Dead Like Me + Gerda - Me and Gerda are both dead like you

Dead Like Me + Gerda - "Me and Gerda are both dead like you"
chronique Dead Like Me + Gerda - Me and Gerda are both dead like you

En voilà un split intéressant ! Les italiens de Gerda, amateurs de noise hardcore d'un côté, et les frenchies de Dead Like me, proposant du bon harcore chaotique qui tâche, de l'autre.

 

Une fois n'est pas coutume, je démarre par la face B, avec Gerda qui nous balance une seule chanson de plus de neuf minute. Le groupe nous balance un titre noise prometteur au début, puis celui-ci part dans un délire de répétition d'un riff à l'envie sur les 3 dernières minutes qui plombent un peu la fin. On va donc squizzer cette fin pour parler du reste (!). Les italiens sont bien énervés sur le début du titre, en hurlant sur leurs riffs de gratte assez aigus. La basse aligne des plans bizaroïdes plutôt aigus également, donnant un résultat assez surprenant. C'est sympa au début, malheureusement je ressens vite la désagréable sensation d'un "boucan" ambient, comme si j'écoutais ce morceau dans la rue à côté des voitures qui passent. C'est donc avec joie que j'apprécie le passage plus "calme" à partir des 3'40, mais encore une fois, l'enchainement sans temps mort des riffs est + désagréable qu'autre chose. Et puis, je vous ai déjà parlé du final.

C'est dommage car leur précédent album, III, était plutôt sympa. Je sais que certains groupes utilisent les splits pour expérimenter des choses, mais là, c'est juste too much pour moi. Mais peut-être suis-je passé à côté de quelque chose... À vous de juger avec le player d'à côté.

 

Passons à Dead like me, qui m'avait enchanté avec sa première démo 2 titres l'an passé. Rappelons rapidement que le groupe comporte un Basement et un Gary suicidal kids commando, juste histoire de situer le trio.

pas de doutes, ici, on est en plein chaos, et dès le début de "Le fils du pire des prédateurs", avec ces hurlements sur des riffs violents et destructurés. La voix - en français - est surpuissante, et colle parfaitement à l'ambiance "fin du monde" instaurée par les Palois. La basse omniprésente de Sébastien (ex-Basement donc) est jouissive à souhait, c'est d'ailleurs intéressant de ressentir cette omniprésence de la basse dans un style qui ne lui laisse pas souvent autant de place. La batterie quant à elle tabasse comme il se doit, maitrise parfaitement les contre-coups, et je ne donne pas cher de la peau de la caisse claire à la fin d'un concert.

Sans être hyper originale, la musique de Dead like me envoie sufisamment de décibels en pleine tronche pour vous faire plier et vous arracher les tympans, tout en gardant un gros smile. Vivement un LP !

 

 

Résultat des courses : 5/10 pour Gerda, 8,5/10 pour Dead like me, on obtient donc 6,75/10.

photo de Pidji
le 17/09/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements