Cursedness - Pure Fucking Metal Invasion

Cursedness - "Pure Fucking Metal Invasion"
chronique Cursedness - Pure Fucking Metal Invasion

Vu les titres des morceaux, j’ai failli rajouter un "ultra" devant le style "Total Blackened Thrash Fulguro Attack". Et matez-moi cette pochette de l’apocalypse avec son master tank de l’enfer, ses serpents cracheurs de feu, son ultra super bouc-démon de l’enfer des pires démons démoniaques, et au premier plan ils ont les ailes roussies et le crucifix calciné par le feu de l’enfer infernal... Comment ça j’en fais trop ? T’as déjà fait le tour du bocal et ta mémoire de poisson est vide.

Si vous êtes passé sur le forum vous savez déjà de quoi ça retourne puisqu’avec les copains on met à disposition des liens bandcamp ou youtube des disques qu’on aime bien (on fait semblant de dire à Cromy que ses posts sont intéressants parce que bon vous savez le punk c’est trois accords un album mais le D-beat c’est trois disques avec un accord ; alors s’il vous plaît si vous passez, ne le contrariez pas. Dites-lui que le crust est sans doute le style musical le plus varié qu’il existe). Si vous ne passez pas n’en tirez aucune fierté.

 

Guerre, sang, furie, apocalypse, V2.666, napalm, mitraille, sharpnel, grosse Katioucha, Feuersturm.

 

Rassurez-moi, il ne vous faut pas d’autres illustrations pour ce one-man band japonais du début à la fin, puisque que Infernal Demolisher (au point où on en est de toute façon) fait les compositions bien bestiales comme il le faut ; même si certains diront que ça manque un peu de haine (mouais, soit).

En plus de jouer de tous les instruments, il pose sa voix dans un registre juste death, flirtant avec le black en respectant les vieux poncifs à l'exception de quelques montées dans les aigus pour nous rappeler que le blackened est avant tout un fourre-tout mélangeant du death furieusement black avec avec l’urgence Thrash tout droit sortie du heavy metal le plus punk qui soit. Donc pas d’ultra slamming de rotoporco ni de shrieks ou de chants viciés dans la cave purulente. Pour continuer sur le chant, le CD ne contient pas les paroles mais les refrains doivent facilement être repris en concert. Si je me moque un peu de D-beat Cromy, j’avoue que ce disque ne va pas faire pousser une troisième corne au diable : OK ça blaste, OK les guitares t'empilent du riff plein la gueule, OK c’est super efficace, tout est fait pour te ratatiner la tronche : même la longueur des morceaux sont courts. Bref de la master bonne came comme il s’en fait dans le blackened, tout en évitant le piège de vouloir d’être extrême pour être extrême et montrer au copain qui c’est le plus violent.

 

Achat ou pas achat : Buy or die comme dirait Cobra.

photo de Sepulturastaman
le 12/04/2019

1 COMMENTAIRE

Mospo

Mospo le 13/04/2019 à 18:17:54

Bof bof bof. Ca casse pas des briques...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

The Yeah Force - Ambassadors
Snail - Blood
Chronique

Snail - Blood

Le 14/10/2010