Danzig - Black Laden Crown

Danzig - "Black Laden Crown"
Danzig - Black Laden Crown (chronique)

Paraît que Texas a sorti/sort/sortira un nouvel album.

Ah bah, un peu rien à foutre face à la nouvelle plaque de Mister Fuck Off, The New Born Son Of Satan quoi.

Après un très bon Deth Red Sabaoth et un Skeletons d'un péééééénible, qu'allait donc nous réserver papy Glenn ?

 

Un album produit par ses soins, avec un son plus old-school, t'as l'impression que le mec n'y connait rien. Déjà...

Tout est un peu sous mixé, à part le chant forcéééément.

Pour les kikoolol fans de FX à la Transformers, le truc est mal barré. Bon autant être honnête, la prod est vraiment pourrave. Perso, c'est pas trop gênant : un son tout naze sentant la poussière, la vieille forêt lugubre, le moulin d'Alphonse Daudet après une OD d'ergot de seigle, j'ai l'habitude.

C'est la batterie (tenue par quatre bonhommes différents sur l’album, mais en même temps hein !) qui en souffre le plus. Peu importe, elle est seulement réduite à un rôle de pulsation rock primale. Un beat venant du fond des âges où la technique n'était pas érigée, par certains, au rang des impondérables pour juger un album. Sur l'excellent "Devil On Hwy 9", ça martèle donc comme Vulcain lobotomisé sur l'enclume du bon goût (voir la pochette).

Pour l'anecdote, aux baguettes, on a même du Castillo parti vers Queen Of The Stone Age après avoir œuvré sur I Luciferi.

 

Danzig ouvre sa dernière plaque de la plus sombre façon. Par un titre lourd, lent et sépulcral. Il ne m'avait pas accroché lors des premières écoutes mais s'est révélé par la suite assez addictif. "Eyes Ripping Fire" saccade déjà plus, le Tommy Victor étant encore fidèle au poste. La prod s’éclaircit de façon surprenante et confirme le fait que Danzig s'y est pris comme une teub. Pas grave car là, la noire fibre du maître de sabbath commence à prendre.

On pige petit à petit que les codes modernes, Danzig s'en cogne. Il fait du Heavy à la Black Sabbath, à gogo de triton et d'ambiance funèbre. On plonge alors dans une mixture Doom Blues où "Last Ride" irradie de son mauvais karma un troquet Aux Frontières de l'Aube. RIP Bill Paxton.

 

Évidemment que Mister Fuck Off cabotine, les biceps tâtés par une porn-goth à gros nichons. Le crooner aux muscles désormais un peu mous est parfois limite niveau justesse mais ne triche pas niveau franchise brute.

Et puis moi je l'aime bien cette couv' de mauvais goût. Probablement, car elle a été pondue par Simon Bisley. Le Biz, père graphique de Lobo et s'étant fait connaître par son superbe travail sur Sláine McRoth d'où je tire mon blase.

 

Sans attendre l'excellence d'un Lucifuge, ce Black Laden Crown demeure plaisant. Une plongée lugubre dans un temps indémodable qui irritera à coup sûr, autant qu'elle séduira.

photo de Crom-Cruach
le 11/09/2017

1 COMMENTAIRE

gulo gulo

gulo gulo le 12/09/2017 à 10:03:58

Glen au top, Tommy resplendissant : un succès.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme

CD album CD album

Acheter Danzig Black Laden Crown sur Amazon

Tracklist

1. Black Laden Crown – 5:59
2. Eyes Ripping Fire – 4:19
3. Devil On Hwy 9 – 3:52
4. Last Ride – 4:59
5. The Witching Hour – 5:59
6. But a Nightmare – 5:04
7. Skulls & Daisies – 3:58
8. Blackness Falls – 5:47
9. Pull the Sun – 5:54

DANS LA VEINE

Black Widow - SacrificeBlack Widow - Sacrifice

évènements

  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019