Damnation Defaced - Invader from Beyond

Damnation Defaced - "Invader from Beyond"
chronique Damnation Defaced - Invader from Beyond

 

« Dannyyyy, quand tu vieeeeens, c'est laaaa maaa-gie.

Touuuut là-haut, à l'Unisound, au milieu des am-pliiiiis

Il y a un p'tit génie: oui c'est toi Dannyyyyy. »

 

Oui alors forcément, les jeunots vont se demander quel mauvais LSD a provoqué un aussi bad trip. C’est qu’ils n’ont pas connu ces insouciantes années lors desquelles la France découvrait les premiers mangas (Aaah, Astro le petit robot!) via Croque Vacances et Récré A2. Ils n’auront donc pas tilté sur ce générique plein de youpis et ces personnages plus-cucul-la-praline-tu-meurs. Et ils ne pourront donc pas non plus acquiescer quand j’assénerai doctement que la principale différence entre Gigi (l’héroïne ci-dessus) et Dan Swanö (le visage d'emprunt), c’est que ce dernier se met rarement tout nu en spiralant pour se transformer en une jolie jeune femme sans téton.

 

Mais si, mais si: ce parallèle entre les 2 personnages est parfaitement justifié! C’est que Dan Swanö a lui aussi mis de la magie dans ces tendres années où les plus vieux d'entre nous découvraient l’univers merveilleux du Death mélodique. On a d'ailleurs eu l'occasion de constater maintes fois depuis l'influence qu'il a pu avoiret ce « récemment » encoreen posant une oreille sur les compos d’Aeveron, Barren Earth, Fragments Of Unbecoming et autres Revel In Flesh. Et manifestement les walkmans des Allemands de Damnation Defaced ont dû eux aussi en bouffer de la K7 Edge of Sanity. Parce qu’ils ne trompent personne avec leurs histoires tout droit sorties de l’imagination des scénaristes de V, et leurs nappes de synthé qui bidibipent dans les couloirs de l’USS Enterprise. Ce growl chaleureux de grizzli en peluche, ces mélodies moelleusement puissantes, cette batterie quiquand elle se fâchepréfère déchaîner la double que les blasts: tout ça est typé oldy, tout ça respire le Danny, et plus largement cette douce époque des 90s, quand les initiés parlaient tantôt Death atmo’, tantôt Death mélo.

 

Alors oui, ce troisième album commence doucement, mollement presque, et le titre « Invader From Beyond » n’a pas dû gagner son statut éponyme parce qu’il était le tout meilleur parmi ses pairs. Il est par ailleurs vrai que le dernier morceau – tout à fait honnête, ne repeignons pas la réalité couleur gadoue – n’est pas celui qui appelle avec le plus d’insistance à donner une nouvelle pichenette sur le bouton PLAY. Mais Bordel, il y a du savoir-faire et du talent derrière des compos comme « Mark Of Cain » (ah ces envolées mélo-moshy pleines d’azur – cf. à 1:05 pour la première) ou « The Key To Your Voice » (qui scintille du clavier comme un nostalgique d’Amorphis avant de décoller tout là-haut – Fight! Fight! – sur le dernier tiers). Il y a du mâle accablement à la Godgory sur le chemin de croix « The Observer ». Et plus largement il y a ici de la belle mosherie à l’ancienne, ainsi que de savantes montées mélodiques saupoudrées de façon homogène de par les morceaux, notamment à partir de « Mark of Cain ». Sans oublier quelques détours de velours qui nous feraient presque passer dans les contre-allées du Death Prog si ça zigzaguait encore un poil plus dans le soyeux.

 

Contrairement à d’autres chapelles parentes qui continuent de produire du CD comme un abattoir industriel breton crache du jambon, la scène Death mélo à l’ancienne garde un débit modéré, et de qualité. Alors ne boudez pas ce Invader From Beyond, vous quifortes têtes que vous êtesn’avez jamais eu honte d’avouer que derrière ce costume de barbare et ces growls tonitruants se cache un petit cœur qui fond à la moindre mélodie sucrée…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: genre ils causent d’aliens et se la jouent SF. Genre ils sont jeunes et Allemands... Taratata: Damnation Defaced n’est autre qu’un groupe de vieux rétrogrades amateurs de Death mélo’ à l’ancienne – Dan Swanöööööö! – qui nous procure de bien agréables sensations vintage... Non?

photo de Cglaume
le 29/03/2018

2 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 29/03/2018 à 09:54:48

RIP Photoshop...

cglaume

cglaume le 29/03/2018 à 10:00:22

:D
J'ai bien peur en effet de ne pas avoir beaucoup de Photoshop dans mes outils. J'ai tout fait au tournevis et à la truelle !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...
  • BRUTUS au Point Ephémère à Paris le 29 avril 2019
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019

HASARDandCO

Australasia - Sin4tr4
Absurdity - Industreatment