Dekadent - Venera: Trial & Tribulation

Chronique CD album (53:35)

chronique Dekadent - Venera: Trial & Tribulation

Avec un nom de groupe aussi original, je ne vous cache pas que je m'attendais à ce que la musique de Dekadent soit à l'image de son patronyme. Et c'est avec un grand plaisir que les slovènes me détrompent. Pourtant, sur le papier, avec une étiquette black/death atmosphérique, c'était pas gagné. Mais ça, c'est sur le papier... Dès les premières mesures de "The Wound", le constat s'impose: avec des ingrédients simples et archi connus, Dekadent nous propose une recette loin des sentiers battus.

 

L'album s'ouvre sur un riff que l'on croirait sorti de la guitare de Devin Townsend en solo, tant au niveau du style que du son. Débarque ensuite une grosse rythmique rapidement suivie par quelques arpèges de piano à la délicatesse toute pinkfloydienne, chassés à leur tour par un blast de death moderne. Voilà à quoi me fait penser cet album: le père Devin qui ferait un album dans la veine de Gojira ou melodeath. Cela tient essentiellement au son de la guitare lead et à l'aspect positif de la musique du combo. Bien sûr, la batterie va vite, les riffs sont bourrés de testostérone, le chant grave et agressif (sauf sur le pont central de "Paramours In Vain"), mais la différence se fait dans l'intention. C'est comme si le musiciens n'avait aucune colère, aucune violence, à exprimer. Ils font preuve d'un réel talent au niveau composition et arrangements, et livrent même quelques riffs et mélodies intéressantes. Je vous rassure, Venera: Trial & Retribution ne verse pas dans la pop, loin de là, mais même le titre le plus violent, "Craven", peine à être réellement menaçant.

 

L'ensemble est vraiment original et plutôt rafraîchissant, mais à mesure des écoutes, mon intérêt s'est émoussé, malgré la qualité réelle des titres. Le manque de négativité de ce Boy-Scout Death y est pour beaucoup, je pense.

photo de Xuaterc
le 19/04/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements