Death By Stereo - Death is my only friend

Chronique CD album (49:33)

chronique Death By Stereo - Death is my only friend
Après quatre an de désertion de studio, Death By Stereo est de retour chez les disquaires, avec ce Death Is My Only Friend paru en plein milieu de l'été 2009, apres Death For Life qui nous avait laissé une fort bonne impression ; voyons ce qu'il en est de ce nouveau venu, en espérant ne pas être épris de Death-eption... pardon.

Dès les premiers instants ça envoie les watts, un bon gros son à l'américaine, avec une touche de groove bien senti à laquelle on peut difficilement refuser de hocher la tête ; la mise en place est impeccable et délivre tout l'énergie contenue dans les riffs de ces 15 titres punk rock mélodique mais toujours bien dopée par la voix rauque et très masculine d'Efrem .

Les titres défilent et il ne s'avère pas si difficile de retrouver ses marques, l'esprit semble être resté semblable : une musique péchue et entrainante, même si quelques nouveautés apparaissent au fur et à mesure que l'on avance dans cet album. Tout d'abord, il semblerait que l'accent ait été mis sur la mélodique de la composition, autant sur les riffs que sur la voix qui s'aventure sur des lignes de chants quasi heavy metal ou pop punk qui peuvent paraître de temps à autres quelque peu indigestes, et qui ne collent pas vraiment avec le timbre de voix de notre chanteur (DBSFU), à l'instar de ces soli servis ponctuellement pour parfaire la technicité musicale du combo.

Outres ces titres energiques et véloces, on trouve aussi une nouveauté qui ne plaira pas à tout le monde, parmi ces 15 titres l'on trouve des titres tel que "The Last Song" ou encore "Forever and a Day", faisant dans le langoureux et le plus mélodieux qui soit, avec nappes de piano et guitare en son clair et soyeux, chœurs d'opéra et tout ce qu'il faut pour que le cliché soit total. Des titres qui font de belles interludes parmis ces 15 mais qui auront vite fait de diviser les foules.

Donc pour résumer, un album apprécié qu'à moitié finalement, partagé entre les titres où l'esprit du DBS d'antan est toujours présent, et les titres témoignant des nouvelles directions prises par le groupe, plus mélodieuses et aguichantes qui ne plairont peut être pas aux fans des albums précédent... Reste à vous procurer le CD et vous DEATH-ider, pardon bis...
photo de Biflam
le 15/01/2010

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements