Fred barjo Odonae Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Dadabovic - "Photosensible"

Dadabovic - "Photosensible"
chronique Dadabovic - Photosensible
8/10 0

Acheter Dadabovic Photosensible sur Amazon

CD album CD album (1:09:38)

 

Style musical : 

Metal Hardcore barré

 

Année : 

2017

 

Tracklist :

01. La S(o)uite
02. Télévissé
03. Jean-Pierre Pipot
04. Diabolovic
05. Barbie-Dyllique
06. Jim Toniic
07. Jacques Potte
08. Pour le meilleur
09. Et pour le pire
10. Barbie-Stérique
11. Ma®chiavélique
12. Fils de Pub
13. Gros Corps Malade
14. Haricot Nick
15. Charcuterie Plastique
16. The Number of The Fist
17. Metallikurt
18. Barbie-Turique
19. Plein les urnes
20. Retour vers le f(o)utur

 

Label : 

Autoproduction

 

Lieu d'enregistrement : 

LB Lab
Dans le même style :
Johnny Booth - Connections

« … Alors Professeur? D’après vous je souffre de quoi?

- Ça ressemble à une congestion sévère du tube cathodique…

- Sérieusement? Je pensais ce genre de vieille maladie éradiquée depuis la découverte du Lait Cranplat!

- … ou alors c’est une infection maligne de votre plasma. Quoiqu’il en soit il va vous falloir suivre un traitement drastique.

- J’espère que ça ne va pas être trop contraignant.

- Je crains qu’à partir de maintenant vous ne deviez toujours avoir sur vous un tube de Photosensible afin de pouvoir vous envoyez les 20 cachetons qu’il contient d’un trait.

- Mais Professeur, le principe actif de ce médoc c’est bien la Metalhardcorepunkine? Vous savez que j’ai la muqueuse auriculaire sensible. Des cataplasmes Djent, des [P/G]rogs au miel, ou des suppos  Nawak ne seraient-ils pas plus indiqués dans mon cas?

- Ayez confiance en votre médecin M. Cglaume. Vous vous souvenez des boîtes de Carbamazépine que je vous avais prescrites pour vos crises d’épilepsie en 2008? Eh bien celles-ci étaient également produites par les laboratoires Dadabovic. Et c’est dans le même souci du bien être des patients sensibles que ceux-ci ont renforcé les effets de leur molécule-miracle grâce à un adjuvant à base d’humour caustique, et qu’ils ont conditionné l’ensemble dans un emballage à sketches colorés du meilleur goût. Tout cela décuple d'ailleurs d'autant la durée de vie du produit.

- Bon, je vais donc suivre vos conseils Professeur. Je suppose que ce n’est pas remboursé?

- J’ai bien peur que non. Par contre un DVD est offert avec chaque tube de Photosensible. Ils ne se moquent pas de vous chez Dadabovic! »

 

... En plus tout cela est vrai!

 

Non, pas l’état déplorable de mon tube catho-gestif. Le DVD. Qui dure près d’une heure et est un vrai régal d’humour décalé. Parce qu’ils sont comme ça les Valenciennois: ils soignent avec la plus grande attention le moindre petit aspect de leur univers musicalo-visuel. Feuille-promo sous forme d’un hors-série de « Télé Moche ». Digipack CD + DVD super classe. Univers loufoque hyper fouillé et abondamment illustré. Livret super complet, textes fendards, teasers chiadés, concerts enrichis de vidéos… Je parie qu’à ce niveau de fignolage même leur éventuel « tour bus » (ou « tour Kangoo ») doit être relooké de fond en comble en ambulance télé-psychiatrique.

 

Oui mais et la musique dans tout ça?

