Crippled Black Phoenix - White Light Generator

Crippled Black Phoenix - "White Light Generator"
chronique Crippled Black Phoenix - White Light Generator

Crippled Black Phoenix est un projet qui a déjà une bonne dizaine d'années pour Justin Greaves, un anglais qui s'est levé un matin avec l'envie de savoir jouer de tout...et de le faire pour quelques groupes mythiques (comme Electric Wizard), de se faire des copains tout aussi doués (et de divers horizons) dans ce milieu de hyènes pour jouer en leur compagnie ses compositions.


Le garçon a sorti avec des copains du moment, en 2014 "White light generator", ce qui doit être son 6ème LP en 10 ans : une productivité qui se salue, mais surtout, qui se respecte. Parce que pendant que nous mettons tous nos efforts pour ne pas perdre de temps à mater des vidéos sur Youtube, y'en a qui composent des petites claques musicales très personnelles.

La musique de Crippled black Phoenix est à la fois lourd, psychédélique, complexe, aérien. Tirant sa richesse de multiples univers, on passe ainsi de morceaux aux riffs écrasants aux balades légères et charmantes.
Ne se contentant jamais d'en rester à une base musicale simple (qui aurait déjà fait des morceaux des titres sympathiques), ce super-groupe ajoute des petits détails, des petites couches sonores qui font la différences.
Que cela passe par des chants, féminins, doublés, inattendus, criards, des choeurs envoûtants, un clavier 70's, un piano, une guitare de la même période, des grésillements agressifs : une multitude de sons viennent bousculer ce que l'on attend dans des compositions à la structure fouillée.

 

Mais, bien que parfois les machines viennent enrichir le son du groupe, c'est à la base que tout se joue : la batterie.
Sa variété de jeu impose des ambiances bien différentes pour des morceaux qui peuvent avoir des influences presque doom, alors que d'autres semblent presque plus post-rock ou tirée d'un album de rock psychédélique.

Alors que l'on se pense embarquer dans une certaine ambiance, CBP réussit à changer en quelques secondes, sans brutalité, en réussissant parfaitement ses transitions. Son identité aux multiples facettes n'a que pour unique point commun que sa fâcheuse tendance à noircir les tableaux.
On se retrouve embarquer dans des morceaux riches, profonds dont les méandres tortueux ne sont pas nécessairement sombres, mais dans lesquels il faut se laisser transporter pour les apprécier...

Car s'il est un défaut à cet univers, c'est bien son incroyable richesse. La durée de cet album titille les 70 minutes. 1h10 à la fois grave mais respirable, accessible mais durant laquelle il faut rester attentif...sous peine de décrocher et de louper complètement l'ambiance qui s'installe.
CBP est le genre de groupe qui lâche son côté schizophrénique dans sa musique, capable parfois de petites excentricités tortueuses au milieu d'une création au psychédélisme étourdissant, tout en conservant des sonorités accessibles au plus grand nombre. (Beaucoup trop de mots avec beaucoup trop de syllabes dans cette phrase)

Un album venu d'ailleurs, qui nous tend la main pour nous emmener loin...trop loin pour les moins aventureux...

photo de Tookie
le 04/10/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019