Death Side - Wasted Dream

Death Side - "Wasted Dream"
chronique Death Side - Wasted Dream

Si G.I.S.M. (Gizumu) avait ouvert la voie dès 1981 à ce qu'on nommera le Hardcore Japonais, il faut compter aussi sur Death Side, groupe ayant eu une influence notoire, commençant aux alentours de 1983/84 pour se terminer en 1994.

Par la suite, le guitariste Chelsea joua dans Paintbox pour finir par casser sa pipe en 2007. La même année que Kawakami, leader de Disclose, merde.

 

Quelquefois abusivement appelé Burning Spirits (du nom d’une série de concert eux-même nommés par rapport à un titre du groupe, ici concerné. Vous suivez ?), le HxC Jap trouva en Death Side un parfait représentant, nanti d'une liberté de ton assez surprenante par rapport à ses homologues américains souvent plutôt sérieux.

L'originalité de Death Side tient dans ce côté je m'en foutisme apparent allié à un précision guerrière jouissive. Enregistré originellement en 1989, Wasted Dream bénéficia dès 1991 d'une ressortie en CD.

Le groupe citait Chaos UK, Discharge et GBH comme influences principales. On retrouve donc la crasse du Punk HxC UK des origines. La plupart des morceaux sont braillards et très rapides, pas le temps de philosopher pour les Nippons. Agrémentés de solos Rock'N'Roll ou Heavy, les titres limitent les intros à leur stricte minimum pour poumtchaker comme des dingos.

Pas loin du tout du fastcore en définitif. Le batteur est ainsi branché sur le marteau piqueur rythmique. Bon il ne faut chercher la technique, seule compte la niak. Il en résulte, alors, les mêmes effets supposés, qu'une piqûre d'adrénaline directement dans le cervelet. Ainsi, la fougue et la méchanceté du combo renvoient directement aux Kings of Punks de Poison Idea.

 

Death Side demeure une référence et ce n'est pas pour des nèfles mais pour avoir pondu des albums comme Wasted Dream.

photo de Crom-Cruach
le 17/07/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Gorguts - Colored sands
Atara - Human Balltrap