 

Bon, vous l’aurez compris: les fans de Dream Theater, Cynic ou encore Animals As Leaders auront peut-être un mouvement de recul face à l’assaut frontal de ce Metal punk-hardcorifié à l’abord plutôt ‘stralopithèque. Ça tabasse en mode gorilla dance, ça moshe dans le pit à bandanas, ça sprinte au milieu des vieilles canettes de Valstar. Les multiples blagounettes de Photosensibles sont étroitement enrobées d’une grosse couche de zic pour Championnat du Monde de Bras de fer. Au cours de l’écoute de l’album, on pense – dans le désordre – à Ludwig Von 88, Lofofora, Ze Barges, No One Is Innocent, Maïsman (oui oui), ainsi qu’à tous les arpenteurs de squats français et à leurs collègues tatoués fwom Bwooklyn qui riffent dans la sueur.

 

Mais ce n’est pas tout. Car malgré un emballage 5 étoiles, si le contenu se cantonnait à de grosses CoreTaMère-reries de base, je n’aurais certainement pas adhéré à l’œuvre au point de lui coller un 8/10. Le truc c’est que la bonne humeur vindicative du Punk qui rigole en coin est ici relativement proéminente, tout comme la présence de bons vieux riffs Thrash. Et le tout est parsemé de parties décalées (Electro-duberie sur « Diabolovic », variétoche de looser à la Kad & Olivier sur « Pour le Meilleur », parodie de qui-vous-savez sur « Gros Corps Malade »), de multiples clins d’œil (Tutti Frutti et Blood Brothers en vadrouille sur « Télévissé », Salsa du Démon sur « Diabolovic », Jambon Herta sur « Fils de Pub », RATM à la fin de « Haricot Nick », mix Metallica / Nirvana sur « MetalliKurt »)… Et au final on se marre autant qu’on headbangue, et pas seulement lors des 2 premières écoutes. D'ailleurs les fans d’Ultra Vomit devraient également apprécier l’exercice. D’autant que, bien qu’en apparence basiques à la première écoute, ces morceaux finissent par s'incruster méchamment dans notre matière grise.

 

Allez, pour finir je vous la fais rapido. Si je dois m’en tenir à la richesse musicale de la chose, et que je ne comprime pas fortement ma caboche avec un bandana au moment de l’évaluer, je me contenterais d’attribuer un 7.5/10 à Photosensibles. Par contre le fort côté reviens-y qui s’en dégage, ainsi que l’approche décontractée et pourtant hyper fouillée de l’œuvre forcent chez l’auditeur un élan de sympathie incontrôlable. On finit en pensant aux Dadabovic comme à des potes, et à Photosensibles comme à un putain de bon petit opus sévèrement bien gaulé. Et n’est-ce pas là les caractéristiques qui font les albums qui durent?

 

 

PS: ce DVD bonus, c'est de la folie douce! Imaginez une heure de programmes de "Marc Vador TV", avec fausses pubs, émission de Gym Alcoo-tonique, de Télé Achat bidon... C'est simple c'est la Télé des Inconnus, version Metôôl. Avec une fois encore le souci du moindre détail (délectez-vous des news débilos en bas d'écran pendant le Journal, ou du détail des génériques de fin d'émissions).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: d’un côté ils proposent un Metal Hardcore Punky bien méchant, de celui qui fait voler les dents dans les terrains vagues. De l’autre ils travaillent le moindre aspect de leur univers comme un Tolkien cartographiant les Terres de Milieu. Et du dernier (côté. Il y en a 3 ici. Faut suivre), ils déconnent comme des Ultra Vomit à bandanas, truffant leurs textes de bons mots, leurs histoires de personnages improbables, et leur tracklist de sketches débilos mais coolos. Oxymoresque le résultat? Du tout: Dadabovesque. Et c’est synonyme de bonnard!

photo de Cglaume
le 20/11/2017

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Dernières news

Chronique au Hasard

Svinkels - Dirty Centre

Évènements

WOODBANG Fest à Ensisheim le 9 décembre 2017Winterfall night III à Tours le 8 décembre 2017In Theatrum Denonium à Denain (59) le 13 janvier 2018INTERVALS + Polyphia + Nick Johnston au Ferrailleur à Nantes le 26 novembre 2017