Fred barjo Odonae Acheter CD et vinyles doom métal pas chers INTERCEPTOR Fest à Bordeaux du 5 au 7 octobre
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Crystal Fairy - "Crystal Fairy"

Crystal Fairy - "Crystal Fairy"
chronique Crystal Fairy - Crystal Fairy
7,366/10 0

écouter "Necklace Of Divorce"

Acheter Crystal Fairy Crystal Fairy sur Amazon

CD album CD album (98:76)

 

Style musical : 

Hard-Rock dérangé

 

Année : 

2017

 

Tracklist :

1. Chiseler
2. Drugs On The Bus
3. Necklace Of Divorce
4. Moth Tongue
5. Crystal Fairy
6. Secret Agent Rat
7. Under Trouble
8. Bent Teeth
9. Posesion
10. Sweet Self
11. Vampire X-Mas

 

Label : 

Ipecac
Dans le même style :
Eldorado - Mundo Aéreo

Ouais je porte une jupe – rouge. Sous laquelle tu trouves un léger voile de tulle nacrée, une voilette, un jupon, quoi, translucide, très fin, sans déc', qui masque à demi les entailles au cutter que j'ai gravées dans la chair de mes cuisses.

Je les laisse s'infecter.

Je fais tout pour qu'elles s'infectent.

J'aime recueillir un peu de pus au bout de mon index et lécher la goutte.

Ça sent la ferraille et c'est sucré, aussi.

Sucré, amer, pourri, avec cette touche sanguine.

Je sais bien que c'est de la perversion.

 

Je chante dans ce nouveau groupe de Hard Rock, qui ressemble à mon autre groupe, idéalement mélangé avec celui, plus illustre, de mes nouveaux amis. Mon compagnon est quelqu'un de discret, à sa façon, et nous a plus donné un coup de main sur ce délire qu'autre chose.

Omar ne m'a pas tuer. Je m'en chargerai moi-même, peut-être, un jour, mais j'ai tant à faire, tant de concerts à donner, tant de compteurs à régler.

Oh je ne suis pas vengeresse. Sans rancune. Vous avez tous fait de moi ce que je suis et ce que je ne suis pas et, quelque part, je vous en remercie.

 

Je porte les incisives de mes ennemi[E]s en collier. Les dents du tout-devant, c'est tellement plus marquant quand elles manquent aux vampires. Plus drôle.

Je fais de la musique qui pourrait passer à la radio – dans les années 80. Mais j'en profite pour leur faire goûter la goutte.

La goutte de pus au bout de mon index.

Je suis la fée de cristal ! On m'appelait Cristal – en rapport à ma voix.

Mais elle s'est pétée un soir et je ne peux plus que chanter comme une Furie désormais. On devrait m’appeler Crystal Fury, en fait.

Pour ce disque, on m'a confectionné un écrin velouté de Hard, de Glam, de Blues une fois, de vieux Punk d'avant, de Punk-d'après, de Rock, quoi.

Mes nouveaux amis se sont un peu simplifié la vie sur ce coup-là, mais ça me va bien, je n'ai eu qu'à lâcher les chiens cons, mon collier de dents qui s'entrechoquent au-dessus de ma poitrine, symbolisant toutes les mâchoires que je n'ai pas réellement mais qui, métaphoriquement tout du moins, font croustiller en cartilage faible vos couilles... et vos utérus.

 

Pas sûr que ce coup d'essai soit immortel, et transfiguré dans la roche noire de Kubrick, c'était pour la beauté du geste et pour l'instant. Le moment présent haché menu en tartare, sans confession, sans calcul, sans prétention.

Je n'ai que faire !

 

Je n'ai que faire de vos frustrations, tu sais, je n'ai que faire de ta douleur, je croise le fer avec mon majordome.

Pas certain que j'y revienne, mais, que tu ne te méprennes, j'ai peut-être d'autres histoires plus folles encore à raconter – je n'en suis pas à mes limites, j'aime le croire – et mes nouveaux amis viennent de me prouver tout leur amour.

Avec l'amour, rien n'est impossible.

 

J'entends les petits os de la bouche claquer et danser la danse des morts. Les miennes sont longues, est-ce une honte ?!? J'ai tant de choses à faire que j'ai au moins trois agendas parallèles qui se la jouent perpendiculaires d'un coup, hop !, tous les concerts de cristal annulés. Aspirés dans le tunnel de verre, sans doute...

Laissons le temps décanter.

Laissons tout décamper.

Avec moi l'Apocalypse, Satan est un chroniqueur de disque, sans contrepèterie; j'assume mes erreurs d'engagements, ou les leurs, un jour nous serons plus forts que tous ces cons, ces tocards de la musique qui croient l'avoir inventée en bafouillant leurs bafouilles baveuses débiles à bite molle.

Je sens le fluide putride suinter le long de mes cuisses, on m'a pris pour gouine, on m'a pris pour pitre, on m'a pris pour folle et toi, là-bas, tu me prends pour pute, à quoi ça rime ?

Déprime.

Les 366 jours de la femme seront là pour tous vous faire mentir.

Mon enfant entends-tu, il faut bouffer ce monde, quitte à lui arracher les dents. Et le vomir, quitte à s'arracher les dents.

Accroche les tiennes à ma portière et que le Diable t'emporte.

Heeeeee-yayayayayayayaayyyyyyyy !

photo de El Gep
le 13/03/2017

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

New Bomb Turks à Paris le 10 juillet 2017 : 2x2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Bud Spencer's clout - Crime Busters

Évènements

ALESTORM au Transbordeur à Villeurbanne le 18 octobre 2017IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017WITHIN THE RUINS au Ferrailleur à Nantes le 14 août 2017CROWBAR au ferrailleur à Nantes le 15 août 2017