S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Cut Up - "Wherever They May Rot"

Cut Up - "Wherever They May Rot"
chronique Cut Up - Wherever They May Rot
6,5/10 0

écouter "From Ear To Ear"

Acheter Cut Up Wherever They May Rot sur Amazon

CD album CD album

 

Style musical : 

Death

 

Année : 

2017

 

Tracklist :

1. From Ear to Ear
2. Necrophagic Madness
3. Behead the Dead
4. Wherever They May Rot
5. Vermin Funeral
6. By Hatred Bound
7. Pyschosurgery
8. In the Aftermath
9. Master Dissector
10. Cranium Crusher
11. Raped by the Blad

 

Label : 

Metal Blade Records
Dans le même style :
Bolt-thrower - War Master

Paraît que « plein de trucs » sur Vomitory. Que c'est incontournable ou que ça tourne en rond. Que c'est de la série B niveau death qui ne vaut pas mieux qu'un énième film de Panda Vigoureux, le cuisinier bouddhiste vengeur. Même que certains trouvent ça vach... Blabli blabla.

Alors pourquoi causer ici de ce combo de Death mort ? Et bien, dans Cut Up vous avez trois ex-Vomitory.

Mais non pas des anciennes copines qui donnent envie de poser les fox... Boulets que vous êtes.

 

L’important, outre mes jeux de mots débiles, est que Cut Up, sur ce second album, fait dans le cliché. Et parfois c'est important, vous comprendrez après. Ou pas.

On commence d'entrée par les titres de morceaux tous plus débiles les uns que les autres. Premier prix au bien phallo/miso "Raped By The Blade". On mentionne aussi la pochette « trop on est des psycho nous ». Plus crétinoïde sur le papier, difficile, donc.

 

Niveau bruitage, ça étale une prod moderne mais pas trop, équilibrée mais pas trop, HM2-Boss mais beaucoup. Les mecs gonflent les biscottos pas loin du Brutal Death. Ils alignent ainsi des compos courtes, pleine de vitesse, de bruit et de morve. Pas trop d'interrogations philosophiques donc et que des réponses faites de brutalité.

Les enchaînements de riffs mais surtout la batterie millimétrée font pour la crédibilité technique que tout fan de Death mettra en avant pour défendre son poulain glaireux. Même si ce dernier sonne comme 67 456 autres formations.

Quand le débit se ralentit, genre sur "The Aftermath", on sort alors les gimmicks entombiennes. Des lourdeurs bienvenues que l'intro de "Raped By The Blade" ne viendra pas contredire.

 

Facilement abordable, parfaitement niquedouille mais oh combien percutant, Wherever They May Rot s'apprécie pour ce qu'il est : un défouloir bas du front à la durée de vie limitée.

photo de Crom-Cruach
le 15/05/2017

Commentaires

cglaume

cglaume le 15/05/2017 à 12:28:03

De la série Z "Deluxe"

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Dernières news

Chronique au Hasard

Mathilda - Mathilda

Évènements

ALESTORM au Transbordeur à Villeurbanne le 18 octobre 2017IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017