S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Direwolves - "Me From Myself, to Banish"

Direwolves - "Me From Myself, to Banish"
chronique Direwolves - Me From Myself, to Banish
9/10 0

Acheter Direwolves Me From Myself, to Banish sur Amazon

Maxi-cd / EP Maxi-cd / EP (16:05)

 

Style musical : 

Hardcore, noise, crust, ...

 

Année : 

2012

 

Tracklist :

1 Growing Defeat
2 Dialogue Of No Light
3 Reach This Hand
4 Diving And Struggling
5 Me From Myself, To Banish
6 Relief

 

Label : 

Throatruiner records
Dans le même style :
Low Fat - Fresh Wasabi for Rotting Sushis

J’ai découvert Direwolves en 2014, dans un troquet de mon bled. Venant par habitude, pour soutenir l’effort de guerre, parce que si personne ne vient, personne n’est là. Je ne m’attendais à rien, et j’ai eu droit ce soir là à tout, le bruit, la fureur, les larmes, la joie de découvrir par surprise un groupe de hardcore qui ne se contente pas de planter des noires en faisant la toupie et en priant pour que quelqu’un se mette à péter des nez au hasard pour chauffer le public. Non, ce soir-là, Direwolves m’a pris par la main, et m’a montré le fond des chiottes en me disant « regarde, ça c’est le monde, c’est triste, c’est dégueulasse, mais on peut en faire quelque chose de beau »

 

Me from Myself—to banish—
Had I Art—
Impregnable my Fortress
Unto All Heart—

But since Myself—assault Me—
How have I peace
Except by subjugating
Consciousness?

And since We're mutual Monarch
How this be
Except by Abdication—
Me—of Me? 

 

Ces vers d’Emily Dickinson, dans lesquels on sent à la fois la mélancolie, le refus des normes et la profondeur de l’ancrage dans son époque, sont la source d’inspiration revendiquée par Direwolves pour cet enregistrement.

Vous voyez, je sais utiliser un moteur de recherche et lire un article sur wikipedia, mais ça nous mène ou ?

 

Au coeur de cet EP sensible et sombre, sauvage et désespéré.

 

L’équilibre entre la fureur de la batterie et de la voix et le lyrisme des mélodies emporte vers des abîmes parcourues de larmes et de bras tailladés, se frayant un chemin dans la vie à coups de coudes, tout en exposant au monde le désespoir d’avoir eu à choisir ce moyen. J’ai le sentiment que ce que ce groupe veut nous dire, c’est que de la vanité du monde, de ce malaise existentiel qui nous habite, on ne peut que faire du beau, c’est même un impératif.

 

No place for no love, conclut le premier titre ("Growing Defeat"), et non, il n’y pas de place pour l’amour dans la musique de Direwolves, mais semble-t-il, pas pour la haine non plus. Seule l’urgence de cracher à la gueule de la société son mal-être. Cette voix monocorde, obsessionnelle, qui tient l’ensemble, c’est celle d’un besoin sincère, immédiat, de vomir sur le monde un flot de bile élégant.

 

On trouve ici des élans propres au hardcore, voire au skate punk des 90’s (Reach This Hand), contrebalancés immédiatement par des retombées mélodiques mêlant on ne sait comment lourdeur et légèreté, dans un travail d’écriture des guitares fin, et délicat, une dentelle de mélodies finement posée sur une armature rythmique d’acier rouillé.

Ce mélange bien senti trouve son paroxysme à la fin de Diving and Struggling, étourdissant et entêtant, nous donnant à la fois un hymne hardcore parfait (within my dreams, I will find a way to put an end to suffering), et une construction harmonique sombre et subtile.

 

Cette œuvre respire, se meut et se débat, incapable de choisir entre la colère et la mélancolie, tiraillée entre la joie de jouer dans un squat puant la bière et le désespoir de finir la soirée en parlant à une canette vide.

 

Mon barême de notation :

Production : 1

Composition : 2

Interprétation : 2

Originalité :2

Cohérence artistique :2

 

TOTAL : 9/10

 

0 = Mauvais

1 = Moyen, comme dans ni excellent ni nul à chier

2 = Bon

le 07/06/2018

Note des commentateurs : 9/10 (sur 1 votes)

Commentaires

cglaume

cglaume le 07/06/2018 à 09:06:49

Bienvenue Traumy ! :D

Xuaterc

Xuaterc le 07/06/2018 à 09:34:49

Bienvenue!

Freaks

Sa note : 9/10

Freaks le 07/06/2018 à 10:03:16

"Parce que si personne ne vient, personne n'est là" il y a du génie là dedans ;)
La bienvenue à toi!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 07/06/2018 à 10:08:52

Salut à toi.
Sinon l'album m'en avait bouché une sans faire loucher l'autre à sa sortie...

Traumax

Traumax le 09/06/2018 à 21:10:18

IP : 2a01:e34:eed9:e450:1158:4ed3:c6b0:780d

Nan mais moi j'y connais rien, je suis facilement impressionnable :D

Merci pour l'accueil

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 10/06/2018 à 10:18:34

Rien à voir Dude, simple question d'égout.

Ici, c'est ta nouvelle maison, les chamailleries, les vraies, viendront bientôt, t'inquiètes pas.

Traumax

Traumax le 10/06/2018 à 12:13:12

IP : 37.168.45.116

J'ai hâte

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 10/06/2018 à 15:28:16

Welcome aan bord, beste collega

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

TENDINITE : 1 vinyle à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Akin - The Way Things End

Évènements

NO ONE IS INNOCENT + LES SALES MAJESTES + TAGADA JONES au Stereolux à Nantes le 25 octobre 2018Stomping #8 @Secret Place à Montpellier (34) les 9 et 10 novembre 2018Tournée française SEEDS OF MARY du 15 septembre au 8 décembre 2018