épopée de 48 minutes à prendre dans son ensemble avec des chapitres qui recèlent de nombreux secrets qui se découvrent à chaque seconde.
Au-delà de la technique impeccable des musiciens, au-delà de leurs qualités d'architectes à modeler des compositions complexes mais claires et accessibles, les isérois se démarquent par leurs ambiances.


Comme peuvent l'être des romans ou des films passionnants, l'auditeur se fait "happer" par sa mise en ambiance : on peut facilement dessiner un univers ouvert sur l'infini; le groupe étant capable de surprendre en basculant d'une seconde à l'autre par un riff plus dur ou, à l'inverse, un synthé apaisant.
Il y a tout de même une constante : la noirceur...relative.

 

Lorsqu'une lecture du "Horla" (la nouvelle de Maupassant) vient casser le mutisme des compositions, on peut avoir tendance à ne voir que la face sombre du groupe largement exprimée. Mais durant l'album s'exprime une partie plus éclairée, légère, voire même "feel-good". Elles n'apparaissent pas comme de simples prétextes en attendant d'assombrir et d'alourdir l'atmosphère : elles savent provoquer des émotions, toucher à leur manière, tout comme la mélancolie voire la folie (ou plutôt le "tourment").


Le groupe sait faire parler ses instruments avec finesse, il sait aussi faire passer des sentiments complexes avec des constructions musicales alambiquées mais dont l'écoute est aisée.

Passionnant, envoûtant, enivrant, mais surtout bluffant de la première à la dernière minute.

photo de Tookie
le 01/03/2017

1 COMMENTAIRE

Freaks

Freaks le 22/03/2017 à 20:50:34

Session de rattrapage sur l'utile émission de Pidji.. Supers ambiances..

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements