Daniel Ekeroth - Swedish Death Metal

Daniel Ekeroth - "Swedish Death Metal"
chronique Daniel Ekeroth - Swedish Death Metal

 

Depuis 2006 il y a eu de nombreuses éditions de Swedish Death Metal, et on ne peut qu'espérer qu'il en sera de même pour le Du Kérozène Dans Les Veines de Rudy Charis, parce que, dans les deux cas, quelle fantastique idée ont eu les deux auteurs de se pencher avec autant de passion sur les 2 sujets vitaux que sont The Hellacopters et le death métal suédois.

 

La version du livre ici abordée est celle de 2006 aux éditions Tamara Press. Des suivantes il y en aura de tailles et de poids différents, avec des couvertures et quatrièmes de couvertures modifiées, traduites en d'autres langues dont le français, et même en versions complétées (je crois)… Comme on compare toujours tout, la mienne fait 3 kg, 24 cm de haut, 17 de large, 3 de profondeur, 500 pages, avec un très beau grammage, verni du début à la fin. Beau bébé non ? Merci Tamara Press. Mais revenons au fond. Swedish Death Metal est l'histoire d'un pays, d'une jeunesse, d'un courant musical vu de l'intérieur. Pas de discours sur l'objetif / subjectif, c'est son livre.

L'inconnu jusque là Daniel Ekeroth nous étale en 2006 des millions de mots, de noms, d'anecdotes, d'images, de flyers, de visuels de com', de pochettes de démos et d'albums… (Ouf, je ne suis pas cinglé à collectionner, quelques - au regard du livre, tickets de concerts, flyers, posters et autres coupures de presse, en 2006 on savait maintenant qu'il y avait quelqu'un qui avait poussé la barre bien plus haut). Oui, à chaque page on en prend plein les yeux.

 

En plus de sa propre histoire, des multiples échanges et interviews avec les protagonistes du mouvement, de ses multiples recherches et enquêtes sur ce patrimoine mondial, il a eu la chance et la bonne idée de faire superviser ses écrits par plusieurs références, comme notamment Tomas Lindberg, Ola Lindgren, Fred Estby, et, Nicke Andersson. Ce dernier qui, à cela, s'est occuper de l'illustration de la couverture. On ne peut pas être plus crédible. Alors forcément Swedish Death Metal a quelques distances d'avance sur les autres livres traitant du même sujet. Mais à ces anecdotes et autres histoires qui argumentent le livre, jamais ça ne vire dans le « fait divers » ou le racoleur. On appréciera même cette notion de scène qui s'en dégage, de fraternité, de détail de ce quotidien d'alors qui illustre bien combien nombres de ces musiciens étaient de sacré potes, avec les mêmes idées, la même volonté, la même passion. Alors bien sur il y a un gros focus sur Stockholm, et même si tout l'histoire, tous les groupes, ne viennent pas de la capital, on sait bien c'est là que fut l'épicentre de ce raz de marrée.

 

Certes, parfois il s'attarde sur des points, ou des groupes, assez, hum, pas assez névralgiques on dira. C'est pour cela que ce livre n'est pas une fin en soi, que Swedish Death Metal is just the beginning, car l'histoire est multiple, et les goûts et les couleurs… Mais on on ne pourra que reconnaître le plaisir pris à lire ce livre ultra documenté qui ne nous la joue pas étude sociologiqueculturelle à la mords moi le nœud. Ici c'est « juste » passionnant.

 

photo de R.Savary
le 27/08/2017

1 COMMENTAIRE

cglaume

cglaume le 27/08/2017 à 18:20:43

'Tain mais faut que je me le commande nom de nom !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...
  • BRUTUS au Point Ephémère à Paris le 29 avril 2019
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